Du glucagon par voie intranasale pour l’hypoglycémie

Apr 11, 2016 par

glucagon_info_diabète

Des recherches sur l’administration du glucagon par voie intranasale sans aiguille pourrait mettre fin à l’injection intramusculaire chez le diabétique de type 1. En plus du confort que représente cette voie d’administration, les premiers résultats ont montré des effets indésirables moins importants.

Hypoglycémie et glucagon

Les diabétiques de type 1 sont très souvent confrontés aux hypoglycémies (glycémie inférieure à 0,6g/l) induites par un surdosage en insuline. Selon l’étude DIALOG, l’hypoglycémie toucherait 86% des diabétiques de type 1 et 45% des diabétiques de type 2 chaque mois. Les diabétiques de type 1 présenteraient, en moyenne, 6,3 épisodes d’hypoglycémie par mois.

Dans certains cas, l’hypoglycémie peut être grave : on parle alors d’hypoglycémie sévère. Cette situation nécessite l’injection de glucagon par voie intramusculaire en urgence. La forme grave d’hypoglycémie touche 13% des diabétiques de type 1 chaque mois. Lors d’une hypoglycémie sévère, le diabétique est inconscient : l’injection de glucagon doit être faite par une tierce personne qualifiée.

A savoir ! Le glucagon est une hormone sécrétée par le pancréas, et plus exactement par les cellules alpha des îlots de Langerhans. Avec des propriétés antagonistes de l’insuline en induisant la glycogénolyse au niveau du foie, il joue un rôle majeur dans la régulation de la glycémie.

Une nouvelle forme d’administration

Le seul traitement existant pour les formes sévères d’hypoglycémie hors du milieu hospitalier est la forme injectable de glucagon. Elle doit être reconstituée par une mise en suspension avant son administration, ce qui est une contrainte supplémentaire à son administration.

Cette médication pourrait bientôt être remplacée par une nouvelle forme moins contraignante à l’administration. En effet, des études récentes – de phase 1 – menées sur une forme de poudre nasale ont montré des résultats pharmacocinétiques et pharmacodynamiques prometteurs chez des sujets âgés de 4 à 17 ans.

Le traitement a été testée dans 7 sept centres cliniques sur un total de 48 patients diabétiques de type 1. Les résultats sont non seulement très similaires mais la voie intranasale provoque également moins de nausées transitoires (42% des sessions contre 67% pour la voie injectable). Selon cette même étude, un dosage unique de 3 mg semble être adapté pour une utilisation sur l’ensemble des patients âgés de 4 à 17 ans.

Thierry L.W.C – Docteur en Pharmacie


Cariou et al. Fréquence des hypoglycémies chez 4424 diabétiques insulino-traités en France : résultats du suivi observationnel prospectif de l’étude DIALOG. (O 10) mercredi 27 mars, SFD 2013
Jennifer L. Sherr & al. « Glucagon Nasal Powder: A Promising Alternative to Intramuscular Glucagon in Youth With Type 1 Diabetes ». Diabetes Care. 14/01/2016

Pierre M.
Journaliste scientifique
Passionné par les nouvelles technologies, le web et le canyoning.
Il a un intérêt particulier pour les médecines douces.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.