La dengue, aussi connue sous le nom de grippe tropicale, est une maladie d’origine virale transmise par un moustique : le fameux moustique tigre. Depuis 2004, la dengue s’installe en France. L’OMS estime à plus de 50 millions par an le nombre de patients atteint de dengue.

Moustique - Dengue

Définition de la dengue

La dengue est transmise par la piqûre d’un moustique de type Aedes, plus connu en France sous le nom de moustique tigre en référence à la présence de rayure blanche sur le corps noir de l’insecte. Il a la particularité de piquer en pleine journée.

La maladie s’est longtemps limitée à l’Asie du sud-est avant de commencer à s’étendre vers l’océan Indien, le Pacifique, les Antilles et l’Amérique latine. Au cours des 50 dernières années, la dengue a progressé de manière très importante.

Elle concerne à présent 128 pays, soit près de 3,9 milliard d’individus exposés à la maladie, l’équivalent de la moitié de la population mondiale. En effet, la dengue sévit sur un mode endémique dans les Antilles françaises et menace très sérieusement l’Europe. Un cas de transmission locale a été rapporté pour la première fois en France en 2010. L’expansion de la maladie s’explique par les capacités d’adaptation du moustique tigre porteur du virus, ainsi que par le développement des échanges internationaux. En 2014, le moustique était implanté dans 18 départements français.

Les souches virales de la dengue sont réparties en 4 sérotypes : DEN-1, DEN-2, DEN-3 et DEN-4. L’immunité acquise en réponse à l’infection par l’un d’entre eux confère une protection uniquement contre le sérotype infectant mais en aucun cas contre les autres. Ainsi, un même individu est susceptible d’être infecté par les 4 sérotypes de dengue.

À savoir ! Des infections ultérieures d’autres sérotypes de dengue augmentent le risque de développer la forme sévère de la maladie : la dengue hémorragique.

La maladie se transmet de la façon suivante : pour qu’un moustique tigre transporte le virus responsable de la maladie, il faut tout d’abord que celui-ci soit lui-même contaminé. Il l’est lorsqu’il pique une personne infectée par le virus. Un individu peut contaminer un moustique pendant au moins une semaine après l’apparition des symptômes. Ainsi, quelques jours après, le moustique devient contaminant et va transmettre la dengue à une ou plusieurs autres personnes en les piquant.

Symptômes

La dengue est majoritairement bénigne.

Elle est caractérisée par l’apparition d’une forte fièvre (40°) associée à au moins deux des signes suivants :

  • Maux de tête importants ;
  • Douleurs musculaires, articulaires ou derrière les yeux ;
  • Nausées, vomissements ;
  • Adénopathie (augmentation du volume des ganglions) ;
  • Eruption cutanée ressemblant à la rougeole.

Les symptômes apparaissent dans les 4 à 10 jours qui suivent la piqûre infectante. Ils perdurent environ 2 à 7 jours.

Une évolution vers une forme sévère est rare (1% des cas), mais imprévisible. Les enfants de moins de 15 ans sont les plus à risque. La dengue sévère se manifeste par au moins l’un des évènements suivants :

  • Fuite plasmatique sévère conduisant à un état de choc ;
  • Épanchement liquidien et détresse respiratoire ;
  • Hémorragies importantes ;
  • Atteinte organique grave (foie, système nerveux central, cœur, etc.).

Il existe des signes d’alerte survenant dans les 3 à 7 jours qui suivent les premiers symptômes et qui s’accompagne d’une diminution de la fièvre. La vigilance doit être maximale autour du 4ème jour après l’apparition de la fièvre. En cas de douleurs abdominales, de vomissements persistants, de signes d’épanchements liquidiens, de saignements, de léthargie ou d’agitation, il faut une prise en charge médicale immédiate.

Cette vigilance permettrait de faire chuter le nombre de décès liés à la dengue sévère à 1% au lieu de 20% actuellement. En effet, l’OMS estime à 500 000 le nombre de patients atteints de dengue sévère, majoritairement des enfants, nécessitant une hospitalisation, chaque année et dont 20% décèdent.

Diagnostic

Il faut rapidement consulter un médecin en cas de fièvre brutale accompagnée de douleurs articulaires.

Une prise de sang permet de confirmer rapidement le diagnostic de dengue.

Traitement

Il n’existe pas de traitement spécifique pour la dengue. La prise en charge est symptomatique afin de limiter les douleurs, la fièvre et la déshydratation. Une convalescence de 15 jours est nécessaire.

La prise d’aspirine ou d’anti-inflammatoire est strictement contre-indiquée en raison du risque hémorragique.

Prévention

La prévention de la dengue repose sur deux aspects : la prévention individuelle contre les piqûres et la prévention collective.

Les mesures collectives

Les autorités sanitaires ont mis en place un plan national anti-dissémination en mars 2006 afin de limiter le risque d’importation de la dengue (mais aussi du chikungunya) en métropole. Ce dernier s’appuie sur une surveillance entomologique (des moustiques) et épidémiologique (nombre de cas de la maladie), un renforcement de la lutte contre les moustiques, une information de la population et des professionnels de santé et le développement de la recherche.

Début 2016, un premier vaccin dirigé contre les 4 sérotypes de la dengue à été mis au point par Sanofi Pasteur en vue d’une utilisation chez les individus âgés de 9 à 45 ans résidant dans des zones endémiques. L’OMS recommande son utilisation uniquement dans les zones géographiques qui présentent une forte morbidité liée à la dengue. Plusieurs autres vaccins sont en cours d’étude.

Les mesures individuelles

L’élimination des eaux stagnantes, chez soi et autour de chez soi, est la première mesure à prendre afin de limiter la présence de moustiques. En effet, ils ont besoin d’eau stagnante pour pondre. Un moustique femelle peut pondre jusqu’à 200 œufs tous les 2 jours ! Par ailleurs, un moustique ne s’éloigne généralement pas à plus de 50 mètres de son lieu de naissance.
Il est donc nécessaire de supprimer toutes coupelles de pots de fleurs, mettre à l’abri tout objet susceptible de se remplir d’eau et de nettoyer, une fois par semaine, les endroits où l’eau peut stagner (gouttières, siphon, etc.).

Le meilleur moyen de ne pas contracter la dengue est de ne pas se faire piquer. A noter, que lorsque l’on a la dengue, le meilleur moyen de ne pas participer à la propagation de la maladie est également de ne pas se faire piquer. Pour cela, il faut :

  • Porter des vêtements amples et couvrants ;
  • Appliquer des produits anti-moustiques sur sa peau, particulièrement dans la journée ;
  • Utiliser des diffuseurs insecticides à l’intérieur et des serpentins à l’extérieur de la maison ;
  • Faire dormir les malades, les nourrissons et les femmes enceintes sous moustiquaire, même pendant la journée ;
  • Allumer la climatisation (les moustiques fuient les endroits frais).

Les voyageurs qui se rendant dans des pays où le virus de la dengue est présent doivent adopter des mesures de sécurité (vêtements longs et couvrants, insecticide, etc.). En cas de fièvre dans les 7 jours qui suivent le retour du séjour, il faut consulter son médecin.

Charline D., Pharmacien

– La dengue : comprendre et agir. INPES. Consulté le 8 mai 2018.
– La dengue : information et prévention – Santé-gouv. Consulté le 17 octobre 2017.
– Dengue : une maladie virale transmise par les moustiques en pleine expansion. INSERM. Consulté le 1 novembre 2017.
– DENGUE. Institut Pasteur. Consulté le 8 mai 2018.