Cancer des os

20 septembre 2021 par

Cancer des os

Un cancer des os correspond à la présence d’une tumeur maligne au niveau du tissu osseux. Il peut être de deux types : primitif ou secondaire à un autre cancer (métastases). Le principal symptôme de cette maladie est la douleur osseuse. Le diagnostic repose sur la réalisation d’examens d’imagerie, complétés ou non, d’une biopsie. La prise en charge d’un cancer des os dépend de plusieurs paramètres comme la localisation de la tumeur ou le stade de la maladie. La chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie peuvent être proposées.

Définition et symptômes du cancer des os

Qu’est-ce qu’un cancer des os ?

Un cancer primitif de l’os prend naissance au sein des cellules qui constituent le tissu osseux. Elles se développent de façon anarchique et incontrôlée, ce qui aboutit à la formation d’une masse tumorale qui croît au détriment des tissus environnants.

En France, près de 130 nouveaux cas de cancer des os surviennent chaque année.

On distingue plusieurs types de tumeurs primitives malignes au niveau de l’os dont les plus fréquentes sont l’ostéosarcome, le sarcome d’Ewing et le chondrosarcome.

L’ostéosarcome est le type de tumeur osseuse le plus fréquent. Il affecte surtout les plus jeunes, à savoir les jeunes adultes et les adolescents. Les os les plus concernés sont les os longs comme le tibia, le fémur ou l’humérus.

cancer des os

Le sarcome d’Ewing concerne également plus volontiers les adolescents avec un pic de fréquence aux alentours des 15 ans. Ce type de cancer est souvent agressif, et induit généralement des métastases. L’origine de cette pathologie est génétique. Enfin, les os courts comme les côtes, le bassin ou les vertèbres sont les plus affectés.

Le chondrosarcome correspond à la prolifération des cellules constituant le cartilage osseux. Cette atteinte affecte plutôt les adultes de plus de 30 ans.

L’origine exacte de ces diverses pathologies est inconnue. Plusieurs hypothèses sont évoquées : une prédisposition génétique, une irradiation (radiothérapie à un jeune âge, exposition au radium ou plutonium, etc.), la maladie de Paget ou un lien avec les hormones de croissance.

Quels symptômes ?

Dans la majorité des cas, le symptôme principal du cancer des os est la douleur osseuse. Celle-ci est continue et progressive. Elle s’aggrave avec le temps, ce qui explique souvent le retard dans le diagnostic.

En effet, il n’est pas rare que dans les premiers, stades de la maladie, il n’y ait aucune manifestation particulière. Les symptômes surviennent, en général, lorsque la tumeur grossit et engendre des modifications comme la formation d’une masse ou une douleur.

La douleur peut s’intensifier avec l’exercice physique et être plus présente le soir.

D’autres manifestations peuvent être associées :

  • Une masse ou gonflement sur un os ;
  • Des difficultés à bouger ou se servir d’un membre ;
  • Une fracture pathologique ;
  • Et plus rarement, fièvre, fatigue, transpiration et perte de poids.

Diagnostic et traitement du cancer des os

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’un cancer de l’os repose sur l’analyse des antécédents de santé, des examens d’imagerie et éventuellement une biopsie.

illustration de médecins qui regardent un os à la loupe

L’analyse des antécédents médicaux consiste à faire le bilan sur les symptômes ressentis par le patient, les facteurs de risque existants et les évènements médicaux qui ont eu lieu dans le passé.

Le médecin aborde plusieurs points avec le patient lors de la consultation médicale :

  • Les symptômes qui évoquent un cancer des os ;
  • Les maladies héréditaires qui peuvent augmenter le risque de développer un cancer osseux ;
  • Une potentielle exposition à des rayonnements ionisants ;
  • Des troubles osseux ;
  • Les antécédents familiaux, notamment la présence de cancer des os ou de facteur de risque de ce cancer, de rétinoblastome (cancer de l’œil) ou de tous autres cancers.

Ensuite, l’examen physique consiste à rechercher tout signe évoquent un cancer des os :

  • Vérification s’il y a présence d’une masse ou d’une douleur ;
  • Analyse de la mobilité du membre concerné ;
  • Palpation des ganglions lymphatiques environnants ;
  • Écoute des poumons.

Lorsque le médecin suspecte un cancer des os, il peut prescrire une radiographie. En effet, la majorité des tumeurs osseuses sont bien visibles à la radiographie.

Une IRM peut également être prescrite pour confirmer le diagnostic de cancer des os. Elle permet également de voir si la tumeur s’est propagée aux tissus voisins. A noter qu’une TDM (ou scanner) est utilisée lorsque l’IRM ne permet pas de confirmer le diagnostic.

Enfin, une biopsie peut être prescrite. Elle consiste à prélever un échantillon de tissu afin de l’analyser en laboratoire. La biopsie permet de confirmer le diagnostic de cancer et de connaître le type de tumeur. A noter qu’une biopsie est généralement guidée par un examen d’imagerie (radiographie, IRM ou TDM). La biopsie par forage (utilisation d’une aiguille creuse) est la technique la plus fréquemment utilisée pour mettre en évidence les tumeurs osseuses.

D’autres examens médicaux (analyses sanguines, tests cardiaques, etc.) peuvent être prescrits en complément. Ils ont pour objectif d’évaluer l’état de fonctionnement général de l’organisme pour détecter les éventuelles atteintes associées et évaluer le pronostic du cancer.

Les principaux facteurs pronostiques d’un cancer des os sont :

  • La localisation de la tumeur. Par exemple, une tumeur prenant naissance dans un membre est souvent de meilleur pronostic que lorsqu’elle débute au niveau du thorax ou de la colonne vertébrale ;
  • La propagation de la tumeur. Le fait que le cancer se soit ou non propagé au moment du diagnostic est le facteur pronostic majeur. En effet, la présence de métastases au moment du diagnostic conduit à un pronostic plus sombre. A noter que la localisation des métastases est également importante ;
  • Le grade de la tumeur;
  • La taille de la tumeur. Lorsque celle-ci mesure moins de 8 centimètres, le pronostic est meilleur ;
  • L’âge du patient. Le pronostic est meilleur pour les moins de 40 ans ;
  • La réponse à la chimiothérapie dite néoadjuvante qui a pour but de réduire la tumeur avant son retrait chirurgical.

Quel traitement ?

La prise en charge d’un cancer des os dépend de plusieurs paramètres :

  • Le type de cancer ;
  • Le stade de la tumeur ;
  • L’état de santé général du patient.

La chirurgie est le traitement de première intention dans le cancer des os. Le type de chirurgie pratiquée dépend de l’emplacement de la tumeur, de sa taille, de son stade et du type de cancer.

La chimiothérapie peut être administrée dans plusieurs cas : avant une chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante) pour réduire la tumeur, après la chirurgie (chimiothérapie adjuvante) pour détruire les cellules cancéreuses restantes et limiter le risque de récidive, en monothérapie pour détruire les métastases. Ainsi, selon le contexte, plusieurs molécules peuvent être utilisées.

La radiothérapie peut être prescrite pour différentes raisons :

  • Diminuer la taille de la tumeur avant l’intervention chirurgicale. On parle de radiothérapie néoadjuvante ;
  • Détruire les cellules cancéreuses restantes après l’intervention chirurgicale. C’est la radiothérapie adjuvante ;
  • Traiter une tumeur non résécable par chirurgie ;
  • Soulager les douleurs dans un stade avancé. On parle de radiothérapie palliative.

Charline D., Docteur en pharmacie

Sources
– Cancer des os. cancer.ca. Consulté le 12 septembre 2021.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.