Crampe musculaire

30 août 2021 par

Crampes musculaires

La contraction musculaire volontaire survient lorsque le cerveau envoie l’ordre aux muscles de se contracter en envoyant un signal électrique via les neurones moteurs qui innervent les muscles. Lorsqu’une contraction intervient de manière involontaire, soudaine, et que le muscle n’arrive pas à se relâcher, on parle alors de crampe musculaire. Cette dernière est douloureuse pendant quelques secondes à quelques minutes. Cette affection ne nécessite pas de diagnostic. Il n’existe aucune prise en charge particulière lorsqu’elle est occasionnelle. Lorsque le problème est fréquent, il est conseillé d’en parler au médecin.

Définition et symptômes d’une crampe musculaire

Qu’est-ce qu’une crampe ?

Divers types de muscles constituent le corps : le muscle cardiaque, aussi appelé le myocarde, le muscle lisse et le muscle squelettique.

Le muscle cardiaque permet au cœur d’assurer ses fonctions vitales.

Les muscles lisses sont localisés, notamment, au niveau de la paroi des vaisseaux sanguins, de la paroi intestinale, utérine, ou bronchique. Ils ne peuvent pas être contractés de façon volontaire. C’est le système nerveux autonome qui contrôle leur contraction.

Les muscles squelettiques contrôlent la motricité et le maintien du corps. Ils sont reliés au squelette via les tendons, et sont innervés par les neurones moteurs du système nerveux périphérique. Ce type de muscle, à l’inverse des muscles lisses, peuvent être contractés volontairement (par exemple plier le bras ou lever la jambe…). Ce sont eux qui sont concernés par les crampes musculaires.

Un muscle squelettique est constitué de plusieurs faisceaux de fibres, composés eux-mêmes de fibres musculaires (ou myocyte). Ces dernières représentent l’unité fonctionnelle du muscle squelettique. Elles contiennent plusieurs noyaux et des myofibrilles capables de se contracter.

L’arrivée de l’influx nerveux engendre une augmentation de calcium au niveau de la fibre musculaire ce qui enclenche la contraction des myofibrilles. La fibre musculaire contractée étant plus courte que la fibre relâchée, la contraction des myofibrilles a pour conséquence motrice de rapprocher les deux points d’articulation sur lesquelles le muscle est attaché.

Il existe différents types de crampes dont les causes sont variables :

  1. Les crampes paraphysiologiques présentes chez les sportifs, femmes enceintes ou les individus sains. Elles sont occasionnelles ;
  2. Les crampes idiopathiques qui comprennent les crampes nocturnes ;
  3. Les crampes symptomatiques : liées à des pathologies telles que : la maladie de Parkinson, des myopathies, le diabète, des insuffisances veineuses, etc …;
  4. Les crampes médicamenteuses. En effet, certains médicaments favorisent l’apparition des crampes

Crampes musculaires chez la femme enceinte

Plusieurs occasions peuvent engendrer une crampe :

  1. Blessure musculaire. Lorsqu’un os est fracturé. Dans ce contexte, la crampe est un mécanisme de protection permettant de limiter les mouvements de la jambe/bras et de l’os fracturé ;
  2. Activité physique soutenue. La majorité des crampes est associée à une sollicitation trop importante d’un muscle ou un groupe de muscles. Ce type de crampe survient lors de l’activité ou quelques temps après l’exercice physique. Elle peut aussi se manifester lorsqu’une mauvaise posture est maintenue trop longtemps ;
  3. Au repos. Ce type de crampes peut survenir à tous les âges, et sont fréquentes la nuit. Elles sont mal expliquées. Un faux-mouvement ou une mauvaise position maintenue de façon prolongée d’un membre à l’origine du déclenchement de la crampe est souvent évoqué. Ce type de crampe survient parfois plusieurs fois par nuit et est particulièrement douloureuse.

Les crampes peuvent résulter de divers déséquilibres métaboliques :

  1. Déshydratation. Une activité physique soutenue provoque une perte de fluide et de métabolites (notamment du sodium) importante via la transpiration, ce qui augmente les risques d’avoir une crampe ;
  2. Faible niveau sanguin de calcium et/ou de magnésium. Lorsque le taux sanguin de calcium ou de magnésium est trop bas, l’excitabilité des terminaisons nerveuses et des muscles qu’elles contrôlent augmente, prédisposant à un risque plus élevé d’avoir des crampes. Diverses causes peuvent expliquées les taux sanguins bas de calcium et magnésium, par exemple, une grossesse, la prise de diurétiques, une hyperventilation ou une déficience en vitamine D.

