diarrhée

La diarrhée est définie comme étant l’émission d’au moins 3 selles molles ou liquides par jour, ou à une fréquence anormale pour la personne concernée. Le plus souvent, la diarrhée est le symptôme d’une maladie gastro-intestinale comme la gastro-entérite provoquée par une bactérie, un virus ou un parasite.

Diarrhée : définition

La diarrhée est une maladie que l’on peut prévenir et guérir. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un mauvais moment à passer. Cependant, elle reste la deuxième cause de mortalité chez l’enfant de moins de 5 ans. Chaque année, elle tue 5 250 000 enfants dans le monde. Un épisode de diarrhée n’est donc pas à négliger. En effet, elle peut durer plusieurs jours et priver l’organisme d’eau et de sels minéraux, essentiels à la survie.

Après un repas, les aliments ingérés ne sont pas utilisables tels quels. Ils doivent être digérés au niveau de l’estomac puis de l’intestin grêle afin de fournir à l’organisme les nutriments dont ils ont besoin. C’est ce que l’on appelle la digestion. En effet, tout au long de leur progression par contraction dans le tube digestif (c’est-à-dire de la bouche au rectum), les aliments vont subir des modifications chimiques via les sucs digestifs produits au niveau de l’estomac et de l’intestin grêle. Les nutriments passent alors dans le sang, tandis que les déchets sont éliminés par les selles.

La diarrhée, à l’inverse de la constipation, est due à une accélération du transit intestinal. Les selles, formées des résidus alimentaires, passent trop rapidement dans le colon et l’eau ou les nutriments qu’elles contiennent n’ont pas le temps d’être extrait comme c’est le cas dans le processus de digestion normal.

L’origine de la diarrhée aiguë est très souvent virale. Les intestins infectés vont sécréter de l’eau qui va se mélanger aux aliments en digestion. Les causes de la maladie sont variées, par exemple, le changement du type d’alimentation ou le stress et l’anxiété lors d’un voyage, certains médicaments ou encore certains aliments. Plus rarement, la diarrhée peut être la conséquence d’une inflammation chronique de l’intestin, de troubles hormonaux, d’une incapacité de l’intestin à absorber certaines substances ou d’un transit trop actif.

On distingue trois types de diarrhée :

  • La diarrhée aiguë qui dure plusieurs heures ou jours ;
  • La diarrhée chronique lorsqu’elle dure plus de 14 jours de suite ;
  • La dysenterie (diarrhée avec émission de glaire et de sang).

Symptômes

La diarrhée aiguë est responsable de l’évacuation fréquente de selles liquides, avec présence ou non de glaires ou de sang. Elle est souvent associée à des crampes abdominales, de la fièvre et une faiblesse générale. Habituellement, l’épisode diarrhéique survient brutalement et prend fin spontanément après 2 ou 3 jours.

Dans certains cas, la diarrhée peut s’installer pendant plusieurs semaines voire des mois. On parle de diarrhée chronique.

Le risque d’un épisode diarrhéique, lorsque la diarrhée est abondante, est de provoquer une déshydratation en raison d’une perte importante d’eau. En effet, au cours d’une diarrhée, les selles liquides, les vomissements, la transpiration, l’urine et la respiration entraînent des pertes hydriques et électrolytiques (sodium, potassium, etc.). On parle de déshydratation lorsque ces pertes ne sont plus compensées par l’organisme. La déshydratation est qualifiée de modérée et commence à être préoccupante lorsque le patient présente au moins 2 des symptômes suivants : agitation ou irritabilité, yeux enfoncés et soif intense. L’état de déshydratation est sévère quant au moins 2 des symptômes suivants sont présents : inconscience/léthargie, yeux enfoncés, incapacité ou difficulté à boire et persistance prolongée du pli cutané (lorsque la marque d’un pincement de la peau perdure plus de 2 secondes).  Les personnes les plus à risque sont les enfants et les personnes âgées.

Quand la diarrhée est chronique, elle peut provoquer une dénutrition du fait que les éléments nutritifs n’ont pas le temps d’être absorbés par les intestins comme d’ordinaire. Le patient se présente alors amaigri, faible, avec une sécheresse cutanée et des phanères (ongles et cheveux) et une rétention d’eau.

