Santé au travail, les mesures du plan « Investir pour l’hôpital »

Nov 26, 2019 par

Il y a quelques jours, le gouvernement a annoncé un nouveau plan du programme « Ma Santé 2022 », le plan « Investir pour l’hôpital ». Parmi les mesures annoncées, certaines ont directement pour objectif d’améliorer les conditions de travail des personnels hospitaliers, et donc leur santé au travail. Explications.

plan-hopital

La qualité de vie au travail dans les hôpitaux

Face aux demandes répétées des personnels hospitaliers et parallèlement aux mesures mises en places pour les services d’urgence, le gouvernement vient de proposer un large programme d’investissement, baptisé « Investir pour l’hôpital ». Ce programme inclut diverses mesures, dont certaines ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie au travail des personnels hospitaliers, tous métiers confondus.

Ce plan d’investissement s’articule autour de trois grands axes, dont le premier est le renforcement de l’attractivité des métiers de l’hôpital et de la fidélisation des soignants. Derrière cet intitulé, les mesures proposées visent à optimiser la vie quotidienne des professionnels travaillant à l’hôpital, ce qui implique une amélioration de leur santé au travail. Voici quelques-unes des mesures proposées.

Des indemnités supplémentaires pour tous les professionnels de l’hôpital

Augmenter l’attractivité des professions médicales et paramédicales et fidéliser les soignants passent par deux moyens complémentaires :

  • Améliorer la formation et l’accompagnement en début de carrière : le contrat d’engagement de service public sera ainsi étendu à un certain nombre de professions hospitalières non médicales ;
  • Augmenter les revenus des personnels hospitaliers : des indemnités mensuelles seront versées aux personnels travaillant dans les secteurs où il existe des difficultés d’accès aux soins (déserts médicaux ou certaines spécialités comme la rééducation fonctionnelle). D’autres primes sont prévues pour les soignants fonctionnaires en début de carrière qu’ils soient médecins ou non, mais aussi pour les soignants faisant preuve de mobilité.

Parallèlement, les carrières de certains professionnels de santé pourraient être réorganisées, en particulier le statut de praticien hospitalier. Enfin, des primes seront versées pour les infirmiers et aides-soignants travaillant en région parisienne, et rencontrant des difficultés financières.

Revaloriser certains métiers et supprimer les dysfonctionnements

Au-delà des mesures individuelles, d’autres mesures ciblent les équipes hospitalières ou certaines professions. Des primes annuelles seront par exemple versées, en fonction de l’engagement et de l’investissement des personnels des équipes hospitalières. Chaque service pourra définir les critères de qualité (qualité des soins et de la prise en charge), qui donneront droit à ces primes.

Par ailleurs, le plan souhaite revaloriser le métier d’aide-soignant, notamment ceux qui sont formés dans la prise en charge des personnes âgées et ceux qui sont en fin de carrière. Les praticiens hospitaliers devraient également voir leur statut profondément évoluer, en particulier pour faciliter les modes d’exercice mixte et reconnaître les activités non cliniques, de recherche, d’enseignement et d’encadrement.

Plus largement, le plan vise à réduire les dysfonctionnements qui entravent quotidiennement le déroulement des activités hospitalières. Le plan « Investir pour l’hôpital » s’est fixé pour objectif d’améliorer la vie des personnels hospitaliers, ce qui devrait avoir des retombées positives en termes de santé au travail.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Dossier de presse – Investir pour l’hôpital. Dossier de Presse. Ministère de la santé et des solidarités. Consulté le 20 novembre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.