Rougeole

juin 2021 par

Rougeole chez un enfant

La rougeole est une infection d’origine virale très contagieuse. Cette virose se manifeste par de la fièvre, de la toux, une rhinite et une conjonctivite suivie d’une éruption cutanée. La rougeole n’est pas bénigne, elle peut engendrer de graves complications neurologiques ou pulmonaires. Le moyen le plus efficace de s’en protéger est la vaccination. Celle-ci a été rendue obligatoire pour tous les nourrissons en 2018.

Infographie Santé sur le Net

Rougeole

Définition et symptômes de la rougeole

Qu’est-ce que la rougeole ?

La rougeole est une maladie infectieuse et éruptive extrêmement contagieuse due à un virus de la famille des paramyxoviridés. Cette pathologie reste une cause mondiale très importante de décès chez les enfants, malgré l’existence du vaccin.

La rougeole affecte la muqueuse des voies respiratoires de l’individu et peut entrainer de sévères complications. Elle peut survenir à tout âge.La transmission du virus est aérienne par la projection de gouttelettes de salive lorsque la personne infectée tousse ou éternue. Elle peut également se faire par contact direct avec des objets contaminés par des sécrétions de nez ou de la gorge, le virus reste en effet actif pendant 2 heures sur la surface des objets. Une fois dans les voies respiratoires, le virus de la rougeole s’y multiplie et se répand à tout l’organisme par la circulation sanguine. Une personne infectée reste contagieuse pendant les 4 jours qui précèdent l’apparition des symptômes et jusqu’au 4ème jour qui suit leur apparition.

Avant l’existence du vaccin de la rougeole en 1980, on estimait le nombre de décès dû à cette infection à 2.6 millions par an dans le monde. La vaccination a permis de réduire considérablement ce nombre, surtout dans les pays développés. Entre 2000 et 2016, elle a permis d’éviter près de 20,4 millions de décès dans le monde. Par ailleurs, le nombre de décès lié à la maladie a diminué de 84%, en passant de plus de 500 000 en 2000 à moins de 90 000 en 2016.

En France, le virus de la rougeole circule pourtant toujours. En effet, depuis 2008, on observe une recrudescence de la maladie. Un fait directement lié à la défiance des Français vis-à-vis de la vaccination. En 2019, 2 636 cas de rougeole ont été répertoriés. Parmi eux, 752 personnes étaient hospitalisées, dont 31 étaient admis en service de réanimation. 86 à 88% des cas de rougeole se sont déclarés chez des individus non vaccinés ou mal vaccinés. 2 décès sont survenus chez des jeunes immunodéprimés (ayant des défenses immunitaires altérées). Cette année-là, 92 départements français étaient concernés. Les principaux foyers endémiques étaient localisés en Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Pays de la Loire, Provence Alpes Côtes d’Azur et dans le Grand Est.

Pour éradiquer la rougeole, il faut que 95% de la population française soit vaccinée contre la maladie. Cela permettrait d’assurer la sécurité de toutes les personnes ne pouvant pas être vaccinées, à savoir les nourrissons de moins de 1 an, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées. C’est pour satisfaire cet objectif que la vaccination a été rendue obligatoire pour tous les nourrissons à compter du 1er janvier 2018. Le vaccin est remboursé à 100% par l’assurance maladie.

Quels symptômes ?infographie rougeole

Les premiers symptômes se manifestent dans les 10 jours qui suivent l’infection du patient par le virus. C’est la période d’incubation du virus. Ces symptômes sont le plus souvent :

  • Une forte fièvre ;
  • Un écoulement nasal ;
  • Une toux ;
  • Une conjonctivite avec une rougeur des yeux
  • Des petites taches blanchâtres sur la face interne des joues, appelées taches de Köplik
  • Une fatigue générale

Ces signes cliniques sont caractéristiques de la période d’invasion du virus.

L’éruption cutanée survient quelques jours plus tard. Cette éruption se manifeste par des petits boutons rouges qui se développent sur l’ensemble du corps. Lorsqu’elle apparait, les premiers symptômes mentionnés ci-dessus disparaissent. Cette éruption cutanée est caractéristique de la phase d’état de la rougeole. Elle dure 4 à 5 jours.

