Agénésie dentaire

novembre 2021 par

Agénésie dentaire

Une agénésie dentaire est une anomalie du nombre de dents. Celle-ci peut avoir diverses étiologies, mais dans la majorité des cas, elle est d’origine génétique. L’anomalie peut concerner une ou plusieurs dents. Bien qu’indolore, ce trouble peut nécessiter un traitement lorsque plusieurs dents sont concernées, s’il existe un retentissement fonctionnel ou si le préjudice esthétique est important.

Définition et symptômes de l’agénésie dentaire

Qu’est-ce que c’est ?

Une agénésie dentaire est une absence ou malformation dentaire d’origine génétique, infectieuse ou liée à la prise d’un traitement anti-cancéreux.

Ce trouble est la malformation congénitale la plus fréquente chez l’homme. Effectivement, près de 20% des adultes n’ont pas toutes leurs dents de sagesse (les 3èmes molaires), et près de 5% de la population a au moins une dent n’ayant jamais poussé.

Schéma d'une dent manquante

On distingue différents types d’agénésie dentaire :

  • L’hypodontie : correspond à une absence congénitale de quelques dents, moins de 6. Ce trouble concerne 5% des Français. La 2ème prémolaire inférieure et l’incisive latérale de la mâchoire supérieure sont les dents les plus touchées. Cette anomalie est bien souvent à l’origine des « dents du bonheur » ;
  • L’oligodontie : désigne l’absence congénitale d’au moins 6 dents. Ce trouble est rare, il concerne moins de 7 cas sur 100 000. Il est généralement associé à d’autres syndromes malformatifs ;
  • L’anodontie : fait référence à une absence totale de dent. Ce trouble est extrêmement rare. Il est souvent associé à d’autres pathologies plus complexes.

Les dents les plus souvent concernées par l’agénésie dentaire sont les dents de sagesse, les 2èmes prémolaires et les incisives latérales supérieures. L’absence des canines et des incisives centrales de la mâchoire supérieure est plus rarement rencontrée.

Beaucoup d’agénésies dentaires restent inexpliquées. Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de ce trouble : certaines infections virales, l’exposition à certaines chimiothérapies ou certains toxiques, une carence sévère en vitamine D durant la période fœtale ou des causes génétiques.

L’agénésie dentaire est souvent associée à des malformations dentaires ou des localisations ectopiques (en dehors du siège habituel).

On distingue :

  • L’agénésie dentaire isolée lorsqu’elle est d’origine génétique et non associée à d’autres symptômes ;
  • L’agénésie dentaire syndromique lorsque d’autres anomalies sont associées.

Quels symptômes ?

Une agénésie dentaire se traduit par l’absence d’une ou plusieurs dents, selon le type d’agénésie. L’affection concerne surtout les dents définitives, mais peut aussi parfois être observée sur les dents de lait.

Cette affection peut être à l’origine de troubles de la phonation, de la déglutition voire de la ventilation, et d’un préjudice esthétique.

Diagnostic et traitement de l’agénésie dentaire

Quel diagnostic ?

Son diagnostic est établi par un chirurgien-dentiste.

Dans un premier temps, le dentiste procède à l’examen de la cavité buccale.

Il réalise une radiographie panoramique dentaire en complément. En effet, la dent ne pousse pas, car son germe (bourgeon à partir duquel la dent se forme) n’existe pas. Ainsi, il ne sera pas visible à la radiographie.

Une agénésie dentaire est généralement détectée entre l’âge de 6 et 10 ans, à la chute des dents de lait. Deux cas de figure peuvent se présenter : soit la dent de lait ne tombe pas, du fait de l’absence de pression de la dent définitive sous-jacente, soit la dent de lait tombe et n’est pas remplacée.

Quel traitement ?

La prise en charge varie selon le type d’agénésie.

L’agénésie des dents de sagesse, la plus courante, ne justifie aucun traitement. En effet, elle est sans conséquence.

Lorsque l’agénésie concerne une incisive latérale, une prémolaire ou une autre dent, la pose d’un implant dentaire, prothèse ou appareils orthodontiques est proposée. Parfois, les dents adjacentes ont comblé l’espace libre ; dans ce cas, aucun traitement n’est nécessaire.

implant dentaire

À savoir ! Les implants dentaires sont remboursés par la sécurité sociale dans le cadre d’une agénésie dentaire, et uniquement dans cette indication. La prise en charge concerne les cas d’agénésie multiples.

Un implant dentaire ne peut pas être posé avant l’âge de 17-18 ans, et surtout tant que la croissance n’est pas achevée ; la pose d’un implant étant alors contre-indiquée.

Charline D., Docteur en pharmacie

Sources
– Agénésie dentaire. appareil-dentaire.ooreka.fr. Consulté le 17 octobre 2021.
– Agénésies dentaires multiples. ameli.fr. Le 29 décembre 2020.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.