Syndrome d’alcoolisation fœtale

Diagnostic et traitement

Le syndrome d’alcoolisation fœtal Quel diagnostic ?

Le diagnostic de syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) est uniquement clinique. Ce dernier est établi devant la présence des signes caractéristiques du syndrome chez un nourrisson dont les abus alcooliques de la mère pendant sa grossesse sont connus.

A noter que les manifestations du syndrome chez l’enfant dépendent de la quantité d’alcool ingéré par la mère, il peut donc parfois être difficile de confirmer le diagnostic lorsque les signes sont légers à modérés. Par ailleurs, il est compliqué de distinguer les effets de l’alcool sur le développement fœtal des effets d’autres substances (comme le tabac) ou facteurs (comme une mauvaise alimentation ou des violences) pouvant concerner les femmes qui consomment de l’alcool.

Quel traitement ?

Le SAF est incurable : il n’existe aucun traitement capable de réparer les dégâts cérébraux provoqués par l’alcool.

En revanche, une prise en charge adaptée et précoce peut être mise en place selon la sévérité des manifestations. Il faut installer au petit patient un environnement stimulant et approprié à son handicap. Une bonne alimentation et une bonne croissance sont deux éléments primordiaux à surveiller. Le recours à un soutien d’apprentissage scolaire est souvent utile aux patients atteints du syndrome. Le repérage précoce des problèmes scolaires qu’un enfant peut rencontrer est fondamental. Il permet de rapidement mettre en place les mesures de rééducation nécessaires afin de limiter les conséquences neurocomportementales à l’âge adulte.

Dans les cas les plus sévères, il faut envisager un placement en institution spécialisé.

Prévention

Le meilleur des traitements reste la prévention. Dans la mesure où l’on ne sait pas précisément à quel moment de la grossesse l’alcool est dangereux ainsi que la quantité à ne pas dépasser, il est préférable de ne pas du tout consommer d’alcool durant la grossesse.

Que ce soit la Haute Autorité de Santé (HAS) ou la Société Française d’Alcoologie (SFA), le message est le même : aucune goutte d’alcool pendant la grossesse.

Le syndrome d’alcoolisation fœtale est la première cause de déficience intellectuelle évitable. La prévention et le dépistage d’une éventuelle consommation maternelle représentent donc une nécessité de santé publique.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Syndrome d’alcoolisme fœtal. Orphanet. Consulté le 2 Août 2019.
– Syndrome d’alcoolisme fœtal. Le manuel MSD. Consulté le 2 Aout 2019
– Syndrome d’alcoolisme fœtale : première cause de déficience intellectuelle évitable. La prévention Médicale. Consulté le 2 Août 2019.
– Qu’est-ce que le syndrome d’alcoolisme fœtale ? cssspnql. Consulté le 2 Août 2019.