Femme triste au fond à cause d'un test de grossesse négatif à cause du bilan hormonal d'infertilité féminine

Après le bilan hormonal, que se passe-t-il ?

échographie pelvienne après un bilan hormonal d'infertilité féminine

D’autres examens, essentiellement d’imagerie, peuvent également être pratiqués dans le cadre d’un bilan d’infertilité féminin : une échographie pelvienne, une hystéroscopie ou une hystérosalpingoscopie et une cœlioscopie abdomino-pelvienne. L’échographie pelvienne permet de rechercher un de kyste, un fibrome, des polypes, une malformation ou une endométriose. L’hystéroscopie ou l’hystérosalpingographie est utile pour visualiser certaines anomalies utérines comme un fibrome, un polype, une malformation (utérus cloisonné par exemple) ou une obstruction des trompes utérines. La cœlioscopie abdomino-pelvienne permet de diagnostiquer certaines anomalies des trompes ou pathologie comme l’endométriose, et de les traiter.

Parfois, une biopsie de l’endomètre (muqueuse utérine) peut être pratiquée la seconde partie du cycle. Il arrive aussi qu’un complément de bilan hormonal soit nécessaire, notamment en cas d’ovaires polykystiques. Enfin, une IRM abdomino-pelvienne ou un caryotype peuvent être réalisés pour établir un bilan de fertilité complet.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Stérilité ou infertilité –PMA. Ameli. Consulté le 26 mars 2019.
– Test d’infertilité et stérilité féminine : 4 examens de fécondité à faire lorsqu’on est une femme. Guide de l’infertilité. Consulté le 27 mars 2019.
– Item 37 – stérilité du couple. CNOF. Consulté le 27 mars 2019.