Morsures de vipère : ce qu’il faut savoir

Jun 15, 2017 par

Parmi les serpents, certains sont venimeux. C’est le cas de la vipère dont le venin peut provoquer des douleurs et des gonflements. Chaque année, en France, que ce soit chez les enfants ou les adultes, on compte entre 200 et 300 morsures de vipère. Alors, que faire en cas de morsure ? Quels gestes sont à proscrire ? Santé sur le Net fait le point.

Morsures de serpent

Reconnaître la vipère et les signes de morsure

La grande majorité des morsures ont lieu entre les mois d’avril et de septembre. En France métropolitaine, exactement 369 cas de morsures de serpent ont été rapportés. Et, 61 % d’entre eux étaient dus à une vipère. Tandis que 8 % impliquaient une couleuvre dont la morsure n’est absolument pas dangereuse pour l’Homme.

Couleuvre ou vipère ?

Couleuvre et vipère sont deux serpents assez répandus sur le sol français, cependant la morsure de l’un n’implique pas les mêmes risques que la morsure de l’autre. En effet, celle de la couleuvre est inoffensive tandis que celle de la vipère peut être très dangereuse. C’est pourquoi, il est utile de savoir les différencier afin d’adopter l’attitude la plus adaptée.

Quelques indices pour les différencier :

Couleuvre
Couleuvre
Vipère
Vipère
Tête rondeTête triangulaire
Une seule ligne d’écailles entre l’oeil et la gueulePlusieurs rangées d’écailles entre l’oeil et la gueule
Pupille rondePupille rendue verticalement
Grosses écailles sur la têtePetites écailles sur la tête

Signes de morsure

Avant toute chose, il faut savoir qu’une morsure n’entraîne pas systématiquement d’injection de venin. C’est ce que l’on appelle une morsure blanche ou sèche à l’origine de symptômes uniquement locaux. Dans les cas où il y a injection de venin, on parle d’envenimation avec apparition de symptômes généraux (fièvre, fatigue, etc.) dont la sévérité dépend de la dose de venin reçue.

Ainsi, en cas de morsure sèche, les symptômes observés sont : douleur au point de morsure et traces des crochets.

En revanche, en cas d’envenimation les symptômes sont :

  1. Traces des crochets ;
  2. Douleur au point de morsure ;
  3. Gonflement et rougeur au point de morsure, susceptible de s’étendre localement voire à une partie du membre touché ;

Plus tard (30 minutes à quelques heures), lorsque la dose de venin injectée est importante, peuvent apparaître :

  1. Des troubles digestifs (nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales) ;
  2. Des troubles cardiovasculaires (malaise, chute de la tension artérielle, voire choc anaphylactique) ;
  3. Des difficultés à respirer ;
  4. Une confusion.

À savoir ! Certaines personnes sont allergiques au venin de serpent avec un risque de faire un choc anaphylactique comportant en l’absence de traitement un risque vital. Les symptômes sont : troubles du rythme cardiaque, chute de la tension artérielle, difficultés à respirer, vomissements, pâleur, œdème et urticaire.

Morsures de vipère : ce qu’il faut faire

Avant toute chose, et pour toute morsure de serpent, il convient d’appeler les urgences en composant le 15 ou le 112.

En attendant les secours, il faut :

  1. Rassurer la victime. (En dehors d’un choc anaphylactique provoqué par une allergie au venin, les symptômes s’accentuent en plusieurs heures) ;
  2. Placer la victime au repos et immobiliser la zone mordue afin de limiter la diffusion du venin ;
  3. En cas de perte de connaissance, placer la victime sur le côté avec la tête légèrement plus basse que le corps ;
  4. Retirer tous les garrots potentiels au niveau de la zone mordue (bagues, montres, chaussures, etc.) ;
  5. Désinfecter, si possible, la plaie avec un désinfectant ;
  6. Refroidir la zone mordue avec de la glace dans un linge ;
  7. En cas de douleur, ne donner que du paracétamol ;
  8. Essayer de mémoriser l’aspect du serpent (couleur, forme de la tête, taille).

Morsures de vipère : ce qu’il faut éviter

Certaines conduites sont dangereuses lors d’une morsure de serpent et sont à bannir :

  1. Pose d’un garrot ou d’un bandage compressif ;
  2. Incision, succion ou cautérisation de la zone mordue ;
  3. Utilisation d’un dispositif d’aspiration anti-venin ;
  4. Alcoolisation de la victime ;
  5. Injection d’antivenin ;
  6. Faire boire du thé ou café à la victime.

Par ailleurs, il ne faut laisser seule la victime sous aucun prétexte jusqu’à sa prise en charge médicale.

Quelques conseils pour prévenir les morsures de serpent

Les serpents, venimeux ou non, ont plutôt par habitude de fuir l’Homme. Généralement, la morsure est une réaction de défense face au danger que l’Homme représente. Cependant, quelques petits conseils peuvent être utiles afin de limiter les désagréments d’une morsure :

  1. Ne pas marcher pieds nus lors d’une balade dans la nature, mais porter des chaussures fermées, montantes si possible et des pantalons ;
  2. Eviter de se promener seul et toujours emmener son téléphone ;
  3. Faire attention où l’on marche et ce que l’on touche, en particulier quand il fait chaud, dans les herbes hautes, à l’approche de buissons, dans les cailloux, etc. ;
  4. Ne pas chercher à tuer ou à toucher un serpent (même s’il semble mort) mais se retirer sans l’effrayer ;
  5. Eviter de soulever du bois, de la pierre, etc. la nuit en raison d’une mauvaise visibilité ;
  6. Vérifier l’absence de serpent avant de s’installer pour une pause dans la nature.

Charline D., Pharmacien

– Morsure de vipère : que faire ? La revue du praticien médecine générale N°983. Juin 2017.
– Morsures de serpents. Ameli. Le 1 juin 2017.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.