Nécrose dentaire


Rédigé par Florence D-L. et publié le 31 octobre 2022

femme âgée atteinte de nécrose dentaire

La nécrose dentaire est une pathologie bucco-dentaire assez méconnue mais particulièrement problématique, puisqu’il s’agit de la mort pure et simple d’une dent. Pour rappel, la dent est un tissu vivant, notamment au niveau de la pulpe, située au cœur de la dent et abritant des nerfs et des vaisseaux. Ainsi, la nécrose dentaire est parfois appelée nécrose pulpaire. La prise en charge du patient atteint de nécrose dentaire par un chirurgien-dentiste est indispensable.

La nécrose dentaire, définitions et symptômes

Rappels anatomiques sur les dents

Pour bien comprendre en quoi consiste la nécrose dentaire, quelques rappels s’imposent concernant les dents, leur composition et leur fonction.

Une dent se divise en plusieurs zones :

  • La couronne est la partie visible ;
  • La racine est la partie implantée dans l’os ;
  • Le collet sert de jonction entre les deux et se situe au niveau de la gencive.

Une dent est composée de plusieurs tissus :

  • En surface, l’émail est le tissu le plus dur et le plus minéralisé du corps humain ;
  • Juste en-dessous, la dentine constitue l’essentiel de la dent ;
  • Au centre, la pulpe contient des nerfs, des vaisseaux sanguins et lymphatiques, faisant de la dent un tissu vivant et sensible. C’est précisément cette pulpe qui va être au centre du concept de nécrose dentaire.

Pour finir, rappelons que l’enfant possède 20 dents de lait tandis que l’adulte possède 32 dents définitives. Il existe plusieurs catégories de dents en fonction de leur forme, de leur localisation dans la bouche et de leur fonction dans la prise en charge des aliments : incisives, canines, prémolaires et molaires. Cependant, toutes les dents présentent la même composition et sont donc susceptibles de présenter une nécrose dentaire.

À savoir ! Les dents sont essentielles pour s’alimenter, parler, communiquer et sourire. Il est primordial d’en prendre le plus grand soin à tous les âges de la vie. La santé bucco-dentaire est aussi importante que la santé en général et ne doit pas être négligée.

Qu’est-ce que la nécrose dentaire ?

La nécrose dentaire, aussi appelée nécrose pulpaire, se définit comme la destruction prématurée et irréversible des cellules de la dent, et plus précisément des cellules de la pulpe dentaire. Les causes de la nécrose dentaire sont très variables selon les personnes (voir plus bas).

À savoir ! Une dent nécrosée est susceptible d’être colonisée par des bactéries, ce qui conduit à une infection dentaire et à un abcès dentaire voire à une infection extra-dentaire si aucun traitement n’est rapidement mis en place.

Quels sont les symptômes de la nécrose dentaire ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser au vu de la gravité de la pathologie, la nécrose dentaire présente finalement peu de symptômes et cela peut faire penser au patient qu’il ne souffre d’aucune pathologie bucco-dentaire.

hologramme d'une dent

Tout commence par un premier épisode douloureux comme par exemple une rage de dents. Cet événement laisse la place à un phénomène plus chronique, peu ou pas douloureux, au cours duquel la dent se nécrose peu à peu, parfois sur plusieurs années.

À savoir ! A savoir : En parallèle, la dent nécrosée change progressivement d’aspect : elle s’opacifie et devient grisâtre. De plus, elle finit par devenir insensible étant donné que la pulpe est atteinte.

Quelles sont les causes de la nécrose dentaire ?

