Découverte du premier « gène des cheveux gris »

Mar 10, 2016 par

Decouverte_premier_gene_cheveux_gris

Pour la première fois, un lien entre le grisonnement des cheveux et un gène a été établi. L’étude, portant sur 6 000 Américains, montre que l’apparition des cheveux gris n’est pas seulement influencée par l’environnement mais aussi par l’ADN.

Les études sur le vieillissement progressent

La lutte contre le vieillissement est l’un des nouveaux pans de la recherche, et pas seulement au service de la cosmétologie. Il s’agit d’un enjeu fort dans le traitement des maladies liées à l’âge, la cartographie du génome, et l’interaction des processus physiologiques au long terme.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la recherche génétique est à ses balbutiements en ce qui concerne le système pileux. Jusqu’à aujourd’hui, il n’existait aucune preuve tangible d’un lien entre le capital génétique et les cheveux gris.

Comment les cheveux deviennent gris ?

Le grisonnement des cheveux (ou canitie) est un effet de perspective. Il s’agit en fait de l’apparition de cheveux blancs au sein d’une chevelure plus ou moins foncée. Un cheveu ne peut pas être moins coloré que les autres. Il est soit blanc, soit coloré. Le phénomène appariait en moyenne à l’âge de 35 ans, aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

La couleur des cheveux est liée à la production de mélanine par les mélanocytes et la concentration du pigment dans le poil ou le cheveu. Plus la mélanine est concentrée, plus le cheveu est foncé. L’apparition de cheveux blancs a lieu lorsqu’il y a un arrêt de production de la mélanine, une disparition des mélanocytes ou l’interruption de la communication de la mélanine au niveau du cheveu.

Cheveux gris : Un gène en cause ?

Le gène incriminé dans l’apparition des cheveux gris est IRF4. Il s’agit d’un des gènes impliqués dans la régulation et le stockage de la mélanine. Le professeur Andres Ruiz-Linares précise qu’il s’agit de la « première association génétique aux cheveux grisonnants », et que la compréhension de l’action d’IRF4 pourrait permettre de « développer des façons de retarder les cheveux grisonnants ».

L’étude, publiée sur Nature, montre aussi l’action d’autres gènes, comme PRSS53 pour la frisure des cheveux, EDAR pour l’épaisseur de la barbe et la forme des cheveux, FOXL2 pour l’épaisseur des sourcils et PAX3 pour l’apparition du mono-sourcil.

Outre le problème esthétique, ces trouvailles pourraient être grandement utiles dans le domaine de la criminologie et de la médecine légale. Pour l’instant, seuls des sujets d’Amérique latine ont été étudiés. Mais si ces résultats se confirment pour des populations généralisées, la constitution du portrait-robot à partir d’échantillons d’ADN pourrait être bien plus précise.

Article suggéré : Pourquoi a-t-on les yeux bleus ?

Hadrien V. Pharmacien


Source :
Kaustubh Adhikari & al. « A genome-wide association scan in admixed Latin Americans identifies loci influencing facial and scalp hair features ». Nature Communications. 01/03/16

Hadrien V.
Pharmacien.
Spécialiste en produits vétérinaires, aime particulièrement étudier l’actualité et les nouveautés dans ce domaine.
Passionné de digital et webmarketing dans le milieu de la santé.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.