Nouvelle percée dans la compréhension du vieillissement cellulaire

Feb 29, 2016 par

Nouvelle_percee_dans_compréhension_vieillissement_cellulaire

Des chercheurs de l’Université de Newcastle ont identifié le rôle d’une enzyme clé, impliquée dans le vieillissement des cellules de la peau. Une avancée significative qui pourrait marquer le début de recherches prometteuses dans le domaine des traitements anti-vieillissements.

Mieux comprendre le vieillissement : le rôle des composants mitochondriaux

Il était connu depuis longtemps que des facteurs biologiques, tels que la diminution de la bioénergie ou l’augmentation de l’activité des radicaux libres, étaient corrélés avec le vieillissement des cellules. Des facteurs qui aboutissent à l’apparition de rides et au vieillissement naturel de la peau.

Une étude, publiée dans le Journal of Investigative Dermatology, montre pour la première fois l’un des mécanismes explicatifs de ces modifications biologiques. Une enzyme, appelée complexe II mitochondrial (ou succinate déshydrogénase), a une activité qui se réduit nettement avec l’âge. Les résultats révèlent que l’activité enzymatique baisse dans les couches cellulaires profondes de la peau tout au long de la vie, et que les quantités de protéines enzymatiques diminuent dans les cellules qui cessent de proliférer.

Le professeur Mark Birch-Machin explique que cette enzyme est « charnière entre deux moyens importants de fabriquer de l’énergie cellulaire », et que la diminution de son activité « contribue à la diminution de la bioénergie dans le vieillissement cutané ». Ajoutons qu’elle a aussi un rôle important dans la limitation de la production de dérivés réactifs dans la cellule.

Quels impacts pour la cosmétologie ?

Le docteur Bowman, chercheur associé à l’Institut de médecine cellulaire de Newcastle, a reconnu que les composants mitochondriaux étaient suspectés depuis longtemps de jouer un rôle dans les processus de vieillissement des tissus, mais que leur « rôle exact a toujours été incertain ».

Comme dans toute machinerie cellulaire, les dysfonctionnements commencent souvent en un point-clé. Pour l’équipe anglaise, il s’agit de détecter où sont ces points faibles et de comprendre comment ils sont impliqués dans le vieillissement de l’homme. Selon les chercheurs, le résultat signifie qu’il serait possible de développer des traitements et des crèmes cosmétiques qui pourront lutter contre l’âge en modifiant la baisse de l’activité mitochondriale, ou plus modestement en limitant la perte d’énergie cellulaire.

Hadrien V. Pharmacien

Article suggéré : Arrêter de fumer – les bénéfices en 10 étapes


Source
Amy Bowman, & al. « Age-Dependent Decrease of Mitochondrial Complex II Activity in Human Skin Fibroblasts ». Journal of Investigative Dermatology. 29/01/16

Hadrien V.

Pharmacien.

Spécialiste en produits vétérinaires, aime particulièrement étudier l’actualité et les nouveautés dans ce domaine.

Passionné de digital et webmarketing dans le milieu de la santé.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.