Une tranche de saumon fumé bio à Noël ?

Dec 18, 2017 par

La France est le premier pays consommateur de saumon en Europe, avec près de 40 000 tonnes par an. Conséquence des inquiétudes sur la qualité des saumons d’élevage, le saumon bio est en plein développement depuis quelques années. Mais ce saumon est-il vraiment de meilleure qualité ?

saumon fumé

Saumon fumé bio et produits toxiques

Le saumon, frais ou fumé, est l’un des poissons les plus consommés en France, en particulier au moment des fêtes. En 2013, une enquête sur les conditions d’élevage des saumons avait provoqué une véritable crise du saumon. En novembre 2016, l’association 60 millions de consommateurs en partenariat avec le magazine Thalassa de la chaîne de télévision France 3 cible directement la qualité du saumon bio.

Au total, 10 pavés de saumon frais et 15 saumons fumés en provenance de Norvège, d’Irlande ou d’Écosse ont été étudiés. Les produits étaient conventionnels ou bio, avec ou sans ‘Label Rouge’, certifiés ou non ‘Filière Responsable’. Différentes analyses ont été effectuées : la teneur en matière grasse, la composition en acides gras, les métaux lourds (arsenic, plomb, mercure), les PCB ou polychlorobiphényle (polluants organiques de l’environnement qui persistent dans la chaîne alimentaire), les pesticides et les résidus d’antibiotiques.

Le saumon, comme beaucoup de poissons gras, présente des risques de contamination par des produits chimiques. Dans le cas des saumons frais, seuls les 4 pavés de saumon bio s’avèrent contaminés en :

  • Mercure avec des teneurs qui restent inférieures aux normes réglementaires
  • Arsenic avec des teneurs très variables
  • PCB, produits pourtant interdits depuis des décennies
  • Résidus de pesticides, dont 4 sont interdits depuis plusieurs années en Europe.

Les teneurs en contaminants sont supérieures dans les saumons bio par rapport au non bio. Les produits les plus concernés sont les pavés de saumon frais bio, quel que soit le produit toxique considéré.

À savoir ! Qu’est-ce qu’un poisson gras ? Les poissons gras constituent une catégorie d’aliments dans laquelle se trouvent l’anchois, le hareng, le maquereau, la sardine, le saumon et la truite. Vivant dans les eaux froides, ils sont particulièrement riches en acides gras insaturés (oméga-3). Dans le cadre d’une alimentation saine et diversifiée, il est conseillé de consommer une portion de poisson gras par semaine.

Dans les 15 saumons fumés, aucun produit chimique n’a été détecté. Ce résultat pourrait être lié au mode de préparation du poisson et notamment au retrait des parties les plus riches en tissus graisseux et donc en contaminants potentiels. Alors d’où viennent ces produits chimiques présents dans le saumon bio ? Pas de l’environnement semble-t-il mais plutôt de l’alimentation des poissons.

L’alimentation des saumons en question

Pour expliquer la contamination du saumon et en particulier du saumon bio, l’enquête incrimine l’alimentation des poissons. Pour obtenir une alimentation proche de celle des poissons sauvages, les rations alimentaires utilisées en élevage bio sont enrichies en huiles et en farines de poissons. En revanche, dans les élevages conventionnels, les saumons ont une nourriture essentiellement végétarienne.

L’hypothèse émise par les enquêteurs est la contamination des huiles et farines de poissons utilisées. Issus de la pêche durable, ces produits peuvent néanmoins être impactés par la pollution des océans. Les produits chimiques présents dans les océans ont tendance à s’accumuler dans les organismes vivants tout au long de la chaîne alimentaire. Les poissons, dernier maillon de la chaîne, concentrent alors les contaminants. Le saumon bio serait ainsi contaminé par sa nourriture.

Saumon bio ou pas bio ?

Quel saumon choisir pour les fêtes sans ingérer des métaux lourds ou des pesticides ? Les résultats de l’enquête indiquent que l’ensemble des produits testés respectent les normes sanitaires en vigueur. Mais choisir le saumon bio ne s’avère pas le meilleur des choix pour consommer sain. Les saumons issus d’élevages conventionnels sont moins contaminés que lors des enquêtes précédentes et surtout moins que le saumon bio. Le saumon fumé est le produit le plus préservé, qu’il soit bio ou non.

L’association 60 Millions de Consommateurs prodigue quelques conseils pour choisir son saumon fumé pour les fêtes :

  • Éviter les saumons dont l’emballage indique « Ne pas recongeler »
  • Le seul additif autorisé en France est le sel
  • Privilégier les produits portant la mention « Salage au sel sec »
  • Consommer le saumon rapidement
  • Choisir un produit de couleur uniforme

Enfin, une dégustation par 60 amateurs de saumon fumé a mis en évidence que les produits les plus chers n’étaient pas forcément les plus goûteux. Il ne reste plus qu’à choisir du saumon fumé pour Noël en toute connaissance de cause…

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– 60 millions de consommateurs. Saumon : Le bio n’est pas irréprochable. 24 novembre 2016.
– Magazine Thalassa. Emission spéciale sur le Saumon. Diffusé le 25 novembre 2016.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.