BléphariteUne blépharite est une inflammation de la paupière provoquant une sensation de brûlure, une rougeur et un oedème. Elle peut être aiguë ou chronique, et sera prise en charge en conséquence. Ainsi, plusieurs traitements peuvent être utilisés allant des simples larmes artificielles associées à des mesures d’hygiène classiques aux antibiotiques ou corticostéroïdes.

Définition

Une blépharite est une inflammation de la paupière de l’œil. Elle est à l’origine d’une rougeur et de démangeaisons. Cette affection est fréquente dans la population, et concerne aussi bien les grands que les petits.

On distingue deux grands types de blépharites : aiguës et chroniques. Une blépharite aiguë peut être ulcéreuse et nécessiter un traitement antibiotique ou antiviral, ou être non ulcéreuse.

La blépharite ulcéreuse aiguë est d’ordinaire engendrée par une infection bactérienne (majoritairement de type staphylococcique) affectant le follicule ciliaire (glande au sein de laquelle le cil est implanté) et les glandes de Meibomius. Les glandes de Meibomius sont des glandes localisées au niveau de la paupière. Leur principale fonction est de garantir une bonne hydratation et lubrification de l’œil. En effet, le mélange d’eau et d’huile dans un récipient aboutie systématiquement à la formation de deux phases distinctes. L’huile se trouve toujours en surface, c’est-à-dire au dessus de l’eau, ce qui bloque l’évaporation de cette dernière. Pour l’œil, c’est le même principe : les glandes lacrymales produisent une première couche aqueuse contenant des nutriments pour la cornée, et les glandes de Meibomius assure la production d’une couche lipidique appelée « meibum » et chargée de protéger la première afin d’assurer l’hydratation continue de l’œil et de ses constituants. Ainsi, lorsque les glandes de Meibomius dysfonctionnent, autrement dit ne produisent plus assez de lipides pour alimenter la couche lipidique, l’eau s’évapore et les symptômes (sécheresse, brûlures, rougeur, irritation, etc.) apparaissent. Le dysfonctionnement des glandes de Meibomius (DGM) est la première cause de blépharite aiguë. Plus rarement, l’infection est d’origine virale et occasionne moins de croûtes et un écoulement plus clair.

La blépharite non ulcéreuse aiguë est généralement provoquée par une réaction allergique à l’origine d’importantes démangeaisons ou d’éruptions cutanées.

La blépharite chronique est une inflammation chronique d’origine inconnue. L’affection est souvent causée par un dysfonctionnement des glandes de Meibomius ou par une dermatite séborrhéique. Une dermatite séborrhéique est une affection chronique de la peau se traduisant par l’apparition de plaques rouges recouvertes de pellicules blanches ou jaunâtres. En cas de dysfonctionnement chronique des glandes de Meibomius, la composition de la couche lipidique oculaire est anormale ce qui engendre une occlusion des canaux et orifices des glandes au niveau desquels on observe la formation de bouchons cireux. Cette affection est souvent associée à une rosacée, et à des antécédents d’affections oculaires récidivantes (type chalazions, orgelets, sécheresse oculaire, etc.).

Symptômes

Il existe des symptômes communs aux diverses formes de blépharites :

  • Des démangeaisons, ou médicalement « prurit » ;
  • Une sensation de brûlures du rebord de la paupière ;
  • Une irritation conjonctivale ;
  • Un larmoiement ;
  • Une photosensibilité (sensibilité à la lumière) ;
  • Une sensation de corps étranger.

En cas de blépharite ulcéreuse aiguë, de petites pustules peuvent apparaître au niveau des follicules ciliaires avec des ulcérations visibles sur les rebords des paupières. Lorsque les croûtes présentes se détachent, elles engendrent de petites hémorragies de surface. A cause de la sécheresse oculaire, les paupières peuvent se coller durant la nuit. A noter que les blépharites ulcéreuses récidivantes peuvent provoquer la perte des cils et la formation de cicatrices au niveau des paupières.

Lorsque la blépharite n’est pas ulcéreuse, les rebords des paupières sont gonflés ou « oedémateux » et rouges ou « érythémateux ». Des petites croûtes (liquide oculaire séché) peuvent être présentes dans les cils.