Diagnostic

Généralement, la diarrhée et ses causes sont diagnostiquées par le médecin traitant, lors d’une consultation, par un simple interrogatoire (sur un voyage récent, les facteurs en cause, le retentissement sur la vie quotidienne ainsi que les médicaments pris par le patient) et un examen clinique. Pour confirmer son diagnostic, le médecin peut demander une analyse de sang et un examen des selles.

Traitement

Le traitement d’une diarrhée débute obligatoirement par une réhydratation par voie orale. Ainsi, que ce soit pour les nourrissons ou les personnes âgées, des sachets de réhydratation orale peuvent être utilisés pour éviter le risque de déshydratation. Ils sont disponibles en pharmacie, dans tous les pays du monde.

Dans quelques cas, lorsque l’agent infectieux à l’origine de la maladie a été mis en évidence comme étant une bactérie, une prescription d’antibiotiques peut être nécessaire.

Sinon, afin de stopper la diarrhée, des anti-diarrhéiques peuvent être utilisés. Il en existe plusieurs types, en fonction de leur mécanisme d’action :

  • Les ralentisseurs du transit (par exemple, le lopéramide) sont disponibles sans ordonnance. Il est cependant recommandé de suivre la posologie indiquée par le médecin ou le pharmacien et ne pas poursuivre le traitement plus de 2 jours sans avis médical. Ces médicaments doivent être réservés aux situations particulières (avion, réunion importante, etc.) en raison des constipations secondaires qu’ils peuvent engendrer ;
  • Le anti sécrétoires intestinaux (par exemple, le racécadotril), en cas de diarrhée très liquide ;
  • Les antiseptiques intestinaux (par exemple, le nifuroxazide), disponibles sans ordonnance, agissent localement sur les bactéries responsables de la diarrhée.

D’autres traitements peuvent être proposés. Notamment, les anti-diarrhéiques dit d’origine microbienne en traitement d’appoint. Ils contiennent des probiotiques et leur action repose sur la reconstitution de la flore intestinale (par exemple, le Lactéol ).

Des pansements digestifs, comme le diosmectite peuvent être utilisés.

D’autres médicaments à base de plantes ou homéopathiques peuvent être proposés, par exemple le diaralia ou le élusanes salicaire

Enfin, lors d’un épisode diarrhéique, il est conseillé de boire beaucoup d’eau (légèrement salé ou sucré) afin de prévenir la déshydratation, mais aussi de ménager ses intestins en adaptant son régime (riz, banane, biscottes, soupes, compotes, etc.).

Prévention

La diarrhée est évitable, il est possible de la prévenir en respectant quelques mesures simples :

  • Appliquer certaines règles d’hygiène de base comme se laver les mains plusieurs fois par jour, avant de préparer à manger, avant se mettre à table et après être allé aux toilettes, nettoyer régulièrement les lieux de stockage de la nourriture (réfrigérateur, garde manger, etc.) ;
  • En voyage, être vigilant sur la nourriture et les boissons proposées. Il faut être particulièrement attentif au lavage des mains, à l’eau de boisson (préférer l’eau en bouteille), aux plats crus, froids ou réchauffés (il est préférable de les éviter), au lavage et épluchage des fruits et légumes.

A savoir ! Certains aliments présentes un risque plus important : l’eau du robinet et les glaçons, les aliments à température ambiante, les plats réchauffés, la viande froide ou crue ou peu cuite, les œufs, les produits laitiers non pasteurisés ou non operculés, les poissons, les coquillages ou crustacés froids ou crus, les crudités, fruits ou légumes non pelés ou servis déjà pelés, les jus de fruits, les sauces froides, les glaces et pâtisseries.

Charline D., Pharmacien

– Diarrhée et gastro-entérite de l’adulte. Eurekasanté. Le 27 mai 2017. 
– Maladies diarrhéiques. OMS. Mai 2017. 
– Diarrhée aiguë. Snfge. Consulté le 19 septembre 2017.