Le cannabis affecte la capacité à traiter les émotions

Mar 2, 2016 par

Le_cannabis_affecte_la_capacite_a_traiter_les_emotions

Une étude, publiée dans Plos One, suggère que le cannabis peut avoir des effets sur la reconnaissance des émotions et la capacité à interagir avec elles. Ces effets concerneraient surtout les émotions exprimées de façon implicite.

L’activité cérébrale pour mesurer les réactions

Lucy Troup étudie depuis près de deux ans les effets du cannabis sur le cerveau. En marge des débats qu’animent le célèbre amendement 64 dans le Colorado, l’équipe de scientifiques cherche à « donner un sens » aux nombreuses allégations concernant les effets du cannabis sur la santé.

C’est dans ce contexte qu’ont été imaginées des expériences sur la mesure des réactions des consommateurs de cannabis. Des visages leur ont été présenté et leurs réactions enregistrées grâce à un électroencéphalogramme (EEG). Ont été mesurées l’activité générale du cerveau et le paramètre P3. Ce paramètre est l’activité électrique cérébrale déclenchée par l’attention visuelle. P3 est connu pour être impliqué dans le traitement des émotions.

Les résultats sont probants : les réactions ont été plus vives chez les consommateurs de cannabis pour les visages montrant une expression négative, mais moins fortes que la moyenne pour les visages présentant des expressions positives.

Cannabis : le cerveau compense mais échoue

Quand il s’agit de juger l’émotion d’autrui, il n’y a pas de différence entre les consommateurs de cannabis et les autres. L’étude semble suggérer une compensation naturelle du cerveau des effets du cannabis pour les opérations simples. Mais quand l’émotion est présentée de façon implicite, qu’elle demande un traitement trop complexe ou quand on demande à l’individu de se concentrer sur autre chose que l’émotion, la réponse des consommateurs de cannabis est largement réduite.

Ainsi, quand il est demandé à un consommateur de se concentrer sur le sexe du visage présenté avant de lui demander quelle émotion est exprimée, la capacité de discernement diminue largement. Aussi, ces mêmes personnes semblent moins capables de faire preuve d’empathie.

Les équipes de ce laboratoire mènent actuellement de nouveaux essais pour connaitre un éventuel lien entre la consommation de cannabis et les troubles de l’humeur, et les effets du cannabis sur l’apprentissage.

Article suggéré : Arrêter de fumer – les bénéfices en 10 étapes

Hadrien V. Pharmacien


Source
Lucy J. Troup & al. « An Event-Related Potential Study on the Effects of Cannabis on Emotion Processing ». Plos One. 29/02/16

Hadrien V.
Pharmacien.
Spécialiste en produits vétérinaires, aime particulièrement étudier l’actualité et les nouveautés dans ce domaine.
Passionné de digital et webmarketing dans le milieu de la santé.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.