bras dans le plâtre suite à une fracture

Symptômes, diagnostic et traitement

Quels symptômes ?

patient avec une frature à la jambe près de son médecinLe premier symptôme d’une fracture est la douleur. La zone concernée est douloureuse, surtout lorsque le patient essaie de s’appuyer dessus ou de la mobiliser. La zone autour de la fracture est également sensible.

La douleur est associée à d’autres symptômes comme :

  • Un gonflement qui peut mettre plusieurs heures à se développer et être léger ;
  • Une déformation de la partie touchée ;
  • Une ecchymose qui est d’abord pourpre ou noirâtre puis qui virer progressivement au jaune verdâtre. Plusieurs semaines peuvent être nécessaires avant que l’ecchymose ne se résorbe ;
  • Une incapacité à mobiliser le membre ou la zone concernée. A noter cependant que le fait de pouvoir bouger la partie lésée ne veut pas dire qu’il n’y a pas de fracture ;
  • Parfois, une perte de sensation ou un engourdissement.

Les fractures peuvent se compliquer, mais les complications graves sont rares. Le risque est plus important lorsque la peau est déchirée ou que des vaisseaux ou des nerfs sont atteints. Certaines complications, notamment nerveuses, vasculaires, infectieuses se manifestent dans les premières heures ou les premiers jours qui suivent la fracture. A l’inverse, les complications articulaires ou les problèmes de guérison se développent plus tard. De nombreuses fractures sont responsables de saignements autour de la lésion. Cependant, ils sont rarement suffisamment importants pour être à l’origine d’une chute de la tension artérielle potentiellement mortelle (choc). La complication grave la plus fréquente est l’embolie pulmonaire. Le syndrome des loges (gonflement des muscles qui appuie sur les vaisseaux sanguins et bloque la circulation sanguine) est une complication rare mais grave. En effet, sans intervention rapide, il peut conduire au décès du patient ou à une amputation.

Quel diagnostic ?

Le diagnostic d’une fracture est clinique, autrement dit, il repose sur la présence des symptômes évoquant un os brisé, et le contexte d’apparition des symptômes, principalement la douleur et la difficulté de mobilisé la zone touchée. Une ou plusieurs radiographies peuvent être réalisées pour confirmer le diagnostic. Parfois, les médecins attendent quelques jours, voire quelques semaines pour réaliser des radiographies, car certaines fractures ne sont visibles qu’après avoir commencé à guérir.

Il faut se rendre aux urgences lorsque :

  • Le contexte est grave, par exemple en cas d’accident de la route, ou lorsque le patient ne peut pas mobiliser la partie du corps affectée ;
  • Le patient présente plusieurs blessures ;
  • Des signes de complications sont présents (la zone touchée est insensible, non mobilisable, froide ou devient bleue) ;
  • L’articulation touchée semble instable.

Quel traitement ?

Les fractures graves (ou associées à des complications) sont traitées sans délai.

Lorsque la fracture est ouverte, la blessure est nettoyée et recouverte d’un pansement stérile. Une vaccination contre le tétanos et une antibiothérapie sont généralement prescrites en complément.

Les vaisseaux ou nerfs endommagés sont réparés chirurgicalement.

Lorsqu’un os est fracturé, il doit être remis en place (réaligné ou réduit). La réduction est réalisée le plus souvent possible sans chirurgie, on parle de réduction fermée. Lorsque l’intervention chirurgicale est inévitable, on parle de réduction ouverte. Une fois réalignée, la blessure est immobilisée. Pour les réductions ouvertes, des dispositifs tels que des broches, des vis ou des plaques sont employés. Sinon les attelles (immobilisation de quelques jours) et les plâtres (immobilisation de plusieurs semaines) suffisent.

La douleur est prise en charge très rapidement. Le traitement repose généralement sur des opioïdes et/ou du paracétamol.

En cas de lésion des tissus mous (muscles, ligaments, tendons), il est conseillé au patient de :

  • Protéger la zone touchée en évitant de la mobiliser ou d’appuyer dessus. Des béquilles, une attelle ou un plâtre peuvent être prescrits ;
  • Se reposer pour éviter toute aggravation et accélérer la guérison ;
  • Appliquer de la glace et compresser pour minimiser le gonflement et la douleur ;
  • Elever le membre (au-dessus du niveau du cœur pendant les deux premiers jours) permet de diminuer le gonflement aussi.

Charline D., Docteur en pharmacie

– Présentation des fractures. LE MANUEL MSD. Consulté le 14 juillet 2020.