A savoir ! Une mauvaise circulation sanguine abaisse les apports en oxygène dans le tissu musculaire et provoque des douleurs semblables à celle des crampes. Pour autant, ces douleurs ne sont pas des crampes en tant que telles et seraient dues à une accumulation d’acide lactique dans le muscle

Quels symptômes ?

Les crampes musculaires sont très douloureuses, durent de quelques secondes à quelques minutes, et peuvent aussi bien survenir pendant un effort physique qu’au repos.

ll n’est pas rare que plusieurs crampes se succèdent les unes aux autres avant que le muscle ne finisse enfin par se décontracter.

La crampe peut affecter seulement quelques fibres musculaires dans un muscle, le muscle entier, ou plusieurs groupes musculaires en même temps.

Les crampes musculaires peuvent concerner la totalité des muscles qui se contractent de manière volontaire (muscles squelettiques). Cependant, les plus fréquentes touchent :

  1. Les membres inférieurs : pieds, mollets, cuisses ;
  2. Les mains. Elles apparaissent après des efforts prolongés d’écriture.

Diagnostic et traitement d’une crampe musculaire

Quel diagnostic ?

Une crampe musculaire ne nécessite pas de diagnostic médical. Le patient peut, en effet, de lui-même l’identifier. Une crampe est une affection totalement bénigne.

Un avis médical est uniquement nécessaire dans certains cas :

  • La survenue de crampes associées à une pathologie chronique ;
  • La prise d’un traitement qui favorise la survenue des crampes ;
  • Les manifestations de la crampe sont atypiques. En effet, certaines pathologies peuvent parfois être confondues avec une crampe au début ;
  • Les crampes sont de plus en plus fréquentes et sont difficiles à faire céder ;
  • Les crampes surviennent suite à une intoxication (aux métaux lourds ou au venin).

Quel traitement ?

La plupart du temps, les crampes peuvent être soulagées rapidement, en étirant le muscle contracté :

  1. Debout : un muscle peut être étiré en marchant doucement, ou en pratiquant un étirement face à un mur, les pieds à 50 cm de celui-ci avec les mains posées dessus. Il faut garder le dos bien droit et les talons bien au sol.
  2. Allongé : fléchir la cheville et ramener les orteils vers la jambe, tout en maintenant la jambe bien droite.
  3. Appliquer de la chaleur, masser doucement le muscle contracté aidera également à le décontracter.
  4. Se réhydrater une fois la crampe passée : il est important de bien s’hydrater, avec de l’eau et de l’eau légèrement salée.
  5. Crampes à la main : poser la main sur une table ou contre un mur, maintenir les doigts bien à plat sur la surface et soulever la paume de la main, cette technique permet d’étirer les muscles fléchisseurs des doigts souvent responsables de la crampe.

Il est également utile de masser le muscle touché par la crampe et de bien s’hydrater une fois la crampe passée. La prise de paracétamol ou d’anti-inflammatoire est possible lorsque la douleur musculaire persiste après la crampe.

Si les crampes sont récidivantes il faut privilégier certains aliments riches en magnésium, par exemple les lentilles, les légumes verts, les céréales complètes, le chocolat noir, etc. et les fruits riches en potassium dont les abricots ou les bananes par exemple.

Pour prévenir l’apparition des crampes, il est nécessaire de bien s’étirer et s’échauffer avant, et à la suite, d’une activité physique. L’hydratation est également primordiale tout au long de l’effort, en particulier si l’entrainement dépasse une heure.

Certaines boissons riches en électrolytes (sodium, potassium) sont intéressantes pour les sportifs. Enfin, il est préférable d’éviter toute activité physique prolongée en cas de hautes températures

Publié le 12 février 2016. Mis à jour par Charline D., Docteur en pharmacie, le 30 août 2021.

Sources
– Crampes : que faire et quand consulter ? ameli.fr.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.