Tests salivaires dans les écoles : Où en est le déploiement ?

mai 2021 par

Une nouvelle étape dans la gestion de l’épidémie de la Covid-19 dans les écoles françaises a été franchie, avec l’arrivée depuis le 22 février 2021 des tests salivaires dans les écoles de la zone A. Où en est le déploiement de ces tests dans les écoles françaises ? Apportent-ils la réponse souhaitée face à l’épidémie de la Covid-19 ? Santé Sur le Net vous apporte quelques éléments de réponse.

test salivaire à l'école

Dépistage de la Covid-19 et tests salivaires dans les écoles

Depuis plusieurs semaines, le Ministère de l’Education Nationale, en concertation avec le Ministère de la Santé et des Solidarités, avait mis en place des mesures d’accès prioritaires aux tests dans les écoles de dépistage de la Covid-19 pour les élèves et les personnels. Le lundi 22 février, une nouvelle étape a été franchie, avec le déploiement des tests salivaires dans un maximum d’établissements du territoire.

Jusque-là, le dépistage de la Covid-19 pouvait être pratiqué selon trois modalités :

  • Un prélèvement sanguin suivi d’une RT-PCR ;
  • Un test RT-PCR sur un prélèvement nasopharyngé ;
  • Un test antigénique sur un prélèvement nasopharyngé.

Des tests généralement déconseillés chez les plus jeunes, en particulier chez les enfants de moins de 6 ans.

Des tests plus faciles à mettre en œuvre chez les jeunes enfants

Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de la Covid-19, il est essentiel de dépister largement les personnes contaminées, pour les isoler et limiter la propagation du virus. Et les enfants n’échappent pas à cette règle, bien que les études suggèrent qu’ils propageraient moins le virus que les adultes. L’arrivée des tests dans les écoles doit permettre de tester plus facilement les élèves de tous âges et donc d’identifier d’éventuels nouveaux foyers de contamination. Ainsi, toute découverte d’un cas positif dans un établissement scolaire entraîne sa fermeture immédiate.

Pour réaliser le test salivaire, l’enfant doit cracher dans un flacon, un geste qui peut être remplacé si besoin par le passage d’une pipette sous la langue. Fini donc le prélèvement avec un écouvillon nasal, un geste parfois redouté et surtout impressionnant. De plus, le test salivaire, au contraire des tests PCR et antigéniques, ne nécessite pas de personnel médical formé et peut être effectué par toute personne volontaire. Les résultats sont obtenus en 24 heures, après envoi du flacon à un laboratoire d’analyses médicales.

Un objectif de 300 000 tests par semaine

Malgré ces avantages apparents, les tests salivaires présentent deux inconvénients majeurs. S’ils sont positifs, il faut obligatoirement réaliser une RT-PCR pour rechercher un éventuel variant et donc recourir à un prélèvement nasopharyngé. Et leur sensibilité n’est que de 85 %, contre plus de 90 % en moyenne pour les RT-PCR.

Initialement déployés dans les établissements scolaires de la zone A, les tests salivaires devraient progressivement arriver dans toutes les écoles françaises, avant d’être étendus aux collèges, aux lycées, puis aux universités.

À savoir ! Ces tests, destinés au personnel, ne seront pas obligatoires pour les élèves, pour lesquels les parents doivent donner leur consentement. Les enfants peuvent effectuer le test, soit à l’école, soit le soir au domicile familial.

L’objectif du Ministère de l’Education Nationale est d’atteindre le plus rapidement possible un rythme de 300 000 tests salivaires par semaine. Des campagnes ciblées peuvent être organisées dans les établissements scolaires, après autorisation de l’ARS. Le nombre de tests salivaires disponibles sur le territoire reste aujourd’hui bien inférieur au nombre d’enfants scolarisés en France, et le déploiement reste très variable selon les régions.

Estelle B., Docteur en Pharmacie, article publié le 2 mars 2021. Mis à jour le 04 mai 2021.

Sources
– Tests salivaires dans les écoles : la notice qui inquiète les enseignants. L’express.fr. Consulté le 01 mars 2021.
– Covid-19 : le gouvernement promet une campagne massive de tests salivaires dans les écoles, les syndicats sont dubitatifs. France Info. Consulté le 1er mars 2021.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.