Une recherche exclusive sur le traumatisme dû aux attentats

Jun 15, 2016 par

13 novembre recherche exclusive sur traumatisme attentats

De Orlando aux États-Unis à Magnanville en France, les attentats affectent profondément la société occidentale. Un programme de recherche français inédit va étudier la construction et l’évolution de la mémoire après les attentats du 13 novembre 2015.

« 13-Novembre », un programme inédit

Ce programme nommé « 13-Novembre » et porté par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) et l’héSam (hautes études Sorbonne arts et métiers) devrait être une première mondiale. L’étude va mobiliser plus de 150 chercheurs et 1000 volontaires sur une période de 12 ans.

Les volontaires seront des victimes des attentats du 13 novembre 2015 directement (des survivants, leur famille, les policiers, les médecins…) ou indirectement (habitants des quartiers touchés, personnes vivant sur Paris…) touchées, mais aussi des Français ordinaires (habitants de Caen, Metz, Paris, etc).

Ces personnes seront suivies par des spécialistes de tous bords. Ainsi, historiens, sociologues, linguistes, neuropsychologues, neuroscientifiques, psychopathologues et autres, participeront à cette grande étude transdisciplinaire.

Le programme « 13-Novembre » a d’ores et déjà commencé: depuis le 13 mai à Caen et le 2 juin à Bry-sur-Marne, en région parisienne.

« Remember »

En parallèle, l’étude biomédicale « Remember », coordonnée par l’Inserm, étudiera 180 des 1000 participants du programme « 13-Novembre ». Elle vise à comparer les IRM cérébrales de 120 personnes touchées directement par les attentats, souffrant ou non de stress post-traumatique, aux IRM de 60 personnes vivant à Caen. L’objectif sera de discerner l’impact des évènements traumatiques sur la mémoire, et d’identifier les marqueurs cérébraux associés au traumatisme. Elle permettra peut-être de comprendre les signes caractéristiques du stress post-traumatique tels que la réapparition d’images ou de pensées liées à une situation passée.

Egalement en collaboration avec le programme « 13-Novembre », Santé publique France va lancer un programme d’étude nommé « ESPA » pour Etude de Santé Publique Post-Attentats. Cette enquête vise à analyser l’impact psychotraumatique et la qualité des circuits de soins.

Des retombées dans tous les domaines

En répondant à des questions telles que « Comment le souvenir traumatique des attentats du 13 novembre 2015 évolue-t-il dans les mémoires individuelles et la mémoire collective ? » ou encore « Peut-on prédire, par l’étude des marqueurs cérébraux, quelles victimes développeront un état de stress post-traumatique, et lesquelles se remettront plus facilement ? », ce programme aura des retombées dans de nombreux domaines. De nombreuses évolutions vont pourvoir adapter le droit, les politiques pénales, la prise en charge des victimes, la gestion de crise ou encore la santé publique au contexte des attentats.


Appel à volontaires ! Si vous désirez apporter votre témoignage en participant à ce programme du « 13-Novembre », il vous est possible de prendre contact avec des médiateurs :
– par téléphone : 06 60 98 53 82 / 06 61 19 10 32
– par email : memoire13novembre@matricememory.fr

Clémence R. Pharmacienne


Source 

Attentats : « 13-Novembre », un programme de recherche inédit sur les mémoires traumatiques. Communiqué de presse national. 13 juin 2016

Clémence R.
Pharmacienne.
Passionnée par la neuropsychiatrie et la e-santé.
Aime l’univers de la musique et de la photographie.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.