Cor au piedUn cor est une affection cutanée douloureuse du pied. Tout comme les durillons ou les callosités, il correspond à un épaississement disgracieux de la peau. Ce type de manifestation est lié aux pressions et aux frottements excessifs subis par certaines zones spécifiques du pied lors des mouvements.

Définition

Qu’est-ce qu’un cor ?

On parle de « cor » pour désigner de petites zones cutanées épaissies au niveau des pieds. On distingue une première partie arrondi et translucide, visible sous la peau du pied et une seconde partie plus pointue en forme de cône renversé qui pénètre dans les couches plus profondes de la peau.

On différencie deux types de cor : les durs et les mous.

Les cors durs sont les plus fréquents. Ils sont localisés au niveau des zones les plus exposées aux frottements et à la pression exercée par la chaussure. On les trouve donc principalement :

  • Sur le dessus des orteils au niveau des articulations inter-phalangiennes, particulièrement les trois derniers ;
  • Sur le côté extérieur du petit orteil.

Ce type de cor est sensible. Les cors durs peuvent être très douloureux au toucher et gêner la marche forçant l’individu à modifier la façon dont il pose son pied.

Les cors mous apparaissent lors d’une compression des articulations de deux orteils voisins. Ils sont alors logiquement localisés entre deux orteils et se forment par paire (les deux orteils ont un cor). Ce sont les quatrième et cinquième orteils qui sont les plus touchés. Ils ont un aspect blanchâtre et spongieux en raison de la sueur présente entre les orteils. Ils sont également appelés « œil de perdrix » en raison de la présence d’une bordure rouge et d’un point noir en leur centre.

Ce type de cor est douloureux et peut s’infecter en cas de macération.

Quelle est la cause d’un cor ?

La pression excessive ou les frottements conduisant à la formation d’un cor peuvent être provoqués et exacerbés par plusieurs facteurs, comme le port de chaussures mal adaptées, mal ajustées ou trop serrées (par exemple, les chaussures à talons ou les chaussures à bout pointu) ou un mode de vie actif ou comportant de longues périodes débout sur des surfaces dures. A noter, qu’il existe divers facteurs liés à la forme et à la structure des pieds pouvant aussi être à l’origine de l’apparition des cors.

Les frottements répétés ou une compression excessive de la peau contre un os conduisent à une hyperkératose par stimulation de la production de kératine (protéine de l’épiderme). La conséquence est l’épaississement de la peau au niveau de la zone concernée du pied.

Les cors sont rares chez les enfants ou les adolescents. En revanche, certaines populations sont plus à risque :

  • Les femmes en raison du port de chaussures étroites ou de talons hauts responsable de frottements et d’un excès de pression sur l’avant du pied ;
  • Les sportifs qui sollicitent de façon répétée leurs pieds ;
  • Les individus ayant des orteils de grande taille ou une peau fine, les rendant alors plus sensibles ;
  • Les personnes âgées dont la peau des pieds à tendance à s’affiner, s’assécher et à être plus sensible ;
  • Les personnes présentant des déformations des pieds ou orteils (par exemple, l’hallux valgus ou l’orteil en griffe) à l’origine d’une modification de la statique ;

Symptômes

Un cor se présente sous la forme d’une accumulation de cellules mortes à l’aspect d’un cône jaunâtre. Cet épaississement cutané se forme dans le but de protéger les tissus sous-jacents des frottements ou pressions répétés.

Cette affection est responsable :

  • D’une boursouflure rugueuse peu esthétique ;
  • D’une douleur au toucher ;
  • D’une gêne à la marche.

Traitement

Il existe plusieurs étapes lors du développement d’un cor :

  • Un épaississement de la peau est visible ;
  • La masse prend la forme d’un cône et s’enfonce dans la peau ;
  • Le cor grandit et la pointe du cône exerce une pression contre la peau à l’origine de la douleur.

Généralement, avant de traiter leur cor, les personnes attendent qu’il devienne douloureux et inesthétique. Or, plus le cor est traité rapidement, plus vite il sera guéri : Il est donc conseillé d’agir dès les premiers signes.

