TADALAFIL QUIVER 20 mg, comprimé pelliculé

TADALAFIL QUIVER est indiqué chez l'adulte dans le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) chez les patients en classe fonctionnelle II et III selon la classification de l'OMS, afin d'améliorer la capacité à l'effort (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

L'efficacité a été démontrée dans l'HTAP idiopathique et dans l'HTAP associée à une connectivité.


  • Hypertension artérielle pulmonaire idiopathique chez les patients en classe fonctionnelle II et III (OMS)
  • Hypertension artérielle pulmonaire associée à une connectivite chez les patients en classe fonctionnelle II et III (OMS)

Le traitement doit être initié et contrôlé uniquement par un médecin expérimenté dans la prise en charge des patients atteints d'hypertension pulmonaire.

Posologie

La posologie recommandée est de 40 mg (2 x 20 mg) en une prise quotidienne avec ou sans prise de nourriture.

Patients âgés

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les patients âgés.

Insuffisance rénale

Chez les patients atteints d'insuffisance rénale légère à modérée, une posologie initiale de 20 mg, une fois par jour, est recommandée. Selon l'efficacité et la tolérance individuelle, la posologie peut être augmentée jusqu'à 40 mg une fois par jour. L'utilisation du tadalafil n'est pas recommandée chez les patients atteints d'insuffisance rénale sévère (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques).

Insuffisance hépatique

L'expérience clinique étant limitée à des doses uniques de 10 mg, chez les patients atteints de cirrhose hépatique légère à modérée (Child-Pugh, classes A et B), une posologie initiale de 20 mg une fois par jour peut être envisagée. Une évaluation individuelle attentive du rapport bénéfice/risque est préconisée si le tadalafil est prescrit. Les patients présentant une cirrhose hépatique sévère (Child-Pugh, classe C) n'ont pas été étudiés et par conséquent l'administration de tadalafil n'est pas recommandée dans ces cas (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques). 

Population pédiatrique

La sécurité et l'efficacité de TADALAFIL QUIVER dans la population pédiatrique n'ont pas été établies. Les données actuellement disponibles sont décrites à la rubrique Propriétés pharmacodynamiques. Le choix de la posologie quotidienne doit être réévalué périodiquement.

Mode d'administration

Voie orale.

ARRETER LE MEDICAMENT ET CONSULTER IMMEDIATEMENT LE MEDECIN en cas de :

- Réactions allergiques y compris éruptions cutanées.

- Douleur dans la poitrine (ne pas utiliser de dérivés nitrés).

- Erection prolongée et parfois douloureuse (érection persistante de manière continue pendant plus de 4 heures).

- Diminution ou perte soudaine de la vision.

- Diminution ou perte soudaine de l'audition.

EVITER la consommation excessive d'alcool, cela peut augmenter le risque de vertiges lors du passage en position debout.

PRUDENCE en cas de conduite de véhicules ou d'utilisation de machines (sensations vertigineuses).

 

Résumé du profil de sécurité

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés, ayant eu lieu chez 10 % ou plus des patients inclus dans le groupe de sujets traités par tadalafil 40 mg, étaient les céphalées, les nausées, les douleurs dorsales, la dyspepsie, les bouffées vasomotrices, les myalgies, l'inflammation du nasopharynx et les douleurs des membres. Les effets indésirables rapportés étaient transitoires, et généralement d'intensité légère ou modérée. Il existe peu de données sur les effets indésirables chez les patients de plus de 75 ans.

Dans l'étude pivot contrôlée versus placebo conduite avec TADALAFIL QUIVER dans le traitement de l'HTAP, un total de 323 patients ont été traités par TADALAFIL QUIVER à des doses comprises entre 2,5 mg et 40 mg une fois par jour et 82 patients ont été traités par du placebo. La durée du traitement était de 16 semaines. La fréquence totale des arrêts dus à des effets indésirables était faible (TADALAFIL QUIVER 11 %, placebo 16 %). Trois cent cinquante-sept (357) sujets ayant terminé l'étude pivot ont été inclus dans une étude de suivi à long terme. Les doses étudiées était 20 mg et 40 mg une fois par jour.

