Médicaments


DEXAGRANE, collyre (PRODUIT SUPPRIME LE 08/02/2011)

- Traitement local anti-inflammatoire et antibactérien de l'oeil :
. dans les suites de la chirurgie ophtalmologique,
. des infections dues à des germes sensibles à la néomycine avec composante inflammatoire.
- Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.


  • Suite de la chirurgie ophtalmologique
  • Infection de l'oeil avec inflammation

1 goutte dans le cul-de-sac conjonctival inférieur :
- affections aiguës sévères : toutes les heures en début de traitement ;
- autres cas : 4 à 6 fois par jour, pendant 7 jours en moyenne.
Un traitement plus long peut être prescrit sous surveillance ophtalmologique stricte.

- Possibilité d'irritation locale transitoire : gêne, larmoiement, brûlure, hyperhémie conjonctivale.
- Risque de réaction d'hypersensibilité cutanée et/ou conjonctivale.
- En usage prolongé : risque d'hypertension oculaire cortico-induite, d'opacification des cristallins, de kératite superficielle due à la présence de corticoïde.
- En cas d'ulcération cornéenne ou sclérale, les corticoïdes peuvent retarder la cicatrisation et favoriser la surinfection.


  • Gêne oculaire
  • Larmoiement
  • Brûlure oculaire
  • Hyperhémie conjonctivale
  • Réaction d'hypersensibilité cutanée et/ou conjonctivale
  • Hypertension oculaire
  • Opacification du cristallin
  • Kératite superficielle
  • Retarde la cicatrisation d'ulcère cornéen
  • Retarde la cicatrisation d'ulcère scléral
  • Favorise la surinfection d'ulcération cornéenne
  • Favorise la surinfection d'ulcération sclérale
Contre-indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité à l'un des composants.
- Kératite herpétique épithéliale dendritique, kératite mycosique, kératoconjonctivite virale épidémique au stade précoce.
DECONSEILLE :
- L'usage du produit doit être évité chez le nourrisson.
- Allaitement : l'allaitement est déconseillé chez les patientes recevant un traitement par les corticoïdes per os car ceux-ci sont excrétés dans le lait maternel. Administré par voie locale, il existe un passage systémique du corticoïde et donc une possibilité de retentissement métabolique chez le nouveau-né.

LISTE:

  • Kératite herpétique épithéliale dendritique
  • Kératite mycosique
  • Kératoconjonctivite virale au stade précoce
  • Nourrisson
  • Allaitement

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
En cas d'hypersensibilité arrêt du traitement.
Des instillations répétées et/ou prolongées du collyre peuvent entraîner un passage systémique non négligeable du corticoïde.
Des instillations répétées et/ou prolongées du collyre peuvent entraîner une hypertonie oculaire chez certains patients.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- En l'absence d'amélioration rapide ou en cas de traitement prolongé, une surveillance médicale régulière comportant des contrôles bactériologiques avec étude de la sensibilité du germe permet de dépister une résistance au produit et d'adapter éventuellement le traitement.
- Le collyre ne doit pas être employé en injection péri ou intra-oculaire.
- En cas de traitement concomitant par un autre collyre, instiller les collyres à 15 minutes d'intervalle.
- Comme pour toutes les préparations ophtalmiques contenant un corticoïde, l'usage prolongé nécessite une surveillance ophtalmologique particulièrement attentive de la cornée, de la tension oculaire et du cristallin.
- L'usage du produit doit être évité chez le nourrisson.
- Le port de lentilles de contact doit être évité durant le traitement en raison du risque d'absorption du corticoïde et du conservateur (bromure de benzododécinium).
- L'attention des sportifs est attirée sur le fait que cette spécialité contient un principe actif (dexaméthasone) pouvant induire une réaction positive des tests pratiqués lors de contrôles antidopage.
- Grossesse : les études concernant la prise de corticoïdes per os n'ont pas mis en évidence un risque malformatif supérieur à celui observé dans la population générale. Aucune étude de tératogénicité n'a été effectuée avec des corticoïdes locaux.

LISTE:

  • Injection intra-oculaire
  • Injection péri-oculaire
  • Port de lentilles de contact
  • Sportif
  • Grossesse

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Sans objet.


Incompatibilités

Sans objet.


Surdosage

Sans objet.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Sans objet.

Grossesse :
Les études concernant la prise de corticoïdes per os n'ont pas mis en évidence un risque malformatif supérieur à celui observé dans la population générale.
Aucune étude de tératogénicité n'a été effectuée avec des corticoïdes locaux.
Allaitement :
L'allaitement est déconseillé chez les patientes recevant un traitement par les corticoïdes per os car ceux-ci sont excrétés dans le lait maternel.
Administré par voie locale, il existe un passage systémique du corticoïde et donc une possibilité de retentissement métabolique chez le nouveau-né.

Durée de conservation :
- Avant ouverture : 15 mois.
- Après ouverture : 15 jours.
Précautions particulières de conservation :
A conserver à une température ne dépassant pas 30°C.

Forme : Collyre

Dosage : 0,1 %/340 000 UI%

Contenance : 100 gouttes ou 1 flacon

Laboratoire Titulaire : THEA (THEA PHARMA)

Laboratoire Exploitant : THEA (THEA PHARMA)


Forme pharmaceutique

Absence d'information dans l'AMM.


Composition exprimée par 100 ml

Principes Actifs :
  • Dexaméthasone (0.1 g) phosphate sodique exprimé en phosphate de dexaméthasone
  • Néomycine (340000 UI) sulfate

Excipients :
  • Sodium citrate
  • Hydroxyéthylcellulose
  • Polysorbate 80
  • Sodium chlorure
  • Benzododécinium bromure (Effet notoire)
  • Eau purifiée

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.