Première mondiale : opérer la scoliose juvénile avec un robot

Oct 22, 2017 par

Innovation Le 28 septembre dernier, les chirurgiens du Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens-Picardie ont réussi à opérer Louis, un enfant de 6 ans atteint d’une scoliose grave, grâce à l’assistance du robot Rosa, développé par la société MedTech. Retour sur une opération inédite.

Robot Rosa opère un enfant

La scoliose juvénile

La scoliose juvénile est diagnostiquée entre l’âge de 4 et 10 ans et représente 10 à 15% des scolioses idiopathiques, c’est-à-dire sans cause connue.

Si la scoliose est supérieure à un angle de 20 degrés, il est conseillé d’avoir recours à des examens médicaux complémentaires pour identifier la présence éventuelle de pathologie sous-jacente.

À savoir ! La scoliose correspond à une déformation dans les trois plans de l’espace de l’un ou de plusieurs segments de la colonne vertébrale (rachis cervical, thoracique et lombaire). Cette déviation latérale de la colonne vertébrale est définie comme une scoliose lorsque l’angle de courbure radiologique (angle de Cobb) est supérieur à 10°.

Sans oublier néanmoins que si l’enfant présente une histoire familiale de scoliose, il pourra être envisageable de le prendre en charge même lorsque la courbure est d’amplitude moindre.

Une simulation de l’opération en modélisant le rachis pathologique

Depuis plusieurs mois, Louis ne pouvait plus s’asseoir à cause de sa scoliose courbée à plus de 50%, conséquence de son amyotrophie spinale génétique.

À savoir ! L’amyotrophie spinale est un groupe de maladies héréditaires caractérisées par une amyotrophie des muscles. La maladie s’attaque aux cellules nerveuses qui commandent les muscles volontaires. Au fil du temps, les tissus musculaires s’affaiblissent et s’atrophient.

Pour permettre à Louis de pouvoir s’asseoir à nouveau, les chirurgiens de l’unité orthopédique pédiatrique du CHU d’Amiens-Picardie ont dû lui mettre en place des vis ilio-sacrées (au niveau du bassin) et des crochets en haut du dos reliés par des tiges cintrés pour redresser la colonne vertébrale.

Cependant, avant la réalisation de l’opération assistée par le robot Rosa, les médecins ont réalisé deux simulations grâce aux dispositifs technologiques présents dans le centre de pédagogie pluridisciplinaire SimUSanté, le plus grand centre de simulation médicale d’Europe situé dans le CHU d’Amiens-Picardie.

A partir des images obtenues par scanner, le rachis de Louis a été imprimé en 3D puis intégré dans un mannequin à ses dimensions.

En simulant l’opération sur le mannequin, les chirurgiens ont réussi à :

  1. Evaluer et optimiser la durée de l’intervention ;
  2. S’assurer de la sécurité de l’opération ;
  3. Vérifier la compatibilité de matériel d’implantation et des vis avec la physionomie de l’enfant ;
  4. Renforcer la coordination du travail en équipe.

Un succès chirurgical

Lors de l’intervention, les chirurgiens ont été assistés par le robot Rosa pour les aider à poser, avec une précision inouïe, les vis au niveau du bassin de l’enfant.

Grâce à une représentation en 3D de la zone cible du rachis de Louis, le robot chirurgical de guidage a aidé le chirurgien à poser la vis en suivant des trajectoires bien définies.

Les avantages de l’utilisation du robot Rosa en neurochirugie sont :

  1. Planifier les trajectoires des gestes chirurgicaux à réaliser ;
  2. Guider la main du chirurgien dans les opérations sensibles ;
  3. Suivre en temps réel une trajectoire planifiée malgré les mouvements du corps du patient ;
  4. Réduire la taille des incisions et la durée de l’intervention pour une récupération plus rapide du patient.

Avec la réussite de cette intervention, les enfants présentant une scoliose difficilement appareillable pourront être pris en charge plus facilement d’un point de vue chirurgical.

Dans les mois à venir, quatre opérations de ce type sur 4 jeunes patients sont déjà programmées au CHU d’Amiens-Picardie.

Julie P., Journaliste scientifique

– Première à Amiens : une réparation robotisée d’une scoliose grave de l’enfant. JIM. Aurélie Haroche. Le 10 octobre 2017.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.