Monoxyde de carbone : 10 gestes pour éviter l’intoxication

Nov 25, 2016 par

intoxication carbone

Intoxication au monoxyde de carbone

Chaque année en France, 5 000 personnes sont intoxiquées au monoxyde de carbone, cette intoxication étant la première cause de mortalité par toxique. D’où vient ce gaz ? Comment éviter l’intoxication ? Que faire en cas d’intoxication ? En cette période hivernale, Santé Sur le Net fait le point sur l’intoxication au monoxyde de carbone.

Qu’est-ce que le monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone, noté CO, est un gaz inodore (sans odeur), invisible et non irritant. Impossible alors pour nous de le détecter sans un appareil de détection spécifique. Mais le monoxyde de carbone est aussi un gaz asphyxiant, très dangereux car potentiellement mortel.

Le monoxyde de carbone se diffuse très rapidement dans l’environnement. Lorsqu’une personne le respire, il se fixe de manière presque irréversible sur les globules rouges à la place de l’oxygène. Les globules rouges ne peuvent alors plus acheminer l’oxygène vers les différents organes. Le monoxyde de carbone peut ainsi provoquer le décès en moins d’une heure.

Le monoxyde de carbone est produit au cours de la combustion des matières organiques lorsque les apports en oxygène sont insuffisants. La dégradation des matières organiques est alors incomplète et au lieu de former du dioxyde de carbone (CO2), se forme le monoxyde de carbone. Le monoxyde de carbone est produit lorsque certains appareils à combustion ne fonctionnent pas correctement ou dans de mauvaises conditions :

  • Des appareils de chauffage au gaz, au bois, au charbon, à l’essence, au fuel ou à l’éthanol: cuisinière, chaudière, chauffe-eau, chauffage d’appoint, poêle, cheminée ;
  • Les braseros et barbecues;
  • Les groupes électrogènes;
  • Les moteurs de voitures, de motos ou certains appareils de bricolage.

À savoir ! Les appareils électriques n’utilisent pas de réaction de combustion et ne peuvent donc pas produire de monoxyde de carbone.

L’intoxication au monoxyde de carbone

L’intoxication au monoxyde de carbone survient lorsque nous inhalons du monoxyde de carbone présent dans l’air ambiant. Les symptômes de l’intoxication sont d’autant plus graves que la quantité de monoxyde de carbone est importante. La plupart des décès surviennent au cours de la nuit, lorsque les personnes sont intoxiquées au cours de leur sommeil.

L’intoxication au monoxyde de carbone se mani

este par :

  • Des maux de tête;
  • Des nausées et des vomissements;
  • Une grande fatigue;
  • Un évanouissement, une perte de connaissance ;
  • Puis rapidement le décès.

Cette intoxication est saisonnière, plus de 75% des cas survenant au cours de la période hivernale entre octobre et mars, au moment du pic d’utilisation des appareils à combustion dans les logements.  Près de 80% des intoxications au monoxyde de carbone sont accidentelles, une chaudière défectueuse étant la source d’intoxication la plus souvent incriminée.

Que faire en cas d’intoxication ?

Les premiers symptômes de l’intoxication (maux de tête, nausées et vomissements) doivent alerter sur le risque d’une intoxication au monoxyde de carbone, d’autant plus si plusieurs personnes ressentent les mêmes symptômes dans le logement (Rappelons que ce gaz est parfaitement inodore).

Immédiatement, plusieurs mesures s’imposent avant que les personnes ne perdent connaissance :

  • Ouvrir les portes et les fenêtres du logement ;
  • Evacuer toutes les personnes présentes dans le logement ;
  • Appeler les services de secours (18 pour les pompiers, 15 pour le SAMU, 112 depuis un portable) ;
  • Attendre l’accord des secours avant de regagner le logement.

A savoir ! Pour plus d’informations sur l’intoxication au monoxyde de carbone, vous pouvez vous diriger vers :

  • Les centres anti-poisons ;
  • L’Agence Régionale de Santé ;
  • Le site www.prevention-maison.fr ;
  • L’Institut National de Promotion et d’Education à la Santé (INPES).

Estelle B., Docteur en Pharmacie


Sources
Santé Publique France. Intoxication au monoxyde de carbone. 2 septembre 2015.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.