Tous unis contre la dénutrition !

novembre 2021 par

La deuxième édition de la semaine nationale de la dénutrition est l’occasion de rappeler les dangers de cette maladie silencieuse qui ne concerne pas que les personnes âgées. Focus sur les moyens de la prévenir et de la traiter !

La deuxième édition de la semaine nationale de la dénutrition

La dénutrition et ses dangers

Réel enjeu de santé publique, la dénutrition touche près de 2 millions de français parmi lesquels des personnes âgées (25 % des personnes de plus de 70 ans vivant seules), mais également des adultes et des enfants.

À savoir ! Depuis 2020, les malades de la Covid-19 sont aussi concernés par le risque de dénutrition : suite à une hospitalisation, ou en cas de symptômes prolongés liés à la Covid-19.
La dénutrition correspond à un déséquilibre nutritionnel pouvant résulter d’apports alimentaires insuffisants, d’une augmentation des pertes énergétiques du corps humain (au cours de certaines situations et maladies) ou d’une augmentation des besoins non couverts par l’alimentation.

La dénutrition est définie par :

  • Une perte > 5% du poids en un mois, ou > 10% en 6 mois ou,
  • Un Indice de Masse Corporelle (IMC) < 18,5 (22 après 70 ans),
  • Une stagnation voire cassure des courbes de poids et/ou taille chez les enfants.

À savoir ! Contrairement à la pensée populaire, la dénutrition n’est pas toujours synonyme d’amaigrissement. Une personne présentant un indice de masse corporelle normal ou élevé, et en particulier un patient souffrant d’obésité peut également présenter une dénutrition.

La dénutrition n’est pas sans conséquence sur l’état de santé de la personne concernée : fonte de la masse musculaire, perte de mobilité, risque de chute, défaut de cicatrisation suite à une plaie ou chirurgie, altération des fonctions essentielles et répercussions psychiques et relationnelles. A cela s’ajoutent une diminution des défenses naturelles immunitaires pouvant conduire à de nouvelles infections, et des complications parfois sévères. Associée à certaines pathologies, la dénutrition est par ailleurs un facteur de mauvais pronostic.

Prévenir et traiter la dénutrition

C’est dire combien la sensibilisation de l’ensemble de la population aux dangers de la dénutrition et aux moyens de la prévenir s’avère indispensable !

Prévenir la dénutrition implique ainsi de faire preuve de vigilance face à certains signes précurseurs ou facteurs de risque de dénutrition. Ces facteurs de risque de dénutrition (liste non exhaustive) permettent en effet de prédire l’apparition et le développement d’une fragilité de la personne concernée ; qu’il s’agisse d’une personne âgée, d’un jeune enfant ou d’une personne malade ou hospitalisée :

  • Perte d’appétit en premier lieu, pouvant être d’origine multiple : perte de l’envie de manger (isolement, hospitalisation), régime alimentaire restrictif, troubles psychologiques (syndrome dépressif) ou cognitifs (démence d’Alzheimer), maladies chroniques (cancers, cirrhose…), éthylisme etc.
  • Troubles digestifs chroniques
  • Maladies infectieuses, hyperthyroïdie
  • Problèmes bucco-dentaires tels que troubles de la dentition et baisse du flux salivaire
  • Troubles de la déglutition, difficultés à la mastication, perte de goût
  • Certains traitements : antinéoplasiques en particulier etc.

Pour prévenir la dénutrition, il conviendra avant tout à veiller à ce que les besoins énergétiques soient couverts de manière optimale. L’objectif étant de conserver un poids de forme. Le médecin traitant pourra s’en assurer au moyen d’une surveillance du poids et d’une enquête alimentaire. Il faudra également maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire et avoir une activité physique adaptée et régulière.

Une fois le diagnostic de dénutrition posé, il sera alors indispensable d’enrichir l’alimentation en nutriments pour augmenter la densité énergétique des plats ainsi que leur teneur en protéines. L’enrichissement pourra se faire via des aliments traditionnels tels que les fromages, le beurre, les œufs etc. en premier lieu, ou secondairement via des compléments industriels (compléments nutritionnels oraux, poudre de protéines, produits hyper-protéinés), uniquement sous prescription médicale.

À savoir ! Les compléments nutritionnels sont prescrits en cas d’alimentation orale insuffisante. Ils ne remplacent pas le repas et doivent toujours être utilisés sous contrôle médical.

À savoir ! En cas d’amaigrissement > 3 kg, parlez-en à votre médecin.

Semaine nationale de la dénutrition : Se mobiliser contre la dénutrition

Cette année, la deuxième édition de la semaine nationale de la dénutrition aura lieu du 12 au 20 novembre. L’objectif affiché ? Sensibiliser les citoyens et les soignants aux enjeux, à la prévention et au traitement de la dénutrition. Pour l’occasion, le ministère des Solidarités et de la Santé a confié au collectif de lutte contre la dénutrition l’organisation de cet événement de santé publique qui répond aux objectifs du Programme national nutrition santé 2019-2023 (PNNS 4).

L’an dernier, cette campagne avait reçu le soutien de nombreux partenaires malgré les contraintes liées au contexte sanitaire. Cette année, la campagne pourra s’appuyer sur l’engagement des agences régionales de santé et les nouveaux partenariats entrepris avec les associations et les fédérations professionnelles. Nul doute que ces nouvelles collaborations aideront à sensibiliser au maximum le grand public et les populations concernées. Tous unis contre la dénutrition !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– Semaine de la dénutrition : comment repérer les déséquilibres alimentaires ? ameli.fr. Consulté le 7 novembre 2021.
– Semaine nationale de la dénutrition. luttecontreladenutrition.fr. Consulté le 7 novembre 2021.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.