Arthroscopie


Rédigé par Charline D. et publié le 21 novembre 2019

arthroscopie

Une arthroscopie est une intervention chirurgicale dite mini-invasive utilisée à la fois pour le diagnostic et le traitement de certaines affections des articulations. Elle est plus souvent employée pour le genou, mais peut aussi être utile pour d’autres articulations comme la hanche, l’épaule, la cheville, le poignet ou les doigts. L’intervention est rapide, généralement moins d’une heure, mais nécessite une hospitalisation, au moins la journée de l’intervention, ainsi qu’une anesthésie. Les complications sont très rares, et la récupération articulaire est souvent rapidement obtenue.

Définition et objectif d’une arthroscopie

Qu’est-ce qu’une arthroscopie ?

Arthroscopie-objectifsUne arthroscopie est un examen endoscopique réalisée à l’aide d’un arthroscope (tube flexible muni d’une petite caméra) introduit via une petite incision faite au préalable.

L’objectif de cet examen est, à la fois, d’explorer une articulation afin de déterminer l’origine du trouble, et de traiter d’éventuelles lésions. En cas de traitement, une seconde incision est nécessaire pour introduire le matériel chirurgical.

Ainsi, une arthroscopie peut être indiquée pour :

  • Effectuer un bilan en cas de lésions de l’articulation ;
  • Préciser le diagnostic d’une pathologie rhumatologique comme l’arthrite ;
  • Réaliser des prélèvements, par exemple du liquide articulaire ;
  • Retirer certaines structures (ménisque, cartilage) trop abîmées au niveau d’une articulation ;
  • Réparer des ligaments ;
  • Traiter des lésions affectant la membrane synoviale ;
  • Retirer un excès de liquide articulaire ;
  • Laver l’articulation, notamment en cas d’arthrose.

L’avantage d’une arthroscopie est qu’elle ne nécessite que de petites incisions. Ainsi, les suites opératoires sont moins douloureuses, les cicatrices pratiquement invisibles et la mobilité de l’articulation est plus vite récupérée.

Précautions

Une arthroscopie est effectuée sous anesthésie. Il est alors nécessaire que le patient se présente à jeun (c’est-à-dire pas de nourriture, de boisson ou de médicament) depuis au minimum 6 heures afin que cette dernière soit tolérée le mieux possible. Il est également demandé au patient de ne pas consommer de tabac ou d’alcool avant l’intervention.

Il faut prévoir d’être raccompagné par un proche, un ami ou bien s’assurer des services d’un conducteur, en cas de sortie de l’hôpital le jour même.

Préparation et déroulement de l’examen

Avant l’examen

Une arthroscopie nécessite une anesthésie (générale, péridurale, locale ou loco-régionale). Une consultation avec un anesthésiste est alors nécessaire. Ce dernier procède à un interrogatoire afin de déterminer quels sont les traitements ou pathologies en cours susceptible d’interférer dans le bon déroulement de l’opération. Il est parfois amené à prescrire des examens complémentaires : une prise de sang ou un électrocardiogramme, par exemple.

Une seconde consultation avec un chirurgien orthopédiste est également programmée dans les jours qui précèdent l’intervention. Le chirurgien informe le patient sur le déroulement de l’intervention et la durée d’hospitalisation (entre 1 et 3 jours, le plus souvent). Le patient est également informé des risques potentiels (rares) de l’arthroscopie : une infection articulaire, une phlébite, une embolie pulmonaire, une fistule (ouverture anormale dans l’articulation), de l’algodystrophie (syndrome douloureux chronique), une hémarthrose (sang dans l’articulation), lésion d’un nerf pendant l’opération. Lorsque le patient est en possession de toutes les informations sur l’intervention, tant les avantages que les risques, il doit signer un consentement.

Le patient peut être hospitalisé la veille de l’intervention ou le matin même. Il est nécessaire de procéder à une toilette minutieuse avec les produits antiseptiques appropriés (sur ordonnance). L’intervention nécessitant une anesthésie, il est également nécessaire que le patient soit à jeun depuis l’heure indiquée par l’anesthésiste, soit environ 6 heures.

