Pourquoi certaines de nos décisions sont-elles irrationnelles ?

Aug 8, 2018 par

Mesurer le pour et le contre, réfléchir à la meilleure option, faire appel à sa logique… chaque jour, nous pensons faire des choix réfléchis et raisonnés. Malheureusement, nous ne sommes pas toujours objectifs puisque nous avons tendance à opter pour des choix qui confirment nos croyances. Zoom sur une étude récente nous permettant de mieux comprendre les origines de notre entêtement !

concepts des choix : panneaux des options

Mieux comprendre la mécanique du choix

La façon dont les gens prennent des décisions paraît parfois surprenante, voire même irrationnelle. Une explication à ce comportement est que l’humain est soumis à un phénomène appelé biais de confirmation.

À savoir ! Le biais de confirmation est l’un des biais les plus connus des sciences cognitives et de la psychologie sociale. C’est une tendance à ne rechercher et ne prendre en considération que les informations qui confirment nos croyances et à ignorer ou discréditer celles qui les contredisent. Il existe plusieurs dizaines de biais cognitifs (ou biais psychologiques) qui constituent des déviations de la pensée logique et qui ont tendance à être systématiquement utilisées pour répondre à diverses situations..

Dans de récents travaux en psychologie, une équipe de chercheurs dirigée par Stefano Palminteri et Sarah-Jayne Blakemore ont réalisé des tests chez une vingtaine de volontaires en bonne santé.

L’objet du test ? Faire un choix entre deux symboles rapportant chacun un nombre de points différents et récolter le plus grand nombre de points possibles.

Dans la première étape du test, les volontaires ont été informés de la valeur des symboles qu’ils ont choisis aléatoirement. En répétant l’expérience plusieurs fois, ils ont donc appris que certains symboles rapportaient plus de points que d’autres. Cependant, ils ne pouvaient voir que les informations concernant les symboles qu’ils avaient choisis.

Ensuite, dans la seconde étape, les mêmes volontaires ont été invités à choisir entre des paires de symboles et ils ont été ensuite informés de la valeur des deux symboles et ceci, même s’il ne pouvait en choisir qu’un seul.

Finalement, la première expérience les a aidés à apprendre quels symboles étaient les plus précieux, et la deuxième expérience était conçue pour leur montrer que les symboles qu’ils n’avaient pas choisis pouvaient être plus précieux.

Ici, et contre toutes attentes, certains volontaires n’ont pas modifié leurs préférences malgré le fait de savoir que certains symboles étaient plus précieux.

Aussi, lorsque certains ont pris connaissance de ce qu’ils auraient pu gagner en choisissant l’autre symbole, ils apprennent mieux si le symbole non choisi est moins précieux plutôt que lorsque le symbole a plus de valeur.

Autrement dit, les gens apprennent mieux lorsque l’information qu’ils reçoivent confirme le choix qu’ils viennent d’effectuer par rapport au cas où elle le contredit.

« Ces résultats peuvent expliquer pourquoi les gens conservent de fausses croyances ou encore persistent dans des comportements à risque en termes de santé, en dépit d’informations évidentes et contradictoires. D’un autre côté, ce biais pourrait aussi permettre de maintenir une motivation et une estime de soi chez certaines personnes » souligne Stefano Palminteri, chercheur à University College London et au Laboratoire de Neurosciences Cognitives de Paris.

Lire aussiNait-on optimiste ?

Pourquoi de tels freins psychologiques ?

Les chercheurs émettent plusieurs hypothèses sur ces comportements qui paraissent, à première vue, inadaptés.

Ce phénomène pourrait s’expliquer par :

  • Des contraintes neurologiques limitant la capacité d’apprentissage de l’homme. Cependant, cette hypothèse est peu probable pour les chercheurs.
  • Ces biais d’apprentissage peuvent être inadaptés dans le contexte des performances d’apprentissage, mais ils peuvent aider à promouvoir l’estime de soi, la motivation et la confiance en soi.

Grâce à ces expériences, il est plus facile de comprendre pourquoi les personnes ont tendance à écarter des informations suggérant qu’elles ont commis une erreur.

De plus, mieux connaitre ces phénomènes pourraient nous permettre :

  • apprendre plus efficacement ;
  • De comprendre pourquoi certaines personnes s’entêtent à conserver de fausses croyances comme des à priori ;
  • D’être plus vigilant quant à notre tendance naturelle à formuler des conclusions hâtives ;
  • De comprendre pourquoi nous continuons à avoir des comportements à risque pour notre santé ;
  • De renforcer la motivation et l’estime de soi.

Julie P., Journaliste scientifique

– Un biais de confirmation à l’origine de notre entêtement ? INSERM. Consulté le 7 août 2018.
– Confirmation bias in human reinforcement learning: Evidence from counterfactual feedback processing.Journal.pcbi. PLoS Computational Biology. S. Palminteri et al. Consulté le 7 août 2018.

Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.