La vaccination du nourrisson

Apr 25, 2017 par

La vaccination est indispensable chez les jeunes enfants, c’est la seule méthode efficace de les protéger de diverses maladies infectieuses graves voire mortelles.  Malgré une bonne couverture vaccinale chez le nourrisson, il faut maintenir les efforts et rester vigilant. La rougeole par exemple n’atteint pas le taux de vaccination nécessaire pour voir le virus disparaître.

vaccination nourrisson

Les points clés de la vaccination

Le vaccin DTP

Ce vaccin est obligatoire pour les trois maladies suivantes : diphtérie, tétanos et poliomyélite. Il peut être :

  • Trivalent : contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite ;
  • Tétravalent : contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche ;
  • Pentavalent : contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et les méningites à Haemophilus influenzae b ;
  • Hexavalent : contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les méningites à Haemophilus influenzae bet l’hépatite B.

Il est remboursé à 65% par l’assurance maladie. Il comporte 3 injections (à l’âge de 2 mois, 4 mois puis 11 mois) sauf le pentavalent qui n’en a que 2 (2 mois et 4 mois). Les rappels de ces vaccins chez l’enfant (à 6 ans puis entre 11 et 13 ans) puis à l’âge adulte (à 25 ans, 45 ans et 65 ans) sont indispensables et recommandés.

Le vaccin ROR

Ce vaccin est recommandé pour tout enfant. Deux doses (à l’âge de 12 mois, entre 16 et 18 mois) suffisent pour assurer la protection contre les 3 maladies suivantes : la rougeole, les oreillons et la rubéole. Il est pris en charge à 100% par l’assurance maladie jusqu’à l’âge de 17 ans et à 65% au-delà.

Le vaccin contre les infections à méningocoque C

Ce vaccin est recommandé pour tous nourrissons âgés de 12 mois, un rattrapage est possible jusqu’à 24 ans inclus. Une dose est suffisante pour garantir l’immunité.

Le vaccin contre le pneumocoque

Ce vaccin est constitué de 13 valences (ou antigènes responsables du pneumocoque). Il est recommandé à tous les enfants de moins de 2 ans. Il nécessite 2 injections à 2 mois d’intervalles. Il peut être administré dès l’âge de 2 mois puis à 4 mois, et le rappel à 11 mois.

Quelques cas particuliers

Le vaccin BCG

Ce vaccin est recommandé en cas d’exposition du nourrisson à un risque important de tuberculose. Il peut être effectué dès la naissance (et jusqu’à 15 ans). Les situations à risque sont les suivantes : naissance dans un pays où la tuberculose sévit, un des parents est originaire d’un pays touché par la maladie, l’enfant doit séjourner au moins 1 mois d’affilé dans un pays touché par la maladie, antécédents familiaux de tuberculose, réside en Guyane ou à Mayotte et dans toutes autres situations jugées risquées par un médecin.

La grippe

Chez les nourrissons à risque (c’est-à-dire atteint d’une maladie chronique), la vaccination annuelle contre la grippe est recommandée à partir de 6 mois. En revanche, pour les nourrissons de moins de 6 mois présentant un risque important de développer une grippe grave, il est conseillé de procéder à la vaccination de l’entourage.

La vaccination d’un nouveau-né doit également être l’occasion pour l’entourage de mettre à jour ses vaccinations. En effet, c’est souvent l’entourage proche qui est impliqué dans la contamination des nourrissons. Ainsi, par un simple geste de prévention de graves conséquences peuvent être évitées !

Charline D., Pharmacienne

– Vaccinations du nourrisson : promouvoir et rassurer. Egora – le panorama du médecin n°128-129. Le 6 – 12 mars 2017.
Nourrissons et enfants (de la naissance à 13 ans). Vaccination info service. Le 1er mars 2017.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.