Ascension du Mont Blanc : le tiers des alpinistes sous médicaments

Jun 8, 2016 par

Ascension_Mont_Blanc_alpinistes_medicaments

La consommation de médicaments s’est considérablement popularisée chez les grimpeurs. Selon l’équipe de Paul Robach, plus d’un alpiniste sur trois à l’ascension du Mont Blanc serait sous l’emprise d’un ou plusieurs médicaments.

Diurétiques et hypnotiques

L’ascension du Mont Blanc est une épreuve exigeante et prestigieuse. Chaque année, entre 17 000 et 20 000 grimpeurs se lancent à l’assaut du toit de l’Europe occidentale. L’été demeure la saison favorite des alpinistes, mais aussi la saison la plus accidentogène dans les massifs de Haute-Savoie.

Une étude de l’Ecole Nationale des Sports de Montagne alerte : la consommation de médicaments se répand comme une trainée de poudre. Si l’objectif est d’atténuer les maux d’altitude ou d’améliorer les capacités physiques, les données manquent sur l’utilisation de ces substances dans une tel contexte. En somme, une pratique dangereuse dans un cadre isolé.

La récolte de 430 échantillons d’urines a permis de mettre en valeur l’utilisation d’au moins un médicament dans 35,8% des cas. Parmi les plus utilisés, les diurétiques (22,7%), les hypnotiques (12,9%), les glucocorticoïdes (3,5%) et les stimulants (3,1%).

Une pratique qui n’est pas dénuée de risques

Les deux molécules les plus détectées sont l’acétazolamide (diurétique inhibiteur de l’anhydrase carbonique ; 20,6%) et le zolpidem (hypnotique ; 8,4%). Des médicaments servant essentiellement à atténuer les symptômes du mal d’altitude. Mais il convient d’être extrêmement prudent : le zolpidem a la faculté de perturber profondément la fonction neurologique.

Aux posologies thérapeutiques, et selon la sensibilité du patient, un tel hypnotique peut provoquer une amnésie antérograde (troubles de la mémoire), des troubles du comportement (irritabilité, agressivité, agitation), une modification de la conscience, une sensation ébrieuse, une ataxie (difficulté à parler) ou un état de confusion.

Hadrien V. Pharmacien


Source
Paul Robach & al. Drug Use on Mont Blanc : A Study Using Automated Urine Collection. Plos One. 02/06/2016

Hadrien V.
Pharmacien.
Spécialiste en produits vétérinaires, aime particulièrement étudier l’actualité et les nouveautés dans ce domaine.
Passionné de digital et webmarketing dans le milieu de la santé.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.