Pour la blépharite chronique, on constate la présence de sécrétions cireuses, épaisses et jaunâtres sur les bords de paupière qui témoigne d’un dysfonctionnement des glandes de Meibomius. Les patients décrivent également une sensation de corps étranger dans l’œil, une fatigue visuelle et un flou intermittent en cas d’effort visuel prolongé.

Diagnostic

Le diagnostic de blépharite nécessite une consultation chez l’ophtalmologue. Un simple examen clinique avec une lampe adaptée suffit au professionnel de santé pour poser le diagnostic. Aucun autre examen complémentaire n’est nécessaire.

Dans les cas où la blépharite n’est pas soignée par le traitement, une biopsie sera alors utile pour éliminer une origine tumorale. En effet, une tumeur au niveau de la paupière peut ressembler, sur le plan clinique, à une blépharite.

Traitement

Le traitement dépend du type de blépharite. Il est toutefois important quelle que soit la blépharite de garder une bonne hygiène des paupières. Ainsi, il est souvent recommandé par le médecin de cesser ou limiter l’utilisation de maquillage au niveau des yeux. Pour le nettoyage des yeux, quelques précautions sont à respecter :

  • Se laver les mains avant toute manipulation ;
  • Utiliser un savon spécial paupière en cas de cils collés le matin ou de peau grasse ;
  • Utiliser un masque thermique ou des compresses d’eau chaude pendant 5 minutes ;
  • Utiliser un coton-tige pour nettoyer le bord inférieur des paupières ;
  • Presser avec le coton-tige pendant 3 secondes sous la ligne des cils afin de stimuler les glandes de Meibomius.

La blépharite ulcéreuse aiguë est traitée par une pommade antibiotique à appliquer pendant 7 à 10 jours. Lorsque l’affection est d’origine virale, elle est traitée grâce à des antiviraux par voie générale. Concernant la blépharite aiguë non ulcéreuse, les premières précautions à prendre concernent l’arrêt de certains comportements, notamment le frottage des yeux ou l’utilisation de collyres non adaptés. De plus, l’application de compresse d’eau chaude sur les paupières fermées contribue au soulagement du patient et à l’accélération de sa guérison. En cas de tuméfaction qui persiste, c’est-à-dire au-delà de 24 heures, des corticoïdes locaux en pommade peuvent être prescrits pour une durée de 7 jours.

Le traitement de la blépharite chronique repose essentiellement sur la prise en charge de la sécheresse oculaire, conséquence de l’affection. Dans la majorité des cas, on recommande l’utilisation de larmes artificielles durant la journée associées à des pommades oculaires la nuit. Si cela ne suffit pas, l’application de compresse chaude pour venir dissoudre les bouchons de cire associée à des massages oculaires peut venir compléter la prise en charge. Lorsque la blépharite est plutôt d’origine séborrhéique, on conseille un nettoyage doux avec un coton tige imbibé de nettoyant pour bébé dilué (maximum 3 gouttes pour un demi verre d’eau chaude). Enfin, si l’affection ne passe pas malgré plusieurs semaines d’hygiène des paupières, une pommade antibiotique peut être utilisée pour réduire le nombre de bactéries sur le bord de la paupière.

Prévention

Les blépharites peuvent récidiver. Ainsi, les individus qui sont sujets à ce type d’infection doivent porter une attention toute particulière à l’hygiène de leurs paupières afin de limiter la multiplication bactérienne et d’assurer le bon fonctionnement des glandes de Meibomius chargées de produire le fameux meibum qui permet en se mélangeant au liquide lacrymal de lubrifier la surface oculaire.

Charline D., Docteur en pharmacie

– L’œil sec : comprendre pourquoi. Hôpitaux de bordeaux. Consulté le 13 décembre 2018.
– Blépharite.Le manuel MSD. Consulté le 13 décembre 2018.
– Blépharite.Institut de l’œil des Laurentides. Consulté le 13 décembre 2018.
– Soigner une blépharite.Théa. Consulté le 13 décembre 2018.