Tableau récapitulatif des effets indésirables

Le tableau ci-dessous présente les effets indésirables observés dans l'étude clinique contrôlée versus placebo chez des patients souffrant d'HTAP et traités par tadalafil. Certains effets indésirables rapportés lors des études cliniques et/ou après commercialisation du tadalafil dans le traitement de la dysfonction érectile chez l'homme ont également été inclus dans le tableau. Ces événements ont été soit classés en « fréquence indéterminée » lorsque la fréquence chez les patients atteints d'HTAP ne pouvait être estimée à partir des données disponibles, soit classés dans l'une des fréquences, se basant sur les données cliniques issues de l'étude pivot contrôlée versus placebo de tadalafil.

Estimation de fréquence : Très fréquent (≥ 1/10), fréquent (≥ 1/100, < 1/10), peu fréquent (≥ 1/1 000, < 1/100), rare (≥ 1/10 000, < 1/1 000), très rare (< 1/10 000) et fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Très fréquentFréquentPeu fréquentRareFréquence indéterminée1
Affections du système immunitaire
Réactions d'hypersensibilité5Œdème de Quincke
Affections du système nerveux
Céphalées6Syncope, Migraine5Convulsions5, Amnésie transitoire5Accident vasculaire cérébral2(y compris évènements hémorragiques)
Affections oculaires
Vision troubleNeuropathie optique ischémique antérieure non-artéritique (NOIAN), Occlusion vasculaire rétinienne, Anomalie du champ visuel
Affections de l'oreille et du labyrinthe
AcouphènesPerte soudaine de l'audition
Affections cardiaques1
Palpitations2,5Mort subite d'origine cardiaque2,5, Tachycardie2,5 Angor instable2, Arythmie ventriculaire, Infarctus du myocarde2
Affections vasculaires
Bouffées vasomotricesHypotensionHypertension
Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales
Inflammation du nasopharynx (notamment congestion nasale, congestion des sinus et rhinite)Epistaxis
Affections gastro-intestinales
Nausées, Dyspepsie (notamment douleur/inconfort abdominal3)Vomissements, Reflux gastro-oesophagien
Affections de la peau et du tissu sous-cutané
RashUrticaire5, Hyperhydrose (transpiration excessive)5Syndrome de Stevens-Johnson, Dermatite exfoliative
Affections musculo-squelettiques et systémiques
Myalgies, Douleurs dorsales, Douleurs des membres (y compris sensation d'inconfort au niveau des membres)
Affections du rein et des voies urinaires
Hématurie
Affections des organes de reproduction et du sein
Augmentation des saignements utérins4Priapisme5, Hémorragie pénienne, HémospermieErections prolongées
Troubles généraux et anomalies au site d'administration
Œdème facial, Douleur thoracique2

(1) Evénements non rapportés lors des études d'enregistrement et ne pouvant être estimés à partir des données disponibles. Les effets indésirables inclus dans le tableau résultent des données issues de l'utilisation du tadalafil dans le traitement des troubles de la fonction érectile lors de la surveillance depuis la mise sur le marché ou au cours des études cliniques.

(2) La plupart des patients chez lesquels ces événements ont été rapportés présentaient des facteurs de risque cardiovasculaires préexistants.

(3) Les termes MedDRA (version actuelle) inclus sont inconfort abdominal, douleur abdominale, douleur abdominale basse (hypogastralgie), douleur abdominale haute (épigastralgie) et inconfort gastrique.

(4) Les termes cliniques non-MedDRA pour inclure les saignements menstruels anormaux/excessifs sont ménorragie, métrorragie, ménométrorragie ou hémorragie vaginale.

(5) Les effets indésirables inclus dans le tableau résultent des données issues de l'utilisation du tadalafil dans le traitement des troubles de la fonction érectile lors de la surveillance depuis la mise sur le marché ou au cours des études cliniques ; et en outre, les fréquences estimées sont basées sur seulement 1 ou 2 patients ayant subi l'effet indésirable dans l'étude pivot contrôlée versus placebo de TADALAFIL QUIVER.

(6) Les céphalées étaient l'effet indésirable le plus fréquemment rapporté. Les céphalées peuvent apparaître en début du traitement ; et diminuer au cours du temps même si le traitement est poursuivi.

