La somnolence est l’envie de dormir. C’est un phénomène biologique normal. Elle amène au sommeil, comme la faim amène à la nourriture.
Toutefois la somnolence peut être excessive : le risque d’endormissement est fort et fréquent, y compris dans des situations et à des moments où le sommeil n’est pas approprié.

www.hypersomnie.fr

somnolence diurne

Fatigue aiguë ou somnolence ?

Somnolence et fatigue ne sont pas synonymes.

La fatigue est généralement induite par une activité excessive. Elle est souvent réversible après le repos.
On distingue :

  1. la fatigue physique caractérisée par un manque d’énergie, un épuisement,
  2. la fatigue psychique caractérisée par un manque de motivation, de désir ou d’intérêt.

Fatigue excessive

C’est une fatigue irrésistible, écrasante, un réel état d’épuisement soutenu, avec une diminution des capacités physiques et mentales. La fatigue excessive peut être chronique. Elle est souvent associée à une pathologie. Elle est non réversible par le repos ou le sommeil.

Vigilance

La vigilance est la capacité du système nerveux central à répondre efficacement à un stimuli ou à un événement, par la mobilisation de ressources de cognition et de comportement. La vigilance peut être altérée par une somnolence excessive mais aussi par un état d’hyperéveil.

Somnolence normale ou pathologique

La somnolence pathologique se caractérise par les éléments suivants :

  1. Irritabilité, désinhibition,
  2. Diminution de motivation, baisse de la productivité,
  3. Altération du lobe frontal : apathie, fluence verbale diminuée, trouble de l’attention, de la mémorisation, trouble du jugement et du raisonnement,
  4. Intrusion de la somnolence : périodes de micro-sommeil (5 à 10 secondes) qui engendrent des troubles de l’attention, sommeil continu.

Gravité des troubles

Ces accès de sommeil parfois irrépressibles et inappropriés peuvent avoir des conséquences gênantes voire dramatiques sur la vie du sujet. Ils perturbent la qualité de vie du patient et de son entourage et peuvent même empêcher toute activité professionnelle du fait du risque d’accidents du travail et de la circulation.

Somnolence et pathologies du sommeil

La somnolence excessive est un symptôme retrouvé dans plusieurs maladies appelées hypersomnies.
L’hypersomnie englobe l’allongement du sommeil de nuit et une plainte de somnolence excessive le jour. L’hypersomnie représente une part importante des patients consultant pour un trouble du sommeil.

L’hypersomnie inclut le syndrome d’apnée du sommeil, l’insuffisance chronique du sommeil, la narcolepsie, l’hypersomnie idiopathique, l’hypersomnie récurrente et quelques autres causes neurologiques, psychiatriques et endocriniennes.

Hypersomnies

Les hypersomnies sont le plus souvent méconnues, non diagnostiquées et mal comprises par l’entourage. Seul un interrogatoire minutieux du patient et/ou du conjoint permet d’identifier certains de ces troubles. Il faudra notamment préciser le nombre et la durée des accès de sommeil diurne, leur caractère rafraîchissant (réparateur) ou non, ainsi que la qualité de sommeil de nuit préalable.

Diagnostic

Il existe de nombreuses situations à l’origine d’une somnolence diurne excessive.
Avant d’approfondir un diagnostic étiologique qui reste parfois difficile, il est d’abord nécessaire de confirmer la réalité de l’hypersomnie. La mise en évidence de ces différentes hypersomnies d’un point de vue clinique et polysomnographique permet de préciser le type du trouble, sa sévérité et ainsi d’envisager une prise en charge thérapeutique adaptée. Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’existence de certains diagnostics différentiels comme le syndrome de retard de phase, le syndrome de fatigue chronique et faire la distinction avec les “longs” dormeurs en privation chronique de sommeil.