Déroulement de l’examen

arthroscopie-deroulement-examenLe jour de l’intervention, le patient est installé dans une chambre à son arrivée. Il doit procéder à une seconde toilette avec le produit antiseptique. La partie du corps concernée doit être exempt de poils. Il est ensuite demandé d’enfiler la tenue stérile (blouse, bonnet, chaussons) en attendant l’entrée dans la salle d’opération.

Une arthroscopie dure entre 30 minutes et 1 heure.

Tout d’abord, l’anesthésie est réalisée une fois le patient installé sur la table d’intervention. En cas d’anesthésie générale, une intubation (tube inséré dans la trachée) est mise en place.

Le chirurgien procède ensuite à une désinfection de la zone concernée avant d’inciser au niveau de l’articulation à explorer. Dans cette incision, il introduit l’arthroscope muni de sa caméra. Les images sont retransmises sur un écran permettant une meilleure observation des lésions.

Lorsque des actes opératoires sont nécessaires, une autre incision est réalisée afin de faire passer le matériel chirurgical. Parfois, un liquide est également introduit afin d’augmenter la visibilité.

Une fois l’intervention terminée, le chirurgien retire son matériel et referme par des points de suture la ou les incisions.

Les suites de l’examen

À l’hôpital

Une fois l’intervention finie, le patient est aussitôt conduit en salle de réveil afin que l’anesthésie s’estompe et que l’équipe médicale puisse surveiller le patient. Après environ 1 heure de surveillance, le patient est ramené dans sa chambre où il peut manger si il le souhaite. On lui administre également un traitement antalgique en cas de plainte et un traitement préventif de la phlébite.

Le chirurgien passe ensuite dans la chambre du patient vérifier son état de santé et lui communiquer les résultats. La sortie est ensuite décidée par le chirurgien et l’anesthésiste. En cas de sortie le jour même, il est nécessaire d’être accompagné.

À la maison

Arthroscopie-maisonUne fois de retour à son domicile, il est conseillé au patient d’appliquer certains conseils afin de bénéficier d’un rétablissement rapide.

Ainsi, pour diminuer les douleurs et le gonflement de l’articulation, il est préférable de surélever la partie opérée. Il est également conseillé d’appliquer de la glace enveloppée d’un linge pendant environ 15 minutes. Ce geste peut être répété autant que nécessaire pour réduire l’inflammation.

Il faut être attentif aux conseils donnés par le chirurgien afin de savoir quand et comment mobiliser le membre opéré, quand reprendre une douche sera possible et quand retourner au travail ou reprendre ses activités habituelles.

Enfin, il faut veiller à bien respecter la prescription médicale concernant la prise d’antalgiques et d’anticoagulants.

En cas de questions ou d’inquiétudes, il faut savoir que des visites de contrôle sont fixées dès la sortie avec le chirurgien. Elles sont l’occasion d’exprimer ses ressentis au médecin.

En cas de frissons, de température, de douleur très importante non soulagée par les traitements prescrits, de douleur dans un mollet, de rougeur, chaleur ou écoulement au niveau de la plaie, il faut immédiatement contacter le chirurgien ou le médecin traitant.

Les complications

Normalement, l’arthroscopie est une intervention sûre dont les risques sont moindres en comparaison avec une chirurgie classique. Cependant, comme toute intervention, des complications sont possibles.

Une arthroscopie peut être à l’origine :

  • De dommages accidentels au niveau de l’articulation ou des tissus avoisinants ;
  • D’une infection de l’articulation ;
  • D’un saignement dans l’articulation ;
  • D’une perte de sensation cutanée autour de l’articulation.

Très rarement, il peut aussi y avoir des réactions inattendues à l’anesthésie. C’est pourquoi, il est très important de signaler toute allergie à l’anesthésiste et d’être le plus précis possible au cours de l’interrogatoire qui précède l’intervention.

Charline D., Docteur en pharmacie

– L’arthroscopie. NHS. Consulté le 3 mai 2019.
– Arthroscopie. Larousse. Consulté le 3 mai 2019.
– Déroulement d’une arthroscopie. Ameli. Consulté le 3 mai 2019.