Description des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.signalement-sante.gouv.fr


  • Réaction d'hypersensibilité
  • Oedème de Quincke
  • Céphalée
  • Syncope
  • Migraine
  • Convulsions
  • Amnésie transitoire
  • Accident vasculaire cérébral
  • Hémorragie
  • Vision trouble
  • Neuropathie optique ischémique antérieure non artéritique
  • Occlusion vasculaire rétinienne
  • Anomalie du champ visuel
  • Acouphène
  • Perte soudaine de l'audition
  • Palpitation
  • Mort subite d'origine cardiaque
  • Tachycardie
  • Angor instable
  • Arythmie ventriculaire
  • Infarctus du myocarde
  • Bouffée vasomotrice
  • Hypotension
  • Hypertension
  • Inflammation du nasopharynx
  • Congestion nasale
  • Congestion des sinus
  • Rhinite
  • Epistaxis
  • Nausée
  • Dyspepsie
  • Douleur abdominale
  • Inconfort abdominal
  • Douleur abdominale basse
  • Douleur abdominale haute
  • Inconfort gastrique
  • Vomissement
  • Reflux gastro-oesophagien
  • Rash cutané
  • Urticaire
  • Hyperhidrose
  • Syndrome de Stevens-Johnson
  • Dermatite exfoliative
  • Myalgie
  • Douleur dorsale
  • Douleur des membres
  • Sensation d'inconfort au niveau des membres
  • Hématurie
  • Augmentation des saignements utérins
  • Ménorragie
  • Métrorragie
  • Ménométrorragie
  • Hémorragie vaginale
  • Priapisme
  • Hémorragie pénienne
  • Hémospermie
  • Erection prolongée
  • Oedème facial
  • Douleur thoracique
Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

Infarctus du myocarde récent, durant les 90 jours suivant l'épisode aigu.

Hypotension sévère (< 90/50 mmHg).

- Lors des essais cliniques, il a été montré que le tadalafil potentialisait l'effet hypotenseur des dérivés nitrés. Cet effet résulterait de l'action conjuguée des dérivés nitrés et du tadalafil sur la GMPc et la formation de monoxyde d'azote. L'administration de tadalafil est donc contre-indiquée chez les patients qui reçoivent des dérivés nitrés quelle que soit la forme d'administration (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

L'administration concomitante d'inhibiteurs de PDE5, tels que le tadalafil, avec les stimulateurs de la guanylate cyclase, tels que le riociguat, est contre-indiquée en raison du risque d'hypotension symptomatique (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Patients ayant une perte de la vision d'un oeil liée à une neuropathie optique ischémique antérieure non artéritique (NOIAN), que cet événement ait été associé ou non à une exposition antérieure à un inhibiteur de la PDE5 (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

LISTE:

  • Hypersensibilité tadalafil
  • Infarctus du myocarde de moins de 3 mois
  • Hypotension < 90/50 mmHg
  • Perte de la vision d'un oeil due à une neuropathie optique ischémique antérieure non artéritique
  • Allaitement
  • Insuffisance rénale sévère
  • Cirrhose hépatique sévère
  • Valvulopathie aortique
  • Valvulopathie mitrale
  • Péricardite constrictive
  • Cardiomyopathie restrictive
  • Cardiomyopathie congestive
  • Dysfonction ventriculaire gauche
  • Arythmie incontrôlée
  • Coronaropathie
  • Hypertension non contrôlée
  • Maladie pulmonaire veino-occlusive
  • Rétinite pigmentaire
  • Intolérance au galactose
  • Déficience en lactase
  • Syndrome de malabsorption du glucose
  • Syndrome de malabsorption du galactose
  • Consommation importante d'alcool
  • Grossesse

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Atteintes cardiovasculaires

Les pathologies cardiovasculaires suivantes étaient des critères de non inclusion dans les études cliniques menées dans l'HTAP :

·valvulopathie aortique et mitrale cliniquement significative

·péricardite constrictive

·cardiomyopathie restrictive ou congestive

·dysfonction ventriculaire gauche significative

·arythmie grave et non contrôlée

·coronaropathie symptomatique

·hypertension systémique non contrôlée.

Dans la mesure où il n'existe pas de données cliniques sur la tolérance du tadalafil chez les patients présentant de telles pathologies, l'utilisation de tadalafil n'est pas recommandée.

