Les poussées évolutives de la SEP favorisées par les avortements !

Jan 9, 2019 par

La sclérose en plaques (SEP) récurrente évolue par poussées et ces dernières font suite à des facteurs déclenchants multiples qui ne sont pas toujours identifiables. Une grande question se pose parmi ces facteurs, les avortements peuvent-ils favoriser ces poussées évolutives de la sclérose en plaques ? Une étude a été menée en Italie afin de répondre à cette interrogation.

Les poussées évolutives de la SEP et les avortements

La sclérose en plaques en quelques chiffres

La sclérose en plaques est une maladie neurologique inflammatoire de type auto-immune qui touche aujourd’hui 1,3 million de personnes dans le monde et plus de 100 000 personnes en France. Le nombre de nouveau cas diagnostiqués chaque année est d’environ 4000. La sclérose en plaques apparaît chez les jeunes adultes entre 20 et 40 ans (pour 50% des primo-diagnostics, les patients étaient âgés entre 25 et 35 ans). La SEP est une maladie touchant davantage les femmes qui représentent 3 cas sur 4. Cette maladie peut également, mais dans de rares cas, apparaître dès l’enfance. Affectant directement le SNC, la SEP peut engendrer des symptômes dans tout le corps : troubles physiques, physiologiques, psychiques, psychotiques.

Infographie Santé sur le NetLa Sclérose en Plaque

Sclérose en plaques et avortements

Une étude italienne réalisée entre 1995 et 2017 a été réalisée concernant le lien que peuvent avoir les avortements sur les poussées évolutives de la sclérose en plaques. 188 avortements dont 17 volontaires ont été relevés chez 153 femmes atteintes d’une sclérose en plaques-RR.

À savoir ! La sclérose en plaques se décline sous trois formes différentes :

  • la SEP récurrente/rémittente (SEP-RR)
  • la forme secondairement progressive (SEP-SP)
  • la forme primaire progressive (SEP-PP)

Les taux de rechutes par an ont été comptabilisé avant et après l’avortement ainsi que le nombre de lésions de la substance blanche cérébrale prenant le produit de contraste (Gd+) sur une IRM.

Les résultats obtenus à la suite de cette étude sont les suivants :

AVANT L’AVORTEMENTAPRES L’AVORTEMENT

Taux de rechute de la SEP

0,5 +/- 0,710,63 +/- 0,7

Nombre de nouvelles lésions Gd+

0,39 +/- 1,040,77  +/- 1,40

Les avortements ont eu lieu à environ 9,5 +/- 4,4 semaines après la date de conception.

Divers facteurs ont contribué à la rechute clinique tels que le taux de rechutes annuels élevés avant la conception, l’arrêt d’un traitement contraceptif, la notion d’avortement volontaire.

Les avortements favorisent les poussées évolutives de la SEP dans sa forme récurrente/rémittente dans les 12 mois qui suivent. Les lésions cérébrales inflammatoires Gd+ augmentent après un avortement. De plus, les processus pro-inflammatoires sont dérégulés en début de grossesse et pourraient avoir un rôle à jouer dans la réactivation de la maladie sous l’effet des avortements.

Des études supplémentaires prospectives incluant plus de patients pourraient venir confirmer ces résultats.



Léa G. Journaliste Scientifique

– Sclérose en plaques : les avortements favoriseraient les poussées évolutives. JIM. Consulté le 4 janvier 2019
Léa G.
Rédactrice scientifique
Passionnée par la virologie, l’immunologie et les enfants.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.