Un impact des vaccins Covid sur la fertilité ?

24 juillet 2021 par

Alors que le gouvernement d’Emmanuel Macron organise des campagnes de vaccination partout en France, les interrogations concernant l’impact des vaccins Covid sur la fertilité ne cessent de grandir. Pourtant, aucunes données scientifiques n’ont, à ce jour, permis d’établir un lien entre les vaccins anti-covid qui ont été mis sur le marché et l’infertilité féminine ou masculine. Santé Sur Le Net répond à cette question !

impact des vaccins Covid sur la fertilité

Comment agissent les vaccins anti-Covid sur le corps ?

Comme tous les vaccins, les différents vaccins anti-Covid ont pour but de provoquer une réaction immunitaire de l’organisme qui va lui permettre de se défendre face à l’infection.

Pour mieux comprendre les mécanismes des vaccins anti-Covid à ARN autorisés en France, il est important de savoir que le virus du SARS-CoV-2 responsable de la COVID-19 est composé de deux parties : une protéine appelée “SPIKE” et le matériel génétique du virus présent sous la forme d’ARN.

La protéine SPIKE est un élément important du virus puisqu’elle est responsable de sa pénétration à l’intérieur des cellules de l’organisme. Elle est donc ciblée par le système immunitaire face à l’infection, mais aussi par les vaccins.

En ce qui concerne la deuxième composante du SARS-CoV-2, l’ARN, ce dernier va permettre de produire, à partir d’un mécanisme propre à ce virus, la protéine SPIKE.

Dans les vaccins à ARN (Pfizer®, Moderna®), l’ARN de SPIKE a pu être isolé. Une petite partie du matériel génétique du virus est donc mise dans des particules lipidiques qui seront ensuite injectées chez les patients. Ces particules lipidiques servent en fait à acheminer les fragments d’ARN et à les libérer dans l’organisme sans qu’ils soient altérés.

Un vaccin à ARN est donc un vaccin dont les particules lipidiques contenant le matériel génétique de la protéine SPIKE sont injectées, et ce afin de produire cette dernière.

Il est important de noter que l’ARN est détruit rapidement après avoir synthétisé la protéine SPIKE qui, seule, n’est aucunement dangereuse. Quant au code génétique et à l’ADN du corps humain, ils restent intacts puisqu’il est impossible que l’ARN injecté pénètre le noyau de la cellule.

Face à ces mécanismes de vaccination, le corps humain développe des anticorps qui vont permettre de reconnaître la protéine SPIKE, mais aussi des lymphocytes qui permettront de créer des anticorps anti-COVID en cas d’infection.

Vaccins anti-Covid (Janssen, Pfizer®/BioNTech, AstraZeneca, Moderna®) et fertilité

Bien que des études soient toujours en cours, à l’heure actuelle, aucune donnée scientifique ne permet d’établir un lien direct entre les vaccins contre la COVID-19 et l’infertilité. Ces rumeurs qui tirent souvent leur origine des réseaux sociaux sont, au mieux, spéculatives. Ce mythe est en fait basé sur l’hypothèse que le vaccin anti-Covid 19 pourrait amener le corps humain à attaquer, chez la femme, la syncytine-1, une protéine d’origine virale jouant un rôle essentiel lors de la formation du placenta. Cette théorie se base sur le fait que la syncytine-1 et la protéine SPIKE ont en commun une même séquence de quatre acides aminés. Le vaccin qui attaquerait la protéine SPIKE pourrait alors attaquer la syncytine-1. Cela dit, malgré cette similitude, les constructions globales des deux protéines diffèrent totalement et le système immunitaire est bien trop intelligent pour les confondre. Par ailleurs, quand bien même cela pouvait être le cas, les anticorps ont une durée de vie limitée et toute action sur la syncytine-1 ne serait que transitoire. Une infertilité durable est donc exclue !

Concernant l’infertilité masculine, la dernière étude scientifique à ce sujet date du 17 juin 2021. Cette dernière a été réalisée par des médecins et des scientifiques de la Miller School of Medicine de l’Université de Miami, sur un échantillon de 45 hommes âgés en moyenne de 28 ans et ne présentant aucun problème de santé. Au cours de cette recherche, aucune atteinte du sperme, du nombre de spermatozoïdes ou de la motilité de ces derniers n’a été observée.

Même si les recherches continuent d’avancer, les données scientifiques actuelles sont rassurantes puisqu’elles permettent de montrer que les vaccins à ARN n’impactent pas la fertilité des femmes et des hommes.

Par conséquent, afin de se protéger au mieux contre le Coronavirus et pour limiter les risques de propagation du virus, se faire vacciner contre le Covid 19 est fortement recommandé.

Yasmine B., rédactrice scientifique

Sources
– Les vaccins à ARNm susceptibles de modifier notre génome, vraiment ? presse.inserm.fr. Consulté le 16 juillet 2021.
– Covid-19 : mieux décrire la protéine Spike pour améliorer le diagnostic et les perspectives vaccinales. inserm.fr. Consulté le 16 juillet 2021.
– Sperm Parameters Before and After COVID-19 mRNA Vaccination. jamanetwork.com. Consulté le 16 juillet 2021.
Yasmine B.
Rédactrice scientifique
Spécialiste en rédaction médicale, diplômée en biologie médicale. Passionnée par le domaine de la santé et l’actualité scientifique.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.
Tout commentaire contenant une adresse web (http://, https://) sera supprimé
Veuillez limiter la longueur de votre commentaire à 2000 caractères maximum.