Les vasodilatateurs pulmonaires peuvent induire une aggravation cardiovasculaire en cas de maladie veino-occlusive pulmonaire. En l'absence de donnée clinique avec tadalafil chez des patients atteints de maladie veino-occlusive, l'administration de tadalafil chez ces patients n'est pas recommandée. En cas d'apparition de symptômes d'oedème pulmonaire lors de l'administration de tadalafil, il convient d'évoquer l'existence d'une maladie veino-occlusive pulmonaire sous-jacente.

Le tadalafil a des propriétés vasodilatatrices systémiques qui peuvent engendrer une baisse transitoire de la pression artérielle systémique. La précaution est requise du fait du risque de survenue d'effets délétères liés aux propriétés vasodilatatrices du tadalafil, chez les patients présentant certaines pathologies sous-jacentes, telles qu'une obstruction sévère de la voie d'éjection du ventricule gauche, une déplétion hydrique, une hypotension orthostatique ou couchée.

Chez certains patients recevant des alpha1 bloquants, l'administration concomitante de tadalafil peut conduire à une hypotension symptomatique (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions). L'administration simultanée de tadalafil et de doxazosine n'est donc pas recommandée.

Atteintes ophtalmologiques

Des anomalies visuelles et des cas de NOIAN (neuropathie optique ischémique antérieure non artéritique) ont été rapportés à la suite de la prise de tadalafil et d'autres inhibiteurs de la PDE5. Les analyses des données observationnelles suggèrent une augmentation du risque de NOIAN aigüe après administration de tadalafil ou d'autres inhibiteurs de la PDE5 chez les hommes présentant une dysfonction érectile. Ce risque peut concerner tous les patients exposés au tadalafil. Par conséquent, les patients doivent être avertis que, en cas d'anomalie visuelle soudaine, ils doivent arrêter la prise d'ADCIRCA et consulter immédiatement un médecin (voir rubrique Contre-indications). Les patients présentant des troubles héréditaires dégénératifs connus de la rétine comme la rétinite pigmentaire n'ont pas été inclus dans les études cliniques, par conséquent, l'utilisation du tadalafil chez ces patients n'est pas recommandée. Insuffisance hépatique.

Diminution ou perte soudaine de l'audition

Des cas de perte soudaine de l'audition ont été rapportés suivant l'utilisation de tadalafil. Bien que des facteurs de risque associés étaient présents dans certains cas (tels que l'âge, un diabète, une hypertension, des antécédents de diminution de l'audition ou des maladies du tissu conjonctif associées), les patients doivent être avertis qu'ils doivent consulter rapidement un médecin en cas de diminution ou de perte soudaine de l'audition.

Insuffisances rénale et hépatique

Du fait du risque d'augmentation de l'exposition systémique au tadalafil (AUC), et compte tenu de l'expérience clinique limitée et de l'impossibilité d'éliminer le tadalafil par dialyse, le tadalafil n'est pas recommandé chez les patients atteints d'insuffisance rénale sévère.

Les patients atteints de cirrhose hépatique sévère (Child-Pugh, Classe C) n'ont pas été étudiés et, par conséquent, l'administration de tadalafil n'est pas recommandée dans ces situations.

Priapisme et malformation anatomique du pénis

Des cas de priapisme ont été rapportés chez les hommes traités par des inhibiteurs de la PDE5. Les patients ayant des érections d'une durée de 4 heures ou plus doivent être informés de la nécessité de consulter un médecin immédiatement. La persistance du priapisme peut être à l'origine de lésions du tissu pénien et d'une impuissance permanente.

Le tadalafil doit être utilisé avec prudence chez les patients présentant une malformation anatomique du pénis (comme une angulation, une sclérose des corps caverneux ou une maladie de La Peyronie) ou chez les patients présentant des pathologies susceptibles de les prédisposer au priapisme (comme une drépanocytose, un myélome multiple ou une leucémie).

Utilisation avec des inhibiteurs ou des inducteurs du CYP3A4

Chez les patients prenant de manière chronique des inducteurs puissants du CYP3A4, tels que la rifampicine, l'utilisation de tadalafil n'est pas recommandée (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Chez les patients prenant de manière concomitante des inhibiteurs puissants du CYP3A4, tels que le kétoconazole ou le ritonavir, l'utilisation du tadalafil n'est pas recommandée (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Traitements de la dysfonction érectile

La sécurité d'emploi et l'efficacité de l'association du tadalafil à d'autres inhibiteurs de la PDE5 ou à d'autres traitements des troubles de la fonction érectile n'ont pas été étudiées. Les patients devront être informés de ne pas prendre TADALAFIL QUIVER avec de tels traitements.