Plusieurs causes sont possibles :

  • Une infection : la carie est une maladie bucco-dentaire très fréquente, au cours de laquelle des bactéries creusent des cavités dans la dent. Selon sa localisation et son degré de sévérité, la carie atteint l’émail puis la dentine puis la pulpe d’où le risque de nécrose dentaire. La pulpite est une autre forme d’infection, où les bactéries passent par la racine de la dent et non par la couronne ;
  • Un traumatisme physique : aigu comme une chute ou chronique comme un grincement des dents, aussi appelé bruxisme ;
  • Un soin dentaire : malgré toutes les précautions qu’il prend lors des consultations et des soins à son cabinet, le chirurgien-dentiste peut malheureusement contribuer à l’apparition d’une nécrose dentaire, par exemple suite à la pose d’une couronne sur une dent initialement vivante.

À savoir ! Trouver la cause est important pour limiter le risque de récidive de nécrose dentaire et continuer à prendre soin de ses dents. Par exemple, prévoir le port régulier d’une gouttière en cas de bruxisme.

Diagnostic et traitement de la nécrose dentaire

Comment poser le diagnostic ?

Le diagnostic et la prise en charge d’une nécrose dentaire nécessite l’intervention d’un chirurgien-dentiste.

Le diagnostic repose sur l’interrogatoire du patient, un examen clinique complet des dents et de la bouche, divers tests au niveau de la dent atteinte et de sa pulpe, éventuellement complétés par une radiographie spéciale appelée panoramique dentaire.

dentiste soignant une personne atteinte de nécrose dentaire

Comment traiter la nécrose dentaire ?

Une nécrose dentaire peut se traiter essentiellement de deux façons :

  • Traitement endodontique ou traitement du canal radiculaire, aussi couramment appelé dévitalisation de la dent : celle-ci consiste à nettoyer la dent de l’intérieur et à retirer la pulpe. Une pâte spéciale permet de reboucher la dent de façon étanche. Cette technique permet de conserver la dent plutôt que de l’extraire. L’inconvénient de cette méthode est qu’elle fragilise la dent du fait de la perte tissulaire. Il est fréquent d’associer la dévitalisation d’une dent à la pose d’une couronne pour la renforcer et la protéger ;
  • Extraction dentaire : dans les cas les plus sévères, une extraction dentaire, c’est-à-dire le retrait pur et simple de la dent, est inévitable. La plupart du temps, la dent est alors remplacée par un implant ou un bridge pour ne pas rester manquante dans la bouche.

À savoir ! En cas de nécrose dentaire, des antibiotiques par voie orale sont couramment prescrits, en préventif ou en curatif d’une infection dentaire. Il est recommandé de respecter les posologies prescrites ainsi que la durée de traitement.

Comment prévenir la nécrose dentaire ?

Une bonne hygiène bucco-dentaire est indispensable pour éviter d’abîmer ses dents voire de finir par les perdre.

L’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD) a émis des recommandations claires, accessibles à tous et faciles à mettre en place au quotidien, pour une bouche et des dents plus saines :

  • Deux brossages par jour, un le matin et un le soir, pendant deux minutes ;
  • L’utilisation d’un dentifrice fluoré, avec une teneur en fluor adapté à l’âge de l’enfant le cas échéant ;
  • L’utilisation de fil dentaire ou de brossettes en complément du brossage ;
  • Une visite au moins une fois par an chez le dentiste, à partir de l’âge d’un an ;
  • Une alimentation variée et équilibrée ;
  • En complément, la mastication d’un chewing-gum sans sucres après chaque prise alimentaire et le recours à un bain de bouche sans alcool comme complément d’hygiène.

À savoir ! Se brosser les dents à l’aide d’une brosse à dents souple, manuelle ou électrique selon les goûts de chacun et/ou selon les recommandations du chirurgien-dentiste. Changer la tête de la brosse à dents au moins tous les trois mois.

À savoir ! En cas de symptômes d’origine dentaire et notamment devant l’apparition d’une douleur, consulter rapidement un chirurgien-dentiste.

Rédigé par Florence D.-L., Docteur en pharmacie

Sources
– Le Manuel MSD – Version pour les professionnels de santé. Pulpite. msdmanuals.com. Consulté le 31 octobre 2022.