Un nouveau booster du cœur contre l’insuffisance cardiaque

Oct 23, 2018 par

Véritable enjeu de santé publique en France et dans le monde, l’insuffisance cardiaque est une pathologie fréquente et grave. Incapable de pomper efficacement le sang, le cœur ne peut plus répondre aux différents besoins de l’organisme. Malgré une prise en charge améliorée ces dernières années, la mortalité associée à l’insuffisance cardiaque reste importante. Et si une nouvelle molécule était porteuse d’espoir thérapeutique ? C’est ce que suggère une récente étude publiée dans le journal e-Life.

DWORF, une nouvelle molécule contre l'insuffisance cardiaque

Mécanisme de l’insuffisance cardiaque

Chez une personne en bonne santé, le cœur est capable de pomper le sang de façon efficace, en partie grâce à un processus appelé « le cycle du calcium » qui permet au calcium de circuler à l’intérieur et à l’extérieur des cellules. La dérégulation du calcium pourrait donc conduire au développement d’une insuffisance cardiaque.

À savoir ! L’insuffisance cardiaque correspond à l’incapacité du cœur à assurer un débit sanguin suffisant pour satisfaire les besoins des différents organes du corps. La « fonction de pompe » du cœur est altérée, ce qui a pour conséquence un débit sanguin abaissé, des pressions sanguines basses, ainsi qu’une accumulation de fluide avec des pressions élevées en amont.

Jusqu’à présent, les chercheurs se sont concentrés sur le développement de thérapies ciblant une molécule appelée SERCA, chargée de transporter les ions calcium, assurant ainsi la relaxation du muscle cardiaque. En cas d’insuffisance cardiaque, SERCA ne fonctionne pas correctement, ce qui a conduit certains scientifiques à étudier les possibilités de développer une thérapie génique qui augmenterait l’expression de SERCA.

Dans ce contexte, une équipe de scientifiques vient de découvrir une nouvelle molécule qui pourrait ouvrir à la voie à de nouveaux traitements de l’insuffisance cardiaque.

Lire aussiInsuffisance cardiaque

DWORF : un booster du cœur

Cette nouvelle molécule est un micropeptide que l’équipe de scientifiques a nommé DWORF pour “DWarf Open Reading Frame” :

« Notre laboratoire a récemment découvert un micropeptide appelé DWORF, qui se lie directement à SERCA et améliore son activité », explique l’auteur principal de l’étude. « Dans cette étude, nous avons exploré le potentiel thérapeutique de niveaux élevés de DWORF, comme moyen d’augmenter l’activité de SERCA et d’améliorer la contractilité cardiaque dans l’insuffisance cardiaque. »

C’est en découvrant que DWORF supplantait une molécule appelée phospholambane, (inhibitrice de l’activité de SERCA), que les scientifiques ont pensé utiliser DWORF pour aider à booster l’activité de SERCA et permettre au cœur de retrouver sa capacité à pomper le sang de manière efficace.

Pour mener à bien ses recherches, l’équipe a travaillé sur des souris qu’elle a génétiquement modifiées pour exprimer dans le cœur des taux plus importants de :

  • DWORF
  • Phospholambane (PLN)
  • de DWORF et de PLN

En comparant les différents groupes de souris, les chercheurs ont observé les résultats suivants :

  • Meilleur cycle du calcium pour les souris avec des taux plus importants de DWORF comparé aux souris non modifiées,
  • Cycle du calcium moins efficace pour les souris modifiées pour exprimer des taux plus importants de PLN comparé aux souris normales non modifiées,
  • Inhibition de l’impact du PLN chez les souris présentant des taux plus élevés des deux molécules (DWORF empêchant l’impact de PLN).

DWORF : un nouvel espoir thérapeutique ?

Forts de ces découvertes, les chercheurs ont souhaité approfondir la question en évaluant les effets de DWORF sur des modèles de souris souffrant de cardiomyopathie dilatée.

À savoir ! La cardiomyopathie dilatée est une pathologie dans laquelle le cœur devient hypertrophié et incapable de pomper le sang de façon efficace.

En comparant les différents groupes de souris malades du cœur, ils ont pu dresser les constats suivants :

  • Fonction amoindrie du ventricule cardiaque gauche (partie du cœur chargée de pomper le sang oxygéné vers l’organisme) pour les souris normales,
  • Fonction du ventricule cardiaque gauche encore plus déficiente que chez les souris normales pour les rongeurs avec un taux nul de DWORF,
  • Meilleure fonction du ventricule cardiaque gauche pour les souris génétiquement modifiées avec des taux plus importants de DWORF.

Par ailleurs, les chercheurs ont observé que les souris avec des taux importants de DWORF ne présentaient pas certains des signes pathologiques habituels d’une cardiomyopathie (tels que des cavités cardiaques hypertrophiées, un amincissement des parois des cavités et des cellules musculaires cardiaques hypertrophiées ).

En boostant la molécule SERCA et donc l’activité du cœur et en empêchant le développement de certains signes associés aux maladies cardiaques, des taux importants de molécule DWORF pourraient constituer un nouvel espoir thérapeutique dans la recherche de nouveaux traitements de l’insuffisance cardiaque :

« Les tentatives précédentes de restaurer SERCA pour protéger contre l’insuffisance cardiaque n’ont pas réussi jusqu’à présent car elles se concentraient sur l’augmentation des niveaux de SERCA lui-même. Nous pensons qu’augmenter les taux de DWORF pourrait être une option plus envisageable et que la petite taille de la molécule DWORF pourrait constituer un candidat intéressant pour un médicament de thérapie génique de l’insuffisance cardiaque », conclut l’auteur principal de l’étude.

De nouvelles études en perspective que nous aurons à cœur de suivre de près !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Newly discovered molecule could treat heart failure. Medical News Today. Le 10 octobre 2018.
Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.