Prostacycline et analogues

L'efficacité et la tolérance du tadalafil administré en association à la prostacycline ou à ses analogues n'ont pas été étudiées lors des études cliniques contrôlées. La prudence est donc recommandée en cas d'administration concomitante.

Bosentan

L'efficacité du tadalafil chez les patients déjà traités par bosentan n'a pas été démontrée de façon concluante (voir rubriques Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions et Propriétés pharmacodynamiques).

TADALAFIL QUIVER contient du lactose. Les patients présentant une intolérance héréditaire rare au galactose, une déficience en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament. 

TADALAFIL QUIVER contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par comprimé, c'est-à-dire qu'il est essentiellement sans sodium.

LISTE:

  • Réservé à l'adulte de plus de 18 ans
  • Insuffisance rénale légère à modérée
  • Cirrhose hépatique légère à modérée
  • Oedème pulmonaire
  • Déplétion hydrique
  • Hypotension orthostatique
  • Anomalie visuelle
  • Diminution de l'audition
  • Priapisme
  • Malformation anatomique du pénis
  • Prédisposition au priapisme

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions

Effets d'autres substances sur le tadalafil

Inhibiteurs du cytochrome P450

Antifongiques azolés (ex. le kétoconazole)

En présence de kétoconazole (200 mg par jour), l'exposition (AUC) au tadalafil (10 mg) en dose unique a été multipliée par 2 et la Cmax majorée de 15 % par rapport aux valeurs de l'AUC et de la Cmax observées sous tadalafil seul. A la dose de 400 mg par jour de kétoconazole, l'exposition (AUC) au tadalafil (20 mg) en dose unique a été multipliée par 4 et la Cmax majorée de 22 %.

Antiprotéases azolés (ex. le ritonavir)

Le ritonavir (200 mg deux fois par jour), inhibiteur du CYP3A4, CYP2C9, CYP2C19 et du CYP2D6, a multiplié par 2 l'exposition (AUC) au tadalafil (20 mg) en dose unique, sans modification de la Cmax. Le ritonavir (500 mg ou 600 mg deux fois par jour) a augmenté l'exposition (AUC) au tadalafil (20 mg) en dose unique de 32 % et a diminué la Cmax de 30 %.

Inducteurs du cytochrome P450

Antagonistes des récepteurs de l'endothéline-1 (ex. le bosentan)

Le bosentan (125 mg deux fois par jour), un substrat des CYP2C9 et CYP3A4 et inducteur modéré des CYP3A4, CYP2C9 et potentiellement du CYP2C19, a réduit l'exposition systémique au tadalafil (40 mg une fois par jour) de 42 % et la Cmax de 27% lors de l'administration concomitante en doses répétées. L'efficacité du tadalafil chez les patients déjà traités par bosentan n'a pas été démontrée de façon concluante (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacodynamiques). Le tadalafil n'a pas modifié l'exposition (AUC et Cmax) du bosentan ou de ses métabolites.

Antibiotiques (ex. la rifampicine)

La rifampicine (600 mg par jour), inducteur du CYP3A4, a diminué l'AUC du tadalafil de 88% et la Cmax de 46% par rapport aux valeurs de l'AUC et de la Cmax déterminées pour le tadalafil seul à la dose de 10 mg.

Effets du tadalafil sur d'autres médicaments

Dérivés nitrés

Les études cliniques ont montré que le tadalafil (5, 10 et 20 mg) majorait les effets hypotenseurs des dérivés nitrés. Cette interaction a duré plus de 24 heures et n'était plus détectable 48 heures après la dernière dose de tadalafil. L'administration de tadalafil à des patients qui reçoivent des dérivés nitrés quelle que soit la forme d'administration est donc contre-indiquée (voir rubrique Contre-indications).

Antihypertenseurs (y compris les inhibiteurs calciques)

L'administration concomitante de doxazosine (4 mg et 8 mg par jour) et de tadalafil (5 mg en dose quotidienne et 20 mg en dose unique) augmente de manière significative l'effet hypotenseur de cet alpha-bloquant.

Cet effet peut se prolonger pendant au moins douze heures et se manifester par des symptômes tels que des syncopes.

