Quand la flore intestinale influence le sommeil des nourrissons

Actualités Autres maux (enfants) Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Deborah L. et publié le 21 janvier 2022

Le sommeil des bébés constitue le sujet principal de conversation de bon nombre de parents.  Et s’il existait un lien entre la qualité du sommeil et la flore intestinale des nourrissons ? C’est ce que suggère une récente étude soutenue par le Fonds national suisse. On fait le point.

flore intestinale des nourrissons

Influence de la flore intestinale sur l’organisme

Ces dernières années, la communauté scientifique s’est intéressée de près à la flore intestinale (ou microbiote intestinal) et à ses différents impacts sur la santé. Son rôle protecteur est en effet indispensable au bon fonctionnement de l’organisme (digestion, défenses immunitaires…). Elle peut cependant favoriser l’apparition de nombreuses maladies aiguës ou chroniques lorsque sa composition est altérée.

À savoir ! La flore intestinale (ou microbiote intestinal) désigne l’ensemble des bactéries vivant dans la lumière de l’intestin.

Par ailleurs, un lien entre flore intestinale et sommeil a déjà été identifié par les scientifiques. Mais jusqu’à présent, tel n’était pas le cas chez les nourrissons. Des  chercheurs des universités de Fribourg et de Zurich se sont donc penchés sur la question et ont constaté que cette interaction s’établissait pourtant très tôt dans la vie.

Qu’en est-il chez les nourrissons ?

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont suivi 162 nourrissons à domicile. L’objectif consistait à observer les bébés dans leur environnement quotidien (en poussette, en voiture) et sur de longues périodes. Si cette démarche a nécessité des moyens humains importants, elle présentait le net avantage de ne pas se limiter à une seule nuit d’observation en laboratoire.

L’observation des bébés à domicile s’est effectuée à trois reprises : à l’âge de 3 mois, de 6 mois et de 12 mois. A chaque étape, le sommeil des bébés a été suivi durant une dizaine de jours au moyen d’un capteur de mouvement placé au niveau de la cheville. Une trentaine d’enfants âgés de 6 mois se sont vus enregistrer leur sommeil nocturne durant les premières heures grâce à un électroencéphalogramme. Les parents ont également été mis à contribution en remplissant un journal renseignant les horaires de coucher et les réveils nocturnes ainsi que des précisions sur les repas ou les pleurs de l’enfant durant cette période.

Les scientifiques ont par ailleurs contrôlé l’état de leur flore intestinale des nourrissons en prélevant des échantillons de selles dans les couches. Leur analyse les a conduits à identifier et caractériser génétiquement les bactéries intestinales des enfants selon trois critères : leur diversité, leur maturité et leur appartenance à un profil simplifié de bactéries intestinales.

À savoir ! Le microbiote évolue au cours de la vie, particulièrement durant l’enfance.

Un lien avéré entre flore intestinale et sommeil des nourrissons

Les scientifiques ont alors pu observer les résultats suivants :

  • Les nourrissons présentant une flore intestinale moins riche et moins diversifiée en bactéries intestinales ont un sommeil de moins bonne qualité pendant la nuit et dorment donc davantage pendant la journée.
  • La fragmentation du sommeil pendant la nuit est liée au type de bactéries présentes dans l’intestin.

A l’instar des adultes, il existerait donc bien un lien entre la qualité du sommeil et la flore intestinale des nourrissons.

Cette étude a de plus permis de mettre en lumière que la première année de vie est particulièrement importante pour le nourrisson. C’est dans ce laps de temps crucial, et essentiellement autour de l’âge de 3 mois, que le sommeil, la flore intestinale et l’activité cérébrale vont évoluer en parallèle. Un profil différent de bactéries intestinales impliquera donc une activité cérébrale différente pendant le sommeil du nourrisson.

Pour les auteurs de l’étude, ces conclusions, publiées dans la revue Progress in Neurobiology, ouvrent des perspectives thérapeutiques intéressantes. Puisque le développement des nourrissons est lié à leur sommeil et à leur flore intestinale, il semblerait pertinent de traiter d’éventuels problèmes de développement en gérant à la fois les problèmes de sommeil et en intervenant sur la flore intestinale via l’alimentation.  Prochaine étape pour les chercheurs ? Mener des études cliniques approfondies pour confirmer le bien-fondé d’une telle approche.

Déborah L., Docteur en Pharmacie

Sources
– From Alpha Diversity to Zzz: Interactions among sleep, the brain, and gut microbiota in the first year of life. sciencedirect.com. Consulté le 19 janvier 2022.
– Gut bacteria linked to infant sleep patterns. Swiss National Science Foundation. snf.ch. Consulté le 19 janvier 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.