Un enfant avec ses parents

Lorsque les problèmes de fertilité d’un couple sont importants, l’adoption peut devenir la seule voie possible pour concrétiser un projet parental. Cette démarche, qu’il s’agisse de l’adoption d’un enfant en France ou d’un enfant à l’étranger, est souvent une procédure longue, avec de multiples étapes administratives et des temps d’attente plus ou moins longs.

L’adoption, un long chemin pour devenir parents

Face à l’infertilité que rencontrent certains couples, plusieurs options s’offrent à eux :

Adoption enfant

Chaque année, près de 8 000 personnes en France se lancent dans une procédure d’adoption, un chemin souvent long et complexe.

L’adoption en France est sous le contrôle de plusieurs organismes :

  • Le ministère en charge des affaires sociales et de la santé ;
  • Le ministère des affaires étrangères ;
  • Le ministère de la justice ;
  • Le conseil supérieur de l’adoption ;
  • L’agence française de l’adoption.

En pratique, pour débuter une démarche d’adoption, le ou les adoptants doivent s’adresser à différents interlocuteurs au niveau de leur département :

  • L’agence française de l’adoption ;
  • Les services des départements et des préfectures ;
  • Les associations ;
  • Les organismes autorisés pour l’adoption ;
  • Les professionnels de terrain.

La première étape incontournable est l’obtention d’un agrément, délivré par le service de l’aide sociale à l’enfance de chaque département. Pour obtenir l’agrément, le ou les adoptants doivent remplir un certain nombre de conditions (âge, statut). Plusieurs rendez-vous avec les professionnels de terrain sont nécessaires pour constituer le dossier d’agrément. L’agrément peut être accepté ou refusé dans les neuf mois qui suivent la confirmation de la demande d’agrément. Une fois délivré, l’agrément est valable 5 ans, mais ne représente en aucun cas un droit à l’enfant.

Les étapes de l'agrément

Cet agrément permet ensuite de s’orienter vers deux grands types d’adoption :

  • L’adoption d’un enfant en France ;
  • L’adoption d’un enfant à l’étranger.

L’adoption permet, d’un côté à un enfant sans famille de grandir dans une nouvelle cellule familiale et de l’autre côté de permettre à des adoptants de devenir parents. Actuellement, la France reconnaît deux catégories d’adoption sur le plan légal :

  • L’adoption plénière, qui consiste à remplacer le lien de filiation existant entre l’enfant et sa famille d’origine par un nouveau lien de filiation entre l’enfant et les adoptants.
  • L’adoption simple, qui consiste à créer un nouveau lien de filiation entre l’enfant et les adoptants, mais sans supprimer les liens existants entre l’enfant et sa famille d’origine.