Par conséquent, cette association n'est pas recommandée (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Dans des études d'interaction réalisées chez un nombre limité de volontaires sains, ces effets n'ont pas été rapportés avec l'alfuzosine et la tamsulosine.

Le risque d'augmentation de l'effet hypotenseur en cas d'association de tadalafil (10 et 20 mg) avec les antihypertenseurs a été évalué au cours d'études de pharmacologie clinique. Les classes majeures d'antihypertenseurs ont été étudiées soit en monothérapie, soit en association. Des baisses plus importantes de la pression sanguine ont été observées chez les patients prenant plusieurs agents antihypertenseurs et dont l'hypertension n'était pas correctement contrôlée comparé aux patients dont la pression sanguine était bien contrôlée et pour qui la diminution de pression sanguine était minime et similaire à celle des sujets sains. Chez les patients traités simultanément par des antihypertenseurs, le tadalafil 20 mg peut induire une baisse de la pression artérielle, qui (à l'exception de la doxazosine, voir ci-dessus) est, généralement mineure et vraisemblablement sans conséquence clinique.

Riociguat

Les études précliniques ont montré une majoration de l'effet hypotenseur systémique lorsque les inhibiteurs des PDE5 étaient associés avec le riociguat. Dans les études cliniques, il a été démontré que le riociguat augmentait les effets hypotenseurs des inhibiteurs des PDE5. Il n'a pas été mis en évidence de bénéfice de l'association dans la population étudiée. L'utilisation concomitante du riociguat avec les inhibiteurs des PDE5, tels que le tadalafil, est contre-indiquée (voir rubrique Contre-indications).

Alcool

Les concentrations en alcool n'ont pas été affectées par l'administration concomitante de tadalafil à la dose de 10 mg ou de 20 mg. De plus, aucune modification des concentrations de tadalafil n'a été observée après l'absorption concomitante d'alcool. Le tadalafil (à la dose de 20 mg) n'a pas augmenté l'effet hypotenseur induit par l'alcool (à la dose de 0,7 g/kg soit approximativement 180 ml d'alcool à 40 % [vodka] chez un homme de 80 kg), mais chez certains sujets, des sensations de vertiges en position debout et une hypotension orthostatique ont été observées. Le tadalafil (à la dose de 10 mg) n'a pas augmenté l'effet de l'alcool sur les fonctions cognitives.

Substrats du CYP1A2 (par exemple la théophylline)

L'administration concomitante de tadalafil 10 mg et de théophylline (un inhibiteur non sélectif de la phosphodiestérase) n'a entraîné aucune interaction pharmacocinétique. Le seul effet pharmacodynamique rapporté a été une légère augmentation (3,5 battements/min) de la fréquence cardiaque.

Substrats du CYP2C9 (par exemple la warfarine-R)

Le tadalafil (à la dose de 10 mg et de 20 mg) n'a pas d'effet cliniquement significatif sur l'exposition systémique (AUC) à la warfarine-S ou à la warfarine-R (substrat du CYP2C9), et n'affecte pas les changements du taux de prothrombine induits par la warfarine.

Acide acétylsalicyclique

Le tadalafil (10 mg et 20 mg) ne potentialise pas l'augmentation du temps de saignement provoquée par l'acide acétylsalicylique.

Substrats des glycoprotéines P (ex. la digoxine)

Le tadalafil (à la dose de 40 mg une fois par jour) n'a pas d'effet cliniquement significatif sur la pharmacocinétique de la digoxine.

Contraceptifs oraux

A l'état d'équilibre, le tadalafil (à la dose de 40 mg une fois par jour) a augmenté l'exposition systémique à l'éthinyloestradiol (AUC) de 26 % et la concentration maximale Cmax de 70 % par rapport aux contraceptifs oraux administrés avec le placebo. Il n'a pas été mis en évidence d'effet statistiquement significatif du tadalafil sur le levonorgestrel, ce qui suggère que l'effet sur l'éthinyloestradiol est dû à l'inhibition de la sulfatation intestinale par le tadalafil. Cependant la signification clinique de cette hypothèse reste incertaine.

Terbutaline

Une augmentation de l'AUC et de la Cmax similaire à celle observée avec l'éthinyloestradiol peut être attendue lors d'une administration orale de terbutaline, probablement du fait de l'inhibition de la sulfatation intestinale par le tadalafil. Cependant la signification clinique de cette hypothèse reste incertaine.


