L’étouffement de l’enfant, attention danger !

Actualités Autres maux (enfants)

Rédigé par Delphine W. et publié le 30 mai 2017

« La majorité des accidents par étouffement concerne les enfants de moins de 6 ans », selon l’INPES. Ce fléau est dû à l’ingestion de petits objets mis à la bouche, ou encore d’aliments « à risque ». Le décès par étouffement étant la conséquence la plus grave chez l’enfant, la prévention est incontournable…

Etouffement d'un enfant

L’étouffement de l’enfant en quelques mots…

L’étouffement est l’interruption de la respiration, par l’obstruction des voies aériennes, généralement causée par un trop gros morceau d’aliment (ou aliment entier), ou encore par un petit objet. Il peut entraîner le décès de l’enfant, conséquence d’une asphyxie (manque d’oxygène apporté au cerveau).

L’objet est :

  1. Aspiré (inhalé) au niveau des voies respiratoires ;
  2. Suffoqué (obstruction des voies respiratoires) ;
  3. L’enfant subit ensuite une strangulation (conséquence de la constriction du cou) qui bloque la respiration ;
  4. L’asphyxie est la dernière phase, conséquence d’une insuffisante d’oxygène au cerveau.

L’ingestion d’éléments étrangers est la 4ème cause d’hospitalisation et de décès chez l’enfant. La majorité des cas se produisent lors de la première année de la vie et 95% des cas d’étouffement se produisent à domicile.

Des moyens de prévention et des habitudes quotidiennes permettent néanmoins de limiter ce risque grave…

Lire aussiL’apnée du sommeil, une autre cause de l’étouffement.

La prévention de l’étouffement, des stratégies qui concernent tout le monde !

Prévenir l’étouffement passe d’une part, par des habitudes quotidiennes, mais se traduit également par bien d’autres mesures.

Au niveau industriel, réglementation, étiquetage et matériaux spéciaux sont conçus pour prévenir du risque d’étouffement les bébés et les jeunes enfants.

L’éducation parentale est également un pilier dans la prévention du risque d’étouffement. Des pratiques sécuritaires peuvent, tout d’abord, être mises en place par les parents. On entend par là : l’utilisation de dispositifs de retenue dans la voiture (la ceinture de sécurité par exemple), la mise en hauteur des objets et des aliments « à risque », etc.

La connaissance des risques, liés à l’étouffement, ainsi que les moyens de prise en charge en cas d’accident sont incontournables. Des exercices de respiration cardiorespiratoire (RCR) sont les premiers gestes à apporter à l’enfant, en cas d’accident. Des cours dispensés par des professionnels ou par des associations, sont connus et permettent la prise en charge rapide de l’enfant, réduisant les conséquences graves.

Les gestes « qui sauvent » :

  1. 5 tapes dans le dos afin de faire ressortir l’aliment ou l’objet en vérifiant entre chaque claque si tout rentre dans l’ordre ;
  2. Si cela ne fonctionne pas, les compressions abdominales ;
    1. Se mettre derrière la victime ;
    2. Placer les bras autour de la partie supérieure de son abdomen et placer un poing fermé entre le nombril et le sternum ;
    3. Penchez la victime vers l’avant ;
    4. Maintenir le poing à l’aide de l’autre main et enfoncer fortement le poing vers soi et vers le haut. Répéter 5 fois le geste.
  3. Si le problème persiste, alterner 5 tapes dans le dos et 5 compressions abdominales ;
  4. Si la victime perd connaissance, appeler les secours et commencer la réanimation cardio-pulmonaire avec 30 compressions thoraciques (ne pas s’arrêter tant que les secours ne sont pas arrivés ou que la victime n’a pas repris sa respiration normale).

Lire aussiConnaître les bons gestes pour apporter les premiers secours, c’est essentiel.

Delphine W., Ergonome spécialisée en Santé au Travail.

– La prévention de l’étouffement et de la suffocation chez les enfants. Société canadienne de pédiatrie. C.Cyr. Le 1er Février 2012.
– Protégez votre enfant des accidents domestiques. INPES – Consulté le 28 mai 2017.
– L’étouffement. Croix-rouge – Consulté le 30 mai 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.