Spirométrie


Rédigé par Charline D. et publié le 22 novembre 2019

Enfant qui souffle un voilier à la craie pour vérifier la spirométrie

La spirométrie est un examen médical permettant d’évaluer le fonctionnement des poumons. C’est le test no invasif de référence permettant de dépister un asthme ou une BPCO. L’examen est totalement indolore et sans danger.

Définition et objectif de la spirométrie

Qu’est-ce que la spirométrie ?

Spirométrie d'une femmeLa spirométrie est un examen de routine qui consiste à mesurer la capacité pulmonaire d’un individu. Il fait partie des explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) qui comprennent également les gaz du sang, voire des tests d’effort si besoin. Ces examens sont réalisés sous le contrôle d’un pneumologue dans un cabinet de ville ou à l’hôpital.

Cet examen est totalement indolore et ne comporte aucun risque. Son objectif est la mesure :

  • Des volumes respiratoires, à savoir la quantité d’air contenue dans les poumons ;
  • Des débits respiratoires, autrement dit la quantité d’air expulsée ou inspirée lors d’une expiration/inspiration maximale ou normale.

Les valeurs obtenues sont ensuite comparées à celles d’un individu de race, de taille, de poids et d’âges identiques.

L’appareil utilisé est un spiromètre, il dispose à son extrémité d’un embout en caoutchouc jetable dans lequel le patient doit expirer. Il mesure les modifications de volume des poumons de manière instantanée.

À quoi sert-elle ?

La spirométrie est un examen extrêmement fréquent qui permet d’étudier le fonctionnement pulmonaire et confirmer le diagnostic de certaines affections respiratoires dont :

  • L’asthme ;
  • La BPCO (Broncho-Pneumopathie chronique obstructive).

Ce test est également une aide pour le médecin dans l’évaluation précise de la réduction de la capacité respiratoire ou dans la mesure de l’efficacité d’un traitement. La spirométrie permet de diagnostiquer une BPCO 10 à 15 ans plus tôt que tout autre moyen diagnostic comme la radiographie pulmonaire ou les gaz du sang. Les résultats sont présentés sous forme graphique : le spirogramme.

La spirométrie peut être prescrite devant la présence de certains symptômes (essoufflements, toux persistante, sifflements à la respiration) qui laissent soupçonner une pathologie pulmonaire.

Déroulement de l’examen

Le spirométrie a lieu dans un laboratoire d’explorations fonctionnelles respiratoires. Il dure au minimum 30 minutes.

Quelle préparation ?

Il est nécessaire de signaler toute infection respiratoire (bronchite ou sinusite par exemple) en cours le plus précocement possible afin de pouvoir éventuellement reporter le rendez-vous. De même, il faut prendre contact avec son médecin traitant au préalable afin de déterminer quels traitements doivent être arrêtés ou poursuivis en vue de l’examen.

Le jour du rendez-vous, il est préférable de :

  • Ne pas manger de repas trop copieux dans les 2 heures qui précèdent le test ;
  • Ne pas consommer d’alcool durant les 4 heures qui précèdent l’examen ;
  • Ne pas fumer dans l’heure qui précède la spirométrie ;
  • Ne pas faire d’exercice trop intense dans la demi-heure avant le test ;
  • Porter une tenue confortable.

Comment se déroule la spirométrie ?

À son arrivée, le patient est pris en charge par l’équipe médicale afin de collecter quelques données nécessaires à l’interprétation des résultats, par exemple le poids, l’âge ou encore la taille. Le médecin explique ensuite la procédure de l’examen et les consignes à respecter au patient. La coopération du patient est primordiale pour garantir une bonne qualité de données obtenues à l’issue du test. Le patient est libre de questionner le médecin afin de s’assurer de sa bonne compréhension.

Un pince-nez est ensuite installé afin d’obliger le patient à ne respirer que par la bouche. Puis un embout relié au spiromètre est placé entre les lèvres du patient. L’appareil est relié à un ordinateur qui affiche sur son écran les données collectées sous forme de chiffres ou de courbes. La mesure se déroule en 2 étapes.

  • Mesure des volumes pulmonaires. Pour cela, le patient doit respirer tranquillement dans l’embout puis à fond. Schéma d'une spirométrie
  • Évaluation des débits expiratoires. Le patient inspire le plus d’air possible puis souffle aussi fort et longtemps que possible dans l’embout. Il doit vider complétement ses poumons.
  • Évaluation des débits expiratoires. Le patient inspire le plus d’air possible puis souffle aussi fort et longtemps que possible dans l’embout. Il doit vider complétement ses poumons.
  • Parfois, d’autres analyses sont nécessaires pour confirmer ou non un diagnostic :

    • Le test de provocation bronchique. Le patient doit inhaler un produit destiné à contracter les bronches (bronchoconstricteur) et répéter les mesures précédemment décrites ;
    • Le test de réversibilité. Le patient doit inhaler un produit destiné à dilater les bronches (bronchodilatateur) et répéter les mesures précédemment décrites.

    À savoir ! L’effort respiratoire peut fatiguer le patient voire engendrer des vertiges ou étourdissements pendant l’examen.

    Et après ?

    Une fois les mesures de spirométrie effectuées, les résultats sont communiqués au patient ainsi qu’à son médecin traitant par courrier. Le patient peut aussitôt reprendre ses activités quotidiennes.

    Parfois, d’autres examens peuvent se révéler nécessaires. Ils sont réalisés le jour même ou à l’occasion d’un autre rendez-vous.

    Charline D., Docteur en pharmacie

    – Comment se déroule une spirométrie ? Ameli. Consulté le 24 mai 2019.
    – Qu’est-ce que la spirométrie ? Spirométrie. Consulté le 24 mai 2019.