Incompatibilités

Sans objet.


Surdosage

Des sujets sains ont reçu des doses uniques allant jusqu'à 500 mg et des patients atteints de dysfonction érectile ont reçu des doses multiples allant jusqu'à 100 mg par jour. Les effets indésirables ont été similaires à ceux observés avec des doses plus faibles.

En cas de surdosage, les mesures habituelles de traitement symptomatique doivent être instaurées en fonction de l'état clinique. L'élimination du tadalafil par hémodialyse est très faible.


Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

TADALAFIL QUIVER n'a qu'un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Bien que la fréquence des sensations vertigineuses rapportées dans le bras placebo et le bras tadalafil des études cliniques ait été similaire, les patients doivent connaître la manière dont ils réagissent à TADALAFIL QUIVER avant de conduire un véhicule ou d'utiliser des machines.

Grossesse

Les données sur l'utilisation du tadalafil chez la femme enceinte sont limitées. Les études chez l'animal ne révèlent pas d'effets nocifs, directs ou indirects, sur le déroulement de la grossesse, le développement de l'embryon/du foetus, l'accouchement et le développement post-natal (voir rubrique Données de sécurité précliniques). Par mesure de précaution, il est préférable d'éviter l'utilisation de tadalafil pendant la grossesse.

Allaitement

Les données pharmacodynamiques/toxicologiques disponibles chez l'animal ont montré que le tadalafil était excrété dans le lait. Le risque d'exposition du nourrisson ainsi allaité ne peut pas être exclu. TADALAFIL QUIVER ne doit pas être utilisé chez la femme qui allaite.

Fertilité

Des effets pouvant être un indicateur d'une altération de la fertilité ont été observés chez des chiens. De plus, deux études cliniques suggèrent que ces effets sont peu probables chez l'Homme, malgré une diminution de la concentration du sperme observée chez certains hommes (voir rubriques Propriétés pharmacodynamiques et Données de sécurité précliniques).

Durée de conservation :

4 ans.

Précautions particulières de conservation :

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières de conservation.

Forme : Comprimé pelliculé

Dosage : 20 mg

Contenance : 1120 mg ou 56 comprimés ou 1,12 g

Laboratoire Titulaire : QUIVER GENERIQUES

Laboratoire Exploitant : QUIVER GENERIQUES


Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé.

Clair jaune coloré, ovale de forme, comprimé pelliculé gravé d'un « 20» sur un côté et « TL » sur l'autre côté. La taille est 13,3 mm x 7,7 mm.


Composition exprimée par Comprimé

Principes Actifs :
  • Tadalafil (20 mg)

Commentaire : Excipient à effet notoire : chaque comprimé contient 210 mg de lactose monohydratée.


Excipients :
  • Noyau du comprimé :
    • Copovidone
    • Macroglycérol hydroxystéarate
    • Lactose monohydraté (Effet notoire)
    • Silice colloïdale anhydre
    • Cellulose microcristalline
    • Croscarmellose sodique
    • Magnésium stéarate
  • Pelliculage du comprimé :
    • Hypromellose
    • Titane dioxyde
    • Talc
    • Fer oxyde jaune
    • Triacétine

*Cette fiche médicament a été générée à partir des données de la Banque Claude Bernard© (www.resip.fr) ne peut être utilisée isolément pour l'établissement d'un diagnostic, l'instauration d'un traitement ou une décision thérapeutique, qui relève de la compétence exclusive des professionnels de santé. Il est rappelé que le contenu de la Base Claude Bernard doit être considéré comme un ouvrage scientifique faisant l'objet d'une consultation critique laissant aux professionnels de santé les responsabilités de la prescription que le code leur reconnaît. La Base Claude Bernard a pour seul objet de vous informer sur les caractéristiques des médicaments. Les données fournies ne peuvent être considérées comme exhaustives et peuvent avoir évolué depuis leur mise en ligne. Seul votre médecin est habilité à mettre en œuvre un traitement adapté à votre cas personnel. Les Données fournies sont la propriété de RESIP et ne peuvent être reproduites ou diffusées par quelque moyen, toute impression ne pouvant concerner que des extraits non substantiels et n'être effectuée qu'à des fins strictement personnelles et non commerciales.