Chauffage et monoxyde de carbone : Gare aux intoxications !

Actualités Pneumologie Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Deborah L. et publié le 1 décembre 2022

Avec le retour du froid, beaucoup sont tentés de chauffer leur logement à l’aide d’appareils non prévus à cet effet. Or, d’après l’Anses, ce genre de pratique est à proscrire au vu du risque important d’intoxication mortelle au monoxyde de carbone.

gaz monoxyde de carbone

Chauffage : les dangers du monoxyde de carbone

Incolore et inodore, le monoxyde de carbone (CO) est un gaz très toxique résultant d’une combustion incomplète de combustibles organiques. Les personnes qui le respirent peuvent très rapidement perdre connaissance et tomber dans le coma. D’où la nécessité de se montrer particulièrement vigilant face aux premiers signes d’intoxication (maux de tête, fatigue, vertiges, nausées ou vomissements) surtout s’ils sont ressentis par plusieurs membres du même foyer.

À savoir ! Le monoxyde de carbone est émis dans le cas d’une combustion incomplète, et ce quel que soit le combustible utilisé (bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane).

Dans le cadre du chauffage d’un logement, plusieurs causes peuvent être à l’origine d’une intoxication au monoxyde de carbone. Il peut s’agir avant tout d’une mauvaise évacuation des produits de combustion de l’appareil de chauffage, d’un manque de ventilation de la pièce, d’un manque d’entretien de l’appareil voire de sa vétusté. C’est sans compter qu’avec le retour du froid, beaucoup sont tentés de chauffer leur logement à l’aide d’appareils non prévus à cet effet. Or, cette utilisation inappropriée peut également se révéler dangereuse. Certains appareils sont en effet uniquement destinés à un usage extérieur ou à une utilisation d’appoint (barbecue, braseros etc). Si en extérieur, la petite quantité de monoxyde de carbone produite se disperse dans l’air, il n’en va pas de même dans un espace clos ! La concentration en monoxyde de carbone dans l’air peut rapidement augmenter et mettre en danger les personnes présentes.

Les risques d’intoxications au monoxyde de carbone

Les autorités sanitaires déplorent d’ailleurs chaque année près de 1 300 épisodes d’intoxications accidentelles au monoxyde de carbone. Et depuis le mois de septembre dernier, les Centres antipoison ont enregistré plus de 70 cas de personnes intoxiquées après avoir voulu chauffer leur logement avec des appareils inadéquats. Dans ce contexte, l’Anses alerte sur le risque lié à l’utilisation de certains appareils non prévus pour un chauffage en intérieur (cuisinières, barbecues et autres braseros).

À savoir ! Le monoxyde de carbone peut potentiellement être émis par tous types d’appareils à combustion : chaudières à bois, à charbon, à gaz, à fioul, chauffe-eau, chauffe-bain, poêles, cuisinières, chauffages mobiles d’appoint, barbecues, braseros etc…

Les bons réflexes à adopter

L’Agence rappelle que de simples gestes peuvent pourtant aider à réduire les risques d’intoxication. Le premier d’entre eux consiste à aérer régulièrement son logement et à ne pas boucher les entrées d’air. Les notices d’utilisation des appareils à combustion sont bien évidemment à lire et à respecter. Quant aux chauffages d’appoint, ils ne doivent pas être utilisés en continu mais seulement par intermittence. Pour rappel, les groupes électrogènes utilisés en cas de coupure d’électricité ne doivent jamais être installés en intérieur. S’agissant des cheminées, un ramonage est nécessaire au moins une fois par an. Dans tous les cas, il convient avant chaque hiver de contacter un professionnel qualifié qui se chargera de vérifier les installations du logement.

À savoir ! Il est désormais possible de trouver dans le commerce des détecteurs de monoxyde de carbone.

Enfin, l’attitude à adopter en cas de suspicion d’intoxication au monoxyde de carbone consistera à aérer immédiatement les locaux. Il faudra également éteindre dans la mesure du possible les appareils à combustion et surtout évacuer les lieux. Si une personne a perdu connaissance, il faudra agir très vite en contactant immédiatement les secours aux numéros suivants : 15 (Samu), 18 (sapeurs pompiers), 112 (numéro unique d’urgence européen ou 114 pour les personnes sourdes et malentendantes). Les Centres antipoison joignables à tout moment seront habilités à gérer les autres situations.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– Chauffage : attention aux intoxications au monoxyde de carbone.anses.fr. Consulté le 23 novembre 2022.
– Intoxications au monoxyde de carbone. solidarites-sante.gouv.fr. Consulté le 23 novembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *