Urétroscopie

Uretroscopie Une urétroscopie est un examen médical de l’urètre (conduit de sortie de la vessie permettant l’expulsion des urines) permettant au médecin d’observer l’urètre, de réaliser des prélèvements ou de traiter certains troubles. L’équipe médicale utilise un endoscope flexible muni d’une caméra.

Principe et objectif d’une urétroscopie

La vessie est un réservoir permettant de stocker l’urine en provenance des reins avant son élimination lors de la miction. L’urètre représente le conduit de sortie de la vessie assurant l’évacuation de l’urine.

Une urétroscopie est un examen médical basé sur l’exploration endoscopique de l’urètre via un urétroscope préalablement introduit dans l’organe. Cet examen représente toujours la première étape d’une cystographie.

Les indications d’une urétroscopie sont diverses. L’examen peut permettre de rechercher une inflammation, un rétrécissement ou, moins souvent, une tumeur.

Préparation

En général, une urétroscopie ne nécessite pas d’hospitalisation. Le plus souvent, elle est réalisée sans anesthésie chez la femme. En revanche, chez l’homme, une anesthésie locale (application d’un gel) est nécessaire.

Aucune préparation est nécessaire mise à part une toilette soigneuse le jour de l’examen.

Précautions

Il n’est pas utile que le patient soit à jeun.

L’urétroscopie est contre-indiquée en cas d’infection urinaire. Un examen des urines, soit sur bandelettes en l’absence d’antécédent soit sur examen cytobactériologique dans le cas contraire, est systématiquement réalisé avant toute intervention afin de s’assurer de la stérilité des urines.

Chez l’enfant, une anesthésie générale est indispensable. Les patients sous anticoagulants ne nécessitent aucune précaution particulière mis à part l’évitement de toutes manœuvres brusques. La grossesse n’est pas une contre-indication à l’examen.

Après l’examen, aucune précaution particulière n’est nécessaire, le patient peut dès la fin de son examen reprendre ses activités habituelles.

Déroulement de l’examen

Une urétroscopie dure 5 à 10 minutes. L’examen ne nécessite pas d’hospitalisation, ni d’anesthésie chez la femme. Un gel anesthésique est, en revanche, appliqué chez les hommes.

L’examen a lieu dans une salle de radiologie. Le patient prend place sur la table d’examen en position gynécologique. Le médecin introduit doucement dans l’urètre un  endoscope, c’est-à-dire un tube (généralement souple) équipé d’un système optique.

L’introduction de l’endoscope dans l’urètre peut être désagréable, mais l’examen reste indolore.

Suites de l’examen

Le patient peut vaquer à ses occupations habituelles immédiatement après l’examen.

À savoir ! Une urétroscopie est intégralement prise en charge par la sécurité sociale et les mutuelles.

Dans les heures qui suivent l’examen, il est possible de ressentir des envies pressantes d’uriner et une sensation de brûlure en urinant. Il est conseillé de prendre contact avec son médecin en cas de persistance de ces troubles.

Les complications (saignement urinaire ou infection de l’urètre) sont rares.

Les résultats concernant l’observation de l’urètre sont disponibles le jour même de l’examen. Le compte-rendu d’analyse d’éventuels prélèvements sont envoyés au médecin prescripteur dans les 8 à 10 jours suivant l’examen.

Charline D., Pharmacien

– Urétroscopie. Larousse. Consulté le 5 décembre 2018.
– Urétrocystoscopie chez la femme. Association Française d’urologie. Consulté le 5 décembre 2018.