Nos capacités cérébrales menacées par une consommation excessive de soda ?

Actualités Addiction Neurologie

Rédigé par Delphine W. et publié le 6 mai 2017

Enfants, adolescents et mêmes adultes, nous sommes tous plus ou moins friands de soda. Ce type de boisson contenant entre 6 et 8 morceaux de sucre sont à limiter dans le cadre d’une alimentation équilibrée.  En effet, l’abus de sucres « cachés » est générateur de carries, de prise de poids, de diabète ou encore d’un accroissement de la fatigue. D’autres impacts ont été mis au goût du jour : les effets du soda sur le cerveau !

soda et cerveau

Soda : les effets méconnus des sucres cachés

Une nouvelle recherche s’est penchée sur les conséquences d’excès de sucres, particulièrement du fructose issu des boissons sucrées (type soda) sur le cerveau. En se basant sur des données issues d’un répertoire d’individus consommant d’importantes quantités de soda, les résultats qui en ont découlé étaient les suivants. Ces personnes présentaient :

  • Une capacité de mémorisation amoindrie;
  • Un volume du cerveau visiblement réduit;
  • Un plus petit hippocampe, zone du cerveau hautement impliquée dans l’apprentissage et la mémoire.

Ces constats s’additionnent à des précédents, qui témoignaient que, les individus consommant quotidiennement des boissons riches en sucres, présentaient davantage de risque d’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ou encore de démence. Ces faits doivent cependant être confirmés par des études complémentaires, s’intéressant aux mécanismes biochimiques impliqués dans ce lien de causes à effets.

Lire aussi« Maladie du soda », conséquence de la malbouffe

Soda limité, notre cerveau protégé …

Des données scientifiques, plus ou moins récentes, ont largement souligné les effets d’une consommation importante en sucres sur le risque cardiovasculaire, ou encore sur le développement de pathologies métaboliques : diabète de type II, atteintes cardiaques ou encore obésité. Néanmoins, l’auteur de cette nouvelle étude, appuie le fait que trop peu de ces données ne s’intéressent aux effets du sucre sur le développement cérébral. Le recensement de la quantité de sucres (tous sucres confondus) étant difficiles, les auteurs en sont restés à la consommation journalière de soda.

Un premier constat a été établi : au travers d’un échantillon de 4 000 individus, ceux consommant plus de 2 sodas (ou autres boissons sucrées) par jour étaient plus nombreux que les personnes n’en consommant que trois par semaine. Les résultats d’examens médicaux et biologiques du premier groupe, dont l’apport en sucres cachés est alors important, se sont avérés alarmants : accélération du vieillissement du cerveau, diminution du volume cérébral, réduction des capacités de mémorisation ou encore rétrécissement de l’hippocampe.

Les chercheurs précisent que les recherches se doivent d’être poursuivies afin de déterminer, de façon plus précise, les mécanismes biochimiques impliqués dans la diminution des fonctions cérébrales et dans l’augmentation du risque de démence.

Lire aussiLes maladies métaboliques, et notamment le diabète, limitées par l’adoption d’une alimentation équilibrée

Delphine.W., Ergonome spécialisée en Santé au Travail.

– Is soda bad for your brain? (And is diet soda worse?). Boston University. ScienceDaily. Le 20 avril 2017.
– Limiter sa consommation de sucre tout en restant gourmand. Programme National Nutrition Santé. MangerBouger. [En ligne]. (Consulté le 1er mai 2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.