Il est possible de traiter soi-même des cors, sauf en cas artériopathie (atteinte des artères)  des membres inférieurs, de diabète ou de maladie de peau au niveau des pieds, auxquels cas il faut consulter d’emblée. Lorsque les cors apparaissent, il est recommandé de les poncer délicatement à l’aide d’une pierre ponce, d’une lime ou d’un papier-émeri. Cette action permet d’éliminer progressivement l’excédent de peau.  Au préalable, il est conseillé pour faciliter le ponçage de ramollir la peau épaissie en trempant les pieds dans de l’eau chaude pendant une vingtaine de minutes ou en appliquant de manière régulière une crème hydratante.

Par ailleurs, dans le but de retirer la corne et le noyau du cor, il existe des médicaments destinés à dissoudre la kératine. Ce sont les kératolytiques, aussi appelés coricides. Ils sont disponibles sous forme de pommade, pâte ou emplâtre. Il est conseillé de les appliquer uniquement sur le cor pour ne pas détruire la peau saine. Une fois appliqués, il faut recouvrir la zone traitée par un pansement. Grâce à ce traitement, la corne va ramollir et se détacher.

Cependant, les kératolytiques sont déconseillés chez les personnes diabétiques, les patients ayant une artériopathie des membres inférieurs ou chez les individus présentant une maladie cutanée au niveau des pieds.

Par ailleurs, il est important d’être vigilant sur l’hygiène des pieds et le chaussage. Il faut procéder à une toilette quotidienne à l’eau et au savon des pieds, puis les sécher minutieusement, sans oublier entre les orteils. En effet, la macération est l’un des facteurs favorisant l’infection d’un cor mou. Il est également possible d’appliquer une crème hydratante pour éviter une sécheresse cutanée qui fragiliserait la peau. Enfin, il est préférable d’opter pour des chaussures légères, souples et suffisamment larges. Il faut veiller à ce qu’il reste de l’espace sur le côté des pieds et au-dessus des orteils. Cet aspect est particulièrement important en cas de déformation ou d’antécédents de cors.  Un modèle présentant une bonne semelle et un petit talon (entre 3 et 4 cm) est à favoriser.

Les cors sont très fréquents et dans la majorité des cas bénins. Une bonne hygiène des pieds, un bon chaussage et quelques soins suffisent à les faire disparaître. Cependant, lorsque les frottements ou la compression du pied persistent, ils ont tendance à se déformer. Ainsi, il est conseillé de consulter un médecin ou podologue lorsque :

  • Le cor persiste malgré les soins appliqués ;
  • Le cor s’infecte (devient rouge et très douloureux).

Le traitement médical d’un cor peut revêtir diverses formes :

  • L’ablation du cor réalisée par un pédicure-podologue à l’aide d’un instrument tranchant. Ce traitement permet de réduire petit à petit le volume du cor et permet de diminuer les douleurs. Plusieurs séances peuvent s’avérer nécessaires.
  • Le port d’orthèse plantaire (semelles orthopédiques) ou d’orteils dans le but de réduire les pressions exercées sur le pied.

En cas d’infection, une prescription de soins désinfectants et parfois de soins effectués par le pédicure-podologue est nécessaire.

Lorsque le cor est lié à une déformation, le médecin peut encourager :

  • Le port de semelles orthopédiques ;
  • Le port de chaussures orthopédiques ;
  • Une intervention chirurgicale en cas de déformation importante (par exemple, hallux valgus).

Prévention

Prévenir l’apparition de cors n’est pas chose aisée, cependant, certaines mesures peuvent réduire le risque :

  • Eviter les chaussures trop serrées ou trop grandes ;
  • Eviter les talons hauts ;
  • Privilégier le port de sandales, tongues et chaussons ;
  • Utiliser des semelles orthopédiques si besoin ;
  • Consulter pour s’assurer de l’absence de déformation.

Charline D., Pharmacien

– Cors aux pieds. Ameli. Le 13 octobre 2017.
– Cor au pied : une douloureuse affection cutanée. Assurance mutuelle. Consulté le 25 janvier 2018.
– Qu’est-ce qu’un cor ? Compeed. Consulté le 25 janvier 2018.