Le suicide en France : Etat des lieux

Sep 7, 2016 par

suicide-mort-tentative

La Direction générale de la santé a créé un programme national de prévention au suicide afin de mieux connaître et mieux prévenir les conduites suicidaires en France. Santé sur le Net réalise un état des lieux pour vous permettre de bien comprendre les enjeux d’une meilleure prévention et endiguer le phénomène, à 3 jours de la journée mondiale de la prévention du suicide.

Le suicide

2016-09-12-suicide

Lorsque l’on évoque la problématique du suicide, il est important de différencier les trois termes qui y sont liés : les pensées suicidaires, les tentatives de suicide et enfin le suicide en lui-même.

Les pensées suicidaires

On parle de pensées suicidaires lorsque la personne a des idées de mort volontaire (contre elle-même) suite à une douleur morale ou à une détresse qu’elle juge insurmontable.

Les pensées suicidaires sont présentes dans toutes les catégories sociales de la population française. Selon l’ONS (Observatoire National du Suicide), 5% des français d’âge compris entre 15 et 75 ans, auraient déjà eu des pensées suicidaires au cours des douze derniers mois.

Les tentatives de suicide

La tentative de suicide correspond au passage à l’acte des pensées suicidaires. Il s’agit d’une démarche auto-agressive délibérée et dirigée contre soi-même, dans le but initial de se donner la mort, mais sans conséquences fatales.

Chaque année, plus de 200 000 tentatives de suicides sont comptabilisées en France, ce qui est 20 fois plus important que le nombre de suicides ! Ces tentatives sont souvent réalisées par des adolescentes d’âge compris entre 15 et 20 ans, période durant laquelle elles évoluent psychologiquement et qui est parfois mal vécue.

A savoir ! Certaines tentatives de suicide sont des appels à l’aide. Cette situation correspond à des personnes ne souhaitent pas « réellement » se donner la mort, mais plutôt attirer l’attention de l’entourage, pour que celui-ci comprenne qu’il y a un problème. Ces appels à l’aide sont à prendre au sérieux, car l’état de mal-être de ces personnes peut parfois mener à de réelles intentions suicidaires.

Le suicide

Le suicide est l’acte de s’infliger la mort volontairement. Il tue chaque année en France 3 fois plus que les accidents de la route. L’ONS indique dans son rapport que la France enregistre près de 27 décès par jour par suicide « officiel », mais a priori le nombre « réel » de suicide se situerait plus autour de 10 700 chaque année, soit près de 30 décès par jour !

Contrairement aux préjugés, le suicide ne touche pas majoritairement les femmes, mais concerne surtout les hommes. En effet, l’ONS précise dans son rapport que le suicide concerne l’ensemble de la société française avec une prépondérance pour la population masculine, davantage pour les hommes d’âge compris entre 25 et 44 ans (la part des décès masculins représenterait pour cette tranche d’âge près de 80 % des suicidés).

De plus, le suicide touche majoritairement les séniors (à partir de 75 ans), généralement en situation de vulnérabilité. Près de 30 habitants pour 100 000 se suicident en France chaque année après 75 ans !

Les facteurs de risque

De nombreuses études, concernant les connaissances récentes sur la typologie des suicidants, ont été publiées. Plusieurs facteurs de risque seraient mis en avant chez les personnes concernées par les tentatives de suicide :

  • Les problèmes de santé comme les troubles de la santé mentale ou certaines maladies somatiques (notamment les maladies chroniques) ;
  • Les facteurs socio-économiques tels qu’un faible niveau d’éducation, le chômage ou les revenus faibles ;
  • Les facteurs socio-démographiques, c’est-à-dire le sexe, l’âge ou le statut marital.

L’ONS indique également que ces facteurs pourraient se croiser et ainsi avoir une influence sur les conduites suicidaires à court (notamment pour les problèmes psychiatriques) et long terme (particulièrement pour les facteurs socio-démographiques).

La prévention

Le programme national d’actions contre le suicide a mis en place un certain nombre de mesures afin de prévenir les pensées suicidaires ainsi que les tentatives de suicide. Voici quelques mesures mises en place :

1. L’ouverture de ligne d’appels en collaboration avec des partenaires associatifs.
  • Suicide Ecoute : 01.45.39.40.00 ;
  • SOS Suicide Phénix : 01.40.44.46.45 ;
  • Cap écoute : 04.72.33.34.35 ;
  • Fil Santé Jeunes : 32 24.

2. Le maintien du contact auprès du suicidant. Le programme prévoit diverses communications avec le suicidant, telles que :
  • Appels ;
  • SMS ;
  • Cartes postales ;
  • Documents rappelant les numéros des différents services d’aide et associations existants.
3. La restriction des moyens létaux. Le rapport est plus mitigé concernant cet acte de prévention.

En effet, il s’agit d’accentuer le contrôle de la détention d’armes à domicile au niveau local ou de modifier la réglementation sur le port d’arme au niveau national. Toutefois, les armes à feu sont moins répandues en France que dans d’autres pays étrangers, d’où une efficacité moindre pour ce dispositif.

Les dispositifs mis en place, avec l’argument « connaître pour prévenir » ont pour but de réduire considérablement les suicides en France. Les chiffres énoncés dans l’article étant inquiétants, il est important qu’une réflexion autour de la prévention du suicide soit faite à la fois par les instances étatiques et par la population elle-même. Reconnaître une personne vulnérable et l’aider dans sa démarche pourrait permettre une prévention voire une meilleure prise en charge des conduites suicidaires. Le suicide tue plus que les accidents de la route chaque année, Santé sur le Net vous rappelle que l’accompagnement par un professionnel de santé reste la meilleure prévention possible pour une personne vulnérable et ayant des conduites suicidaires.

Élise T., Rédactrice.


Source :

Suicide, connaître pour prévenir : dimensions nationales, locales et associatives. 2ème rapport. Observatoire Nationale du Suicide. Février 2016

Pierre M.
Journaliste scientifique
Passionné par les nouvelles technologies, le web et le canyoning.
Il a un intérêt particulier pour les médecines douces.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.