Jeune femme ayant des douleurs au ventre dû aux chlamydia

Diagnostic et traitement

Diagnostic par le médecin de chlamydia d'un patientQuel diagnostic ?

Une chlamydia est suspectée par un médecin lorsqu’il existe certains symptômes comme des écoulements au niveau du vagin ou du pénis.

Cependant, comme la présence de symptômes n’est pas fréquente, les infections à chlamydia sont généralement diagnostiquées grâce à l’analyse de prélèvements génitaux. La méthode diagnostic utilisée est la PCR. Elle peut être réalisée à partir de prélèvements génitaux, mais aussi d’urines ou de gorge. Une sérologie permet de mettre en évidence les anticorps spécifiques présents dans le sang du patient. Cette dernière est employée lorsqu’un prélèvement est impossible à réaliser.

Compte tenu de la fréquence de l’infection à chlamydia, et de son caractère asymptomatique fréquent, le dépistage systématique des sujets à risque élevé d’infections sexuellement transmissibles est recommandé. Les individus concernés par ces dépistages sont :

  • Les femmes sexuellement actives, de moins de 25 ans, ayant des antécédents d’IST, ayant un comportement sexuel à haut risque (plusieurs partenaires, nouveau partenaire, prostituées, la non-utilisation de préservatifs) ou ayant un partenaire atteint d’une IST ;
  • Les femmes enceintes. Ces dernières sont testées lors de leur première visite prénatale, et parfois également lors du 3ème trimestre ;
  • Les hommes ayant des rapports homosexuels.

Quel traitement ?

Le traitement des infections urogénitales non compliquées à Chlamydia trachomatis consiste en la prise d’antibiotique : l’Azithromycine en dose unique ou la Doxycycline pendant 7 jours ou certaines fluoroquinolones comme la Lévofloxacine.

En cas d’infections génitales compliquées comme la salpingite ou l’endométriose, le traitement est plus long et peut reposer sur l’utilisation de plusieurs antibiotiques en association.

À savoir ! Il n’existe aucun vaccin capable de prévenir la Chlamydia.

Le ou les partenaires du patient doivent être traités simultanément afin d’éviter toute réinfection.

Comment prévenir la chlamydia ?

Certaines mesures préventives générales peuvent permettre de se protéger des infections à Chlamydia :

  • Utiliser correctement et systématiquement un préservatif ;
  • Éviter les pratiques sexuelles dangereuses, par exemple changer fréquemment de partenaire, avoir des rapports avec des prostituées ou avoir des relations avec quelqu’un qui a d’autres partenaires sexuels ;
  • Un dépistage régulier, particulièrement en cas de comportement à risque ;
  • Le traitement précoce des infections ;
  • Le traitement du ou des partenaires si besoin.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Infections sexuellement transmissibles. Organisation mondiale de la santé. Consulté le 14 juin 2019.
– Chlamydia trachomatis. Cerballiance. Consulté le 25 juillet 2019.
– Chlamydia. Le manuel MSD. Consulté le 25 juillet 2019.
– Maladies et infections sexuellement transmissibles. Ameli. Consulté le 25 juillet 2019.