Rencontres de la Cancérologie Française

Nov 19, 2016 par

rencontre cancerologie française

Véronique Trillet-Lenoir, Professeur de Cancérologie au Centre Hospitalo-universitaire de Lyon et Présidente des Rencontres de la Cancérologie Française (RCFr), nous explique dans une interview exclusive, l’objectif de la 9e édition des RCFr, évènement qui se tiendra les 13 et 14 décembre 2016, à Paris.

bandeau-2016Il s’agit d’un forum d’échanges autour des grands sujets de la cancérologie. Ils comprennent les aspects médico-scientifiques, organisationnels, sociétaux, et médico-économiques en oncologie. Ce congrès original regroupe donc à la fois des soignants, des décideurs et des gestionnaires de santé, des industriels, et des représentants de patients, associations ou patients blogueurs, qui y occupent une place de plus en plus importante.

La décision médicale en cancérologie

Au centre de cet évènement, une thématique : la prise de décision en cancérologie. Véronique Trillet-Lenoir détaille : « Il s’agit d’aborder tous les aspects de la décision, qu’elle soit basée sur des preuves scientifiques, sur des impératifs et orientations sociétaux, sur la prise de risque, sur des critères médico-économiques, ou sur l’évolution vers une décision partagée où le patient apporte son savoir profane, sa propre expérience de la maladie, ainsi que ses volontés et souhaits par rapport aux modalités de traitements ».

Un Think Tank en cancérologie

L’objectif, selon le Pr. Trillet-Lenoir serait d’être force de proposition dans un environnement favorable, ici, un congrès évoluant vers un format Think Tank reconnu en tant que lieu d’échange et de discussion pour aborder les différentes problématiques de cancérologie en présence de tous les acteurs concernés. Sont notamment soulignés par Véronique Trillet-Lenoir, le fait de « conjuguer l’excellence et la proximité en cancérologie, et d’assurer la coordination du suivi entre l’hôpital et la ville, à l’échelle d’un territoire ; la sécurisation du circuit du médicament, la compliance et l’adhérence des patients à leur traitement », mais seront également abordés au cours de l’évènement, les actualités médico-scientifiques, telles que les nanotechnologies en oncologie et en onco-hématologie, les algorithmes (ou programmes) dans l’aide à la prise de décision thérapeutique, et les outils de e-santé pour le suivi à distance.

Des concertations à l’échelle internationale

Après avoir invité la Chine et le Maroc lors des années précédentes, en 2016, les RCFr auront pour invité d’honneur la Tunisie. « Il y a un an nous avions organisé des regards croisés entre le plan marocain et le plan français en cancérologie, dont les objectifs étaient similaires, mais avec des modes de financements et un système de santé différents. Cette année, l’objectif sera de procéder à des échanges de pratiques, de contribuer à des actions de formation, et de faire passer des messages, de concert avec la délégation Tunisienne », détaille le Pr. Trillet-Lenoir.

A l’issue de l’interview, le Pr. souligne que l’aspect prise de décision médicale abordé durant cet évènement ne serait pas de façon restrictive, applicable qu’au cancer, mais qu’il pourrait être utile dans d’autres maladies. Pourraient être partagés avec d’autres pathologies chroniques : les modèles de décision qui touchent à l’observance des traitements, le séquençage génomique prédictif du traitement, ou encore l’évolution vers l’organisation graduée des soins déjà en place en cancérologie, autant de facteurs qui auraient un intérêt potentiel dans d’autres spécialités médicales.

Qu’est-ce que le séquençage génomique ?

Le séquençage génomique prédictif consiste à analyser les gènes d’un individu pour savoir s’il est à risque de développer une maladie, ou encore pour connaitre ses aptitudes de réponse à un traitement donné. En d’autres termes, appliqué à un contexte de décision thérapeutique, cela consiste à prédire l’efficacité d’un traitement selon le profil génétique du patient. Il s’agit d’une nouvelle branche de la médecine : la pharmacogénétique. Les applications de la médecine prédictive et de la pharmacogénétique en particulier sont nombreuses, notamment lorsque l’on se retrouve face à des traitements présentant une toxicité importante, tels que certains anticancéreux. Pouvoir prédire ces risques représente une piste technologique d’intérêt qui pourrait impacter dans le futur, la prise de décision thérapeutique.

A savoir ! En cancérologie, le séquençage génomique peut contribuer à prédire l’efficacité du traitement en fonction du profil génétique de la tumeur pour cibler les anomalies moléculaires qui découlent des mutations pathologiques.

Yasmine Z., Journaliste Scientifique et Jonathan R. Biologiste.


Sources

Interview. Propos recueillis par Jonathan R. Novembre 2016

Les 9 questions clés de la médecine prédictive. CNRS LE JOURNAL. Consulté le 15 novembre 2016.

Yasmine Z.
Journaliste Scientifique.
Biologiste spécialisée en Pharmacologie Clinique.
Passionnée d’écriture, elle a un tempérament créatif et un style d’aplomb.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.