Mardi 25 juin: Journée mondiale du vitiligo

Jun 24, 2019 par

Le vitiligo est une pathologie cutanée rare caractérisée par des taches dépigmentées sur la peau. Même si cette dermatose reste bénigne, il est souvent difficile pour les patients d’accepter psychologiquement cette maladie qui touche l’apparence physique. Retour sur les symptômes du vitiligo et les dernières innovations en cours ou à venir pour améliorer la qualité de vie des patients.

vitiligo

La maladie en quelques mots

Le vitiligo est une dépigmentation progressive de la peau qui touche 0,5 à 1 % de la population mondiale. Elle s’explique par la perte des mélanocytes (cellules de la peau) qui produisent la mélatonine, un pigment colorant la peau.

Le vitiligo peut prendre deux formes: segmentaire quand la dépigmentation concerne un seul côté du corps dans une zone délimitée ou non segmentaire lorsque l’intégralité du corps peut être touchée.

Le visage, les mains et les pieds sont les zones corporelles qui sont souvent atteintes en premières.

Par la suite, les lésions se développent de façon bilatérale et symétrique.

Des démangeaisons peuvent parfois précéder la survenue de nouvelles tâches. De plus, les zones dépigmentées sont extrêmement sensibles au soleil et une exposition peut engendrer des rougeurs et des démangeaisons.

L’origine du vitiligo repose en grande partie sur un processus auto-immun associé à d’autres facteurs comme la génétique ou le stress.

Une quinzaine de gènes sont déjà connus pour avoir un lien avec la maladie et impliquer l’immunité.

15 à 20% des patients souffrant de vitiligo seraient atteints aussi d’une hypothyroïdie ou hyperthyroïdie d’origine auto-immune.

D’autres pathologies auto-immunes peuvent être associées au vitiligo comme la polyarthrite rhumatoïde, le diabète ou certaines maladies inflammatoires de l’intestin.

Les thérapies actuelles et les espoirs portés par la recherche

Aujourd’hui, le vitiligo ne se soigne par complètement et les thérapies existantes permettent d’empêcher l’évolution de la maladie.

Les recours possibles sont :

  • La protection solaire lors de l’exposition ;
  • Une exposition solaire modérée et raisonnable pour obtenir, dans certains cas, une repigmentation :
  • La photothérapie UVB (stimuler les mélanocytes grâce aux rayons UV-B pour obtenir une repigmentation partielle et temporaire) en cabine ;
  • La greffe de mélanocytes (prélèvement de mélanocytes pigmentées du patient sous anesthésie locale puis greffe de ces derniers dans les zones dépigmentées ;
  • L’utilisation de dermocorticoïdes et d’immunosuppresseurs locaux pour diminuer l’activité du système immunitaire ;
  • Dépigmentation complète de la peau par traitement laser ;

Aujourd’hui, de nombreuses pistes pour développer de futures thérapies sont explorées par les chercheurs.

Elles concernent :

  • L’étude de la molécule E-cadhérine qui est une protéine d’adhésion présente sur les mélanocytes et retrouvée en moindre quantité chez les personnes atteintes de vitiligo ;
  • Le développement d’une crème à base de ruxolitinib (essai clinique de phase 2 réalisé à Boston montrant son efficacité sur le vitiligo touchant le visage) ;
  • Le développement de traitements locaux à base de prostaglandine E2 (acides gras jouant un rôle dans l’inflammation), d’afamélanotide (hormone mélanotrope de synthèse), d’inhibiteurs de molécules impliquées dans certaines voies de signalisation cellulaires (prolifération cellulaire par exemple) ;
  • Développer un traitement favorisant la différenciation des cellules souches mélanocytaires (thérapie intéressante pour les zones de la peau difficiles à repigmenter, comme les extrémités du corps (mains ou pieds).

À l’occasion de la Journée Mondiale du Vitiligo, l’Association Française du Vitiligo organise 7 rassemblements un peu partout en France ce samedi 22 juin 2019. Pour plus de renseignements, consulter le communiqué de presse de l’Association Française du Vitiligo.

Julie P. Journaliste scientifique

– La E-Cadhérine, un nouvel acteur dans le vitiligo. INSERM. Consulté le 24 juin 2019.
– Dossier Vitiligo. INSERM. Consulté le 24 juin 2019.
– Topical cream shows promise in treatment of skin pigmentation disease, vitiligo. Eurekalert. Consulté le 24 juin 2019.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.