Dans la majorité des cas, la rougeole guérit en une dizaine de jours. Une fois rétabli, le patient bénéficie d’une immunisation à vie contre cette maladie.

Les complications liées à cette maladie surviennent dans 1 cas sur 5. Elles peuvent être graves et affectent essentiellement les enfants de moins de 5 ans et les adultes de plus de 20 ans. A noter que les enfants malnutris ou immunodéprimés, donc affaiblis, sont les plus susceptibles de développer des complications liées à la rougeole.

En général, les patients ne meurent pas de la rougeole mais de ses complications, parmi lesquelles on observe :

  • Des cécités ;
  • Des encéphalites : elles représentent 1 cas sur 1000 ;
  • Des otites dans 5 à 15% des cas ;
  • Des diarrhées sévères ;
  • Des infections auriculaires ;
  • Des infections respiratoires dans : 5 à 10%.

Chez les femmes enceintes, la rougeole peut entraîner une fausse couche, un accouchement prématuré ou des anomalies fœtales.

Diagnostic et traitement de la rougeole

Quel diagnostic ?

Le diagnostic de la rougeole est clinique. Il repose sur la présence des symptômes caractéristiques de la maladie comme l’apparition de taches blanchâtres sur l’intérieur de joues, ou plus tard l’éruption cutanée sur le corps.

Le médecin peut demander une confirmation biologique du diagnostic. Il repose sur l’identification des anticorps de la maladie dans un échantillon de salive ou de sang.

La rougeole est une maladie à déclaration obligatoire. Le médecin est tenu de signaler chaque cas aux autorités de santé afin que les précautions nécessaires soient mises en place.

Quel traitement ?

Il n’existe pas de traitement ou prise en charge spécifique pour la rougeole. Le traitement consiste simplement à soulager les symptômes.

À savoir ! La rougeole est une maladie d’origine virale, la prescription d’antibiotiques est donc inutile.

Les symptômes peuvent être soulagés :

  • En cas de fièvre (plus 38°C) mal tolérée par le patient, un antipyrétique type paracétamol ou ibuprofène peut être conseillé. En complément, il est recommandé de respecter quelques mesures dont l’aération de la pièce et une hydratation régulière en évitant de trop couvrir le malade. Le paracétamol est le traitement de première intention, il faut respecter la posologie de 15 mg/kg toutes les 6 heures. L’ibuprofène n’est recommandé qu’en cas d’allergie au paracétamol et après avis médical ;
  • Pour traiter la rhinite, les lavages de nez sont efficaces ;
  • Une conjonctivite nécessite des nettoyages au sérum physiologique. Parfois, un collyre antibiotique est nécessaire.

La meilleure option pour de ne pas contracter la rougeole reste la vaccination. Le vaccin de la rougeole est le vaccin R-O-RRougeole-Oreillons-Rubéole, il est obligatoire chez les nourrissons. Ce vaccin nécessite deux injections : une première injection à 12 mois, puis une seconde entre 16 et 18 mois. L’objectif de cette vaccination est évidemment d’éviter la contamination de l’individu vacciné, mais également de faire disparaitre la rougeole du pays pour protéger les populations les plus vulnérables.

Les mesures d’hygiène à suivre afin d’éviter la propagation de la rougeole, mais également de toute autre infection contagieuse sont :

  • Éviter les contacts avec des personnes contaminées par le virus de la rougeole ;
  • Se laver les mains systématiquement après s’être mouché, avoir éternué ou avoir été en contact avec un enfant infecté ;
  • Éviter les lieux communautaires (crèches, écoles, etc.) lorsque l’on est porteur du virus de la rougeole.

Publié le 15 février 2016. Mis à jour par Charline D., Docteur en pharmacie, le 31 mai 2021.

Sources
– Rougeole. ameli.fr. Consulté le 3 juin 2021.
– Rougeole. who.int. Consulté le 3 juin 2021.
Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.