Rendez-vous médical : diminuer les délais d’attente

Feb 5, 2016 par

rendez-vous-medical

Quel est le temps d’attente pour prendre un rendez-vous chez un médecin spécialiste ? La réponse intuitive est « trop longtemps » ! Il existe en effet de grandes disparités en fonction des spécialités médicales et de la localisation géographique. Dans le trio de tête des spécialistes pour lesquelles les délais d’attentes sont les plus longs, on compte : les ophtalmologistes, les chirurgiens-dentistes et les gastro-entérologues. En 2012, une enquête menée par Jalma/Ifop, indiquait que 59% des Français renonçaient à se soigner à cause des délais trop longs pour obtenir un rendez-vous médical.

Des disparités en fonction des régions

Selon une étude réalisée par un comparateur de mutuelle (1), il faudrait en moyenne attendre plus de deux mois pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste. Les Parisiens sont mieux lotis que la moyenne des Français, puisque cette étude estime que dans la capitale, il est possible d’obtenir un rendez-vous dans un délai d’1 semaine à 2 mois. Même constat pour une prise de rendez-vous chez un cardiologue, pour lesquels les délais d’attente sont de quelques semaines à 2 mois, avec, à nouveau, des temps d’attente moins longs en région Ile-de-France et dans le bassin méditerranéen (1).
D’une manière générale, il ressort de cette enquête que la région Centre est la plus touchée par ces délais d’attente; ce phénomène étant sans nul doute dû aux déserts médicaux qui touchent les régions rurales.

Plus de flexibilité pour obtenir des rendez-vous plus rapidement

L’enquête de Keldoc (2), plateforme en ligne de réservation de rendez-vous médical, publiée par Le Parisien-Aujourd’hui en France en avril 2015, apporte une nuance de taille sur le temps d’attente pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste. En effet, l’enquête révèle qu’en se montrant plus flexible sur l’horaire et sur le lieu de son rendez-vous, il est possible de trouver des médecins spécialistes disponibles plus rapidement. Pour arriver à cette conclusion, Keldoc a eu accès aux agendas de plusieurs milliers de médecins spécialistes, et si certaines régions souffrent réellement d’un manque de médecins, dans de nombreuses autres villes, il est possible de diminuer le délai d’attente.

La lutte contre les déserts médicaux

Depuis 2012, le gouvernement a lancé le pacte Territoire santé (3) afin de lutter contre la désertification médicale. Ce plan a pour objectif de « changer la formation et de faciliter l’installation des jeunes médecins » dans les zones où le besoin médical est grand, notamment dans les zones rurales. En pratique, les étudiants qui acceptent de s’installer à la fin de leurs études dans une région qui manque de médecin, se voient verser une bourse (Contrat d’Engagement de Service Public) de 1200 euros bruts /mois, et pourront bénéficier d’un accompagnement lors de leur installation future. Par ailleurs, le gouvernement incite les jeunes médecins à s’installer dans les zones rurales en leur proposant une garantie de revenus et une protection sociale améliorée. Le pacte Territoire Santé sera développé jusqu’en 2017 afin de répondre aux besoins médicaux des populations présentes dans les zones rurales.

(1) Enquête Mutuelle.com
(2) Enquête Keldoc, Le parisien-aujourd’hui en France, Avril 2015
(3) La lutte contre les déserts médicaux

Pierre M.
Journaliste scientifique
Passionné par les nouvelles technologies, le web et le canyoning.
Il a un intérêt particulier pour les médecines douces.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.