Wandercraft : exosquelette de jambes motorisées, un nouvel espoir pour les paraplégiques

May 23, 2016 par

ITW Wandercraft Atalante exosquelette

Wandercraft représente un  nouvel espoir pour les patients qui ne pensaient plus jamais marcher.

Pourriez-vous nous décrire comment Wandercraft est né et quel est son but ?

« Wandercraft a pour ambition de mettre les innovations technologiques au service des personnes paraplégiques et de certains myopathes en développant un exosquelette de jambes motorisées. Nous résumons la mission que nous nous sommes donné par cette phrase : une vie ordinaire pour des personnes extraordinaires. Il s’agit de redonner à tous ceux qui le désirent l’autonomie dont dispose la plupart d’entre nous, la capacité de mener une vie ordinaire, mais qui demande aujourd’hui une extraordinaire débauche d’énergie pour ces personnes.

En utilisant les théories les plus avancées de la robotique humanoïde, nous développons un exosquelette qui autorise une marche quasi normale, d’utilisation intuitive, autonome, rapide et sûre.

Fondée par trois jeunes diplômés de l’Ecole Polytechnique, la startup Wandercraft a été créée en octobre 2012. Primée dans plusieurs concours d’entrepreneuriat, Wandercraft poursuit son projet ambitieux et compte aujourd’hui 24 membres qui travaillent à implémenter des algorithmes de robotique dynamique de dernière génération sur Atalante, son prototype d’exosquelette. »

Pour plus d’informations : Rendez-vous sur le site Wandercraft

 

Wandercraft nous plonge dans notre imaginaire, nous propulsant dans le futur des machines où l’homme serait « augmenté ».

Pourriez-vous nous décrire ce qu’est un exosquelette et comment il s’inscrit dans la prise en charge des patients paraplégiques ?

« Un exosquelette est un dispositif robotisé conçu pour donner ou amplifier des capacités physiques de la personne qui le porte. Aujourd’hui, les exosquelettes sont utilisés lors des séjours de soins des patients paraplégiques dans les centres de rééducation, lors de séances dirigées par du personnel médical. Une fois bien entraînés, certains patients peuvent aussi utiliser un exosquelette à domicile pour des activités très limités.  Les exosquelettes existants sont incapables de gérer l’équilibre de leur utilisateur car leur architecture mécanique est trop simple et ne dispose pas des degrés de liberté nécessaires. Ces limitations imposent d’utiliser des béquilles et donc limitent le gain d’autonomie.

Les fauteuils roulants répondent déjà à l’autonomie des personnes handicapées, maintenant il y a l’exosquelette ! »

exosquelette Atalante - A Boulanger - N Simon - M Masselin
Alexandre Boulanger, Nicolas Simon et Matthieu Masselin, dirigeants de Wandercraft

Quels avantages apportent vos appareils ? Quelles sont les fonctionnalités d’Atalante (premier exosquelette de Wandercraft) ?

« Nous développons justement le premier exosquelette qui équilibrera dynamiquement l’utilisateur et lui permettra de se déplacer de manière intuitive dans toutes les directions ! Cela nécessite de déployer des algorithmes puissants, capables de modéliser finement le comportement du système et cela suffisamment rapidement pour pouvoir s’exécuter en temps réel, condition impérative pour disposer d’une réactivité suffisante. Ces algorithmes vont de pair avec une architecture mécanique innovante, possédant 3 fois plus de degrés de liberté que les concurrents.

Atalante sera tout d’abord déployée dans les centres de rééducation. Ses utilisateurs pourront se lever, s’asseoir, se déplacer sur un plateau technique. Pour la version personnelle qui viendra ensuite, nous rajouterons la capacité à monter des marches, une meilleure manœuvrabilité en espace contraint et probablement des capacités de relevage automatique. »

Nous imaginons qu’une telle technologie redonne de l’espoir à des patients qui n’en avaient que peu.

Quelle est votre vision de l’avenir ? Pensez-vous possible que la robotique permette un jour de faire du sport, de manger, d’être indépendant ?

« C’est tout à fait le potentiel de la robotique : non pas remplacer les hommes mais les aider à atteindre leur plein potentiel et travailler à leurs côtés. Au fur et à mesure que notre maîtrise des outils essentiels (compréhension du monde extérieur, planification, exécution) augmente, les possibilités de la robotique suivent le même chemin. C’est une transformation pour le meilleur de nos vies qui va s’opérer, avec des conséquences très concrètes ! »


Pour finir, la question que tous nos patients se posent, comment sera pris en charge l’achat d’un Atalante ?

Des négociations sont-elles en cours pour un remboursement en tant que matériel médical ? Avez-vous prévu un marquage CE ?

« Nous avons prévu le marquage CE d’Atalante fin 2017, suite à quoi nous pourrons entamer les démarches pour sa prise en charge par les organismes de financement publics. Pour cela, nous devrons montrer le bénéfice médico-économique du dispositif : c’est pour cela que nous lancerons dès que possible des études cliniques poussées qui supporteront ces demandes. Nos concurrents ont d’ailleurs déjà commencé à défricher cette problématique : certains assureurs américains remboursent déjà des dispositifs et de nombreuses actions sont en cours pour étendre au maximum cette couverture. Nous comptons bien profiter de tout le travail réalisé. »

Lire aussi – Entretien avec un podologue – Ongle incarné : qui est touché ?

Entretien avec Alexandre Boulanger, Nicolas Simon et Matthieu Masselin, dirigeants de Wandercraft

Propos recueillis par Théo L. Pharmacien



Pierre M.
Journaliste scientifique
Passionné par les nouvelles technologies, le web et le canyoning.
Il a un intérêt particulier pour les médecines douces.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.