Troubles du sommeil chez l’enfant : telle mère, tel(le) fils-fille !

Sep 22, 2017 par

Difficultés à s’endormir, réveils nocturnes… Les troubles du sommeil sont fréquents chez l’enfant et perturbent la vie quotidienne à la maison. Instaurer des rituels de coucher calmes et l’habituer à s’endormir seul peuvent être de bons moyens d’y remédier. Mais parfois, ces troubles persistent. Et si la qualité du sommeil de l’enfant était directement liée à celle de sa mère ? C’est ce que révèle une récente étude anglaise publiée dans la revue spécialisée Sleep Medicine.

troubles du sommeil : enfant au lit

Un bon sommeil est capital

Le sommeil joue un rôle essentiel pour le bien-être des enfants. Un temps de sommeil court et une qualité de sommeil insuffisante peuvent en effet affecter leur santé mentale, l’apprentissage, la mémoire ainsi que leur réussite scolaire.

A l’âge adulte, environ 30% des personnes souffrent de troubles du sommeil. Le trouble du sommeil le plus fréquent chez l’adulte est l’insomnie, qui se caractérise par des symptômes tels que des difficultés à s’endormir ou à rester endormi pendant la nuit.

L’influence de la qualité du sommeil de la mère

Menée par le docteur Sakari Lemola du département de psychologie de l’Université de Warwick et Natalie Urfer-Maurer de l’Université de Basel en Angleterre, cette nouvelle étude s’est attachée à étudier l’impact des troubles du sommeil des parents sur la qualité du sommeil de leurs enfants.

Pour ce faire, les scientifiques ont analysé les données d’une cohorte d’environ 200 enfants de 7 à 12 ans et de leurs parents. Ils ont avant tout questionné les parents qui ont signalé les comportements de leurs enfants (difficultés à aller se coucher et temps de sommeil insuffisant) puis leurs propres symptômes d’insomnie.

Les scientifiques ont ensuite étudié pendant une nuit le sommeil des enfants grâce à un électroencéphalogramme, utilisé pour enregistrer l’activité électrique dans le cerveau et permettre l’identification des différentes phases de sommeil. Ils ont ainsi pu connaître l’heure à laquelle les enfants s’endormaient, le nombre de leurs réveils nocturnes ainsi que les différentes phases de sommeil profond.

À savoir ! l’électroencéphalogramme (ou EEG) est une méthode d’enregistrement des activités électriques du cerveau recueillies sur le cuir chevelu au moyen d’un ensemble d’électrodes et visualisées sur écran ou sous forme d’enregistrements graphiques. L’analyse de l’amplitude, de la fréquence, du rythme et de la forme des variations continues peut être corrélée à des changements de niveau de vigilance, à des états psychologiques, ainsi qu’à la profondeur du sommeil.

Les résultats révèlent que les enfants dorment moins bien si leurs mères souffrent elles-mêmes de symptômes d’insomnie. Ils s’endorment en effet plus tardivement, présentent un sommeil plus léger et moins réparateur ce qui affecte potentiellement leur bien-être mental et leur développement. Aucun lien n’a cependant été établi entre les troubles du sommeil du père et le sommeil de son enfant.

L’étude suggère que la raison pour laquelle le sommeil des enfants est plus étroitement lié au sommeil de la mère plutôt qu’au sommeil du père est qu’en moyenne, les mères passent  plus de temps avec leurs enfants que les pères. Une influence mutuelle plus forte est ainsi probable.

Facteurs responsables des troubles du sommeil chez l’enfant

Cette étude démontre à quel point le sommeil de la mère est important pour le sommeil de son enfant.  Plusieurs mécanismes pourraient en effet expliquer le lien entre le sommeil de la mère et celui de son enfant :

  1. L’enfant imite les mauvaises habitudes de sommeil de sa mère.
  2. L’ambiance générale à la maison peut affecter la qualité des nuits de toute la famille.
  3. Les mères souffrant de troubles du sommeil auraient tendance à surveiller de très près le sommeil de leurs enfants. Cette surveillance accrue voire exagérée aurait une incidence négative sur la qualité du sommeil des enfants.
  4. Il est enfin possible que les enfants partagent des gènes avec leurs parents qui les prédisposent à un sommeil de mauvaise qualité.

« Ces découvertes sont importantes parce que le sommeil dans l’enfance est essentiel pour le bien-être et le développement. Ces découvertes montrent que le sommeil des enfants doit être considéré dans le contexte familial», commente Dr Sakari Lemola.

Les conclusions de cette étude pourraient conduire à un meilleur suivi des enfants dont les parents souffrent d’insomnie en les faisant bénéficier par exemple d’une prise en charge préventive et leur permettre de dormir enfin sur leurs deux oreilles !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Children’s sleep quality linked to mothers’ insomnia. Science Daily. University of Warwick. Le 31 Août 2017.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.