Radiographie


Rédigé par Charline D. et publié le 13 décembre 2019

La radiographie est une technique d’imagerie médicale permettant l’obtention de clichés des os ou de différents organes de la zone corporelle à analyser. Le terme « radiographie » regroupe, par ailleurs, l’ensemble des examens basés sur l’utilisation des rayons X. Les rayons X sont des rayonnements ionisants ayant la propriété de pouvoir traverser la matière vivante. Cet examen est totalement indolore. Il ne nécessite ni anesthésie ni hospitalisation. En revanche, compte tenu des risques d’irradiation, il est contre indiqué en cas de grossesse ou d’allaitement.

radiographie

Définition et objectif d’une radiographie

Une radiographie est un examen médical d’imagerie permettant de visualiser une partie ou la totalité d’une zone corporelle. Cet examen nécessite l’utilisation de rayons X pour leur capacité à traverser les tissus de façon plus ou moins importante en fonction de leur densité. Une source émettrice de rayons X est alors placée devant la partie du corps à étudier tandis qu’un détecteur est localisé à l’arrière. Les molécules lumineuses émises vont traverser le corps en étant plus ou moins absorbés par les tissus sur leur passage. C’est ainsi que l’on peut différencier les os des muscles sur les clichés de radiographie.

Une radiographie peut être effectuée dans un établissement hospitalier ou dans un cabinet de radiologie.

Les indications pour une radiographie sont nombreuses : fracture, arthrose, calculs rénaux, occlusion intestinale, tumeur, infection bactérienne ou virale, etc. Ainsi, une radiographie des os permet, par exemple, de détecter une fracture, de l’arthrose ou une malformation osseuse. Au niveau des poumons, l’examen permet de mettre en évidence des lésions de tuberculose, d’infections bactériennes ou virales ou des tumeurs. Une radiographie de l’abdomen est utile pour visualiser les calculs rénaux ou des signes d’occlusion ou perforation digestive.

À savoir ! L’imagerie médicale débute en 1896 grâce à la découverte des rayons X par le physicien Wilhem Röntgen. Dès l’année suivante, les premiers dépistages de la tuberculose ont lieu à Paris grâce à l’acquisition d’un radioscope

Précautions

Il est fortement recommandé lors de la prise d’un rendez-vous pour une radiographie d’avoir l’ordonnance sous les yeux afin de formuler le plus clairement possible la demande d’examen.

En cas de grossesse, avérée ou suspectée, ou d’allaitement, l’examen est contre-indiqué (sauf avis contraire du médecin). Il faut donc penser à le signaler à l’interlocuteur.

Par ailleurs, le recours aux produits de contraste iodé est possible et normalement bien supporté. Cependant, certaines réactions graves sont possibles d’où l’intérêt de faire connaître à l’interlocuteur la présence d’allergie (particulièrement, quand elle est liée à certains médicaments), d’urticaire, d’eczéma ou d’asthme. Les mesures nécessaires seront ainsi mises en œuvre pour garantir le bon déroulement de l’examen, notamment par la prescription d’un traitement antiallergique de prévention.

Une radiographie n’est pas un examen douloureux, cependant, les rayons X ne sont pas dénués d’effet sur la santé. A cause de leur potentiel irradiant, les radiographies ne sont préconisées que lorsque le bénéfice potentiel est jugé supérieur aux risques encourus. A noter que les doses de radiation employées pour une radiographie sont faibles et n’exposent pas un risque plus important de développer un cancer. C’est la répétition des examens radiographiques qui est problématique.

Préparation

Tout d’abord, une radiographie n’est pas un examen douloureux. Il n’y a éventuellement que l’injection du produit de contraste (généralement en perfusion) qui puisse générer de la douleur lors de l’insertion de l’aiguille. Cependant, une prémédication à visée calmante peut être proposée aux enfants en cas d’anxiété face à l’examene.

À savoir ! Un produit de contraste est une substance (le plus souvent à base d’iode) rendant certains éléments opaques à l’image, et donc plus visibles, en les fixant. L’objectif d’une injection de produit de contraste est d’obtenir une meilleure visibilité des tissus sur le cliché\\Une radiographie ne nécessite pas de précaution particulière. Il n’est pas utile d’être à jeun. L’examen ne requiert ni hospitalisation ni anesthésie.

À savoir ! En cas d’injection de produit de contraste, il est tout de même conseiller de faire un repas léger afin d’éviter la survenue de nausées\

Les documents à emmener

Avant de se rendre à l’examen, il faut bien vérifier que les papiers suivants sont prêts :

  • La prescription de la radiographie ;
  • Les ordonnances des traitements en cours ;
  • Les éventuels résultats des précédents examens (prise de sang, scanner, etc.)
  • Le compte-rendu d’une éventuelle chirurgie.

Au rendez-vous

Si un produit de contraste est nécessaire, une perfusion intraveineuse (le plus souvent) est installée afin de procéder à l’administration du produit.\\Des réactions lors de l’injection du produit de contraste sont possibles. Elles sont généralement temporaires et sans gravité : sensation de chaleur dans le corps, goût bizarre dans la bouche, nausées voire vomissements, hématome à la piqûre, fuite du produit sous la peau.\\Dans de rares cas, les troubles sont plus préoccupants : troubles rénaux, réaction allergique (urticaire, asthme, eczéma) ou troubles cardio-respiratoires. Ils sont plus fréquents chez les personnes ayant des antécédents d’allergie (à l’iode ou autre médicament), ayant déjà eu ce type de réaction lors d’un précédent examen ou chez les patients atteints de pathologies rénales chroniques, pulmonaires ou cardiaques.

Déroulement de l’examen

Avant la réalisation de la radiographie, le patient est invité à retirer certains vêtements ou accessoires (notamment métalliques comme les bijoux, la ceinture, etc.), selon la zone corporelle d’intérêt, dans une cabine prévue à cet effet et verrouillée. Ensuite, le patient est invité à entrer dans la salle de radiologie. Un manipulateur en radiologie se charge de le positionner correctement au niveau de l’appareil radiologique (entre le tube qui diffuse les rayons X et la plaque qui renferme la pellicule photosensible sur laquelle les clichés vont apparaître).

L’examen en lui-même dure entre 10 et 15 minutes sous la surveillance de l’équipe médicale.

Pendant toute la durée de l’examen, l’équipe médicale est présente et installée derrière une vitre (protection contre les rayons X). La communication est possible à tout moment grâce aux micros et l’équipe est prête à intervenir en cas de problème. Le technicien communique les instructions au patient pour obtenir des clichés de qualité et exploitables. L’image finale obtenue varie en fonction de la densité des tissus à traverser. Ainsi, les tissus mous apparaissent grisâtres tandis que les os sont blancs.

Les suites de l’examen

Une fois l’examen terminé, il est possible que le radiologue ait eu le temps d’analyser rapidement les images et puisse expliquer au patient les premiers résultats. Lorsque l’interprétation prend plus de temps, les résultats sont communiqués par l’intermédiaire du médecin traitant.

Le médecin ayant prescrit l’examen recevra un compte-rendu d’examen par courrier avec les clichés sur papier et sur un CD-ROM.

Le patient peut rentrer immédiatement chez lui. Dans le cas où un produit de contraste a été administré, il sera précisé au patient de boire 2L d’eau dans le reste de la journée afin d’éliminer le produit de l’organisme.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Radiographie : mode de fonctionnement. Radiographie & scanner. Consulté le 6 avril 2019.
– Radiographie. Larousse. Consulté le 6 avril 2019.
– L’essentiel sur l’imagerie médicale. CEA. Consulté le 6 avril 2019.