Stress au travail : take it easy!

Psychiatrie Santé au quotidien (maux quotidiens)

Rédigé par Arnaud C et publié le 15 juin 2018

Organisation du travail, non satisfaction aux exigences personnelles, relations tendues avec la hiérarchie ou avec ses collègues, le stress au travail concerne presque un salarié sur deux selon l’INSEE. Mais que disent les études à ce sujet ?

femme stressée au travail

Stress : bon ou mauvais ?

Le stress se définit par des réactions aussi bien physiques qu’émotionnelles face une situation particulière, inhabituelle. Dans une entreprise, on distingue le bon stress du mauvais. En effet, le bon stress permettrait aux salariés de se dépasser, de donner le meilleur d’eux-mêmes. En revanche face à une situation de menace ou d’enjeu ponctuel important, un salarié peut se trouver dans une situation de mauvais stress. L’enjeu pour l’entreprise peut être assez conséquent. En effet, cela peut impliquer un turn-over plus important, la perte de jours travaillés, une diminution de la productivité, de la qualité du travail. Lorsque le stress s’installe dans la durée, on peut observer l’apparition d’un burn-out chez le salarié, notamment responsable d’insomnie.

Lire aussiStress au travail, Burn-out et insomnies…

Les études sur le mauvais stress au travail

En termes de recommandations pour la prévention du risque cardio-vasculaire, la gestion du stress ne semble pas être une priorité. Certaines directives indiquent cependant que le stress est un facteur de risque métabolique majeur sans pour autant avancer de preuves tangibles. Entre 1985 et 2002, une étude internationale a été réalisée en France, Finlande, Suède et Royaume-Uni dans le but d’apporter des éléments de réponse entre le stress au travail et le taux de mortalité. Deux types de stress professionnel distincts ont été mis en avant par les chercheurs :

  • Le « job-strain » : forte demande et peu de soutien social
  • Le « effort-reward imbalance » : déséquilibre entre l’effort fourni et la récompense/reconnaissance

Parmi les 103 000 individus inclus dans la cohorte, 3841 personnes sont décédées. 3441 participants étaient atteints d’une pathologie cardiovasculaire , 397 sont décédés durant l’étude qui durait en moyenne 13,9 ans. Il est apparu que la tension au travail chez les hommes présentant une pathologie cardio-métabolique augmentait le risque de mortalité. Le stress serait donc bien un facteur de risque supplémentaire lorsqu’il est associé à une pathologie. À tel point que chez ces patients atteints au point de vue cardio-vasculaire, la différence de mortalité entre stressé et non stressé au travail est presque équivalente à la différence de mortalité entre fumeur et non-fumeur.

Lire aussiSpéciale Journée Nationale de l’Audition : quand le travail rend sourd

Quelques conseils pour ne pas se laisser gagner par le stress

Il y a plusieurs moyens pour tenter de gérer son stress. Premièrement, il est important de reconnaître ces facteurs de stress pour ne pas se laisser submerger. Ensuite, il est important d’apprécier votre valeur professionnelle, de s’autoévaluer. Pour résumer, il est nécessaire de prendre du recul par rapport à son activité professionnelle et de dédramatiser. Relax !

Arnaud C., Concepteur rédacteur

– Tuant, le stress au travail, Dr Roseline Péluchon www.jim.fr – 15 juin 2018
– Stress au travail, inrs.fr www.inrs.fr – 15 juin 2018
– Travail : la bonne méthode pour gérer son stress. Psychologies.com, Consulté le 15 juin 2018 www.psychologies.com
  • gorlier.charles@orange.fr
    De toute ma vie,je n’ai jamais demandé le moindre jour de congé…c’est la première fois que je le dis.Pour y arriver,il faut avoir une raison impérieuse de ,par exemple,ne pas du tout se faire remarquer…car,si l’on remarque les absences,la présence,elle,ne se remarque pas,même si elle est absolument continue,année,après année ,pendant toute la vie,comme ce fut mon cas……Pour ne pas se faire remarquer,il faut donc,être toujours présent à son travail….
    Le Président de la République a parlé du sens de l’effort,qui selon lui,irait en se perdant….J’ajouterai à son propos,ce que je suis probablement seul ,à pouvoir ajouter ,dans ce pays:pour pousser l’effort,à l’extrême de l’extrême,comme je l’ai fait,il faut,posséder au minimum,deux esprits…..En premier,l’esprit de sacrifice,car il faut travailler sans arrêt,en puisant du temps, dans ses loisirs,dans ses envies et ses relations avec la famille ou les amis,qu’il faut limiter en durée pour ,à la place donner au travail,le temps ainsi épargné.Il faut,en second l’esprit d’anpathie,car ce sont les autres qui profitent de votre assiduité au travail..
    Vous serez étonné si je vous dis que j’ai eu la polio,vers l’âge de 2 ans,et que ,c’est avec les séquelles de cette maladie invalidante,que j’ai accompli mon service.Je suis probablement le seul être humain à avoir réussi un défi.Je suis content de l’avoir fait,comme Français.Soyez fier de votre Pays,Notre France.Merci

    Reply
  • gorlier.charles@orange.fr
    De toute ma vie,je n’ai jamais demandé le moindre jour de congé…c’est la première fois que je le dis.Pour y arriver,il faut avoir une raison impérieuse de ,par exemple,ne pas du tout se faire remarquer…car,si l’on remarque les absences,la présence,elle,ne se remarque pas,même si elle est absolument continue,année,après année ,pendant toute la vie,comme ce fut mon cas……Pour ne pas se faire remarquer,il faut donc,être toujours présent à son travail….
    Le Président de la République a parlé du sens de l’effort,qui selon lui,irait en se perdant….J’ajouterai à son propos,ce que je suis probablement seul ,à pouvoir ajouter ,dans ce pays:pour pousser l’effort,à l’extrême de l’extrême,comme je l’ai fait,il faut,posséder au minimum,deux esprits…..En premier,l’esprit de sacrifice,car il faut travailler sans arrêt,en puisant du temps, dans ses loisirs,dans ses envies et ses relations avec la famille ou les amis,qu’il faut limiter en durée pour ,à la place donner au travail,le temps ainsi épargné.Il faut,en second l’esprit d’anpathie,car ce sont les autres qui profitent de votre assiduité au travail..
    Vous serez étonné si je vous dis que j’ai eu la polio,vers l’âge de 2 ans,et que ,c’est avec les séquelles de cette maladie invalidante,que j’ai accompli mon service.Je suis probablement le seul être humain à avoir réussi un défi.Je suis content de l’avoir fait,comme Français.Soyez fier de votre Pays,Notre France.Merci

    Reply
  • J’ai travaillé toute ma vie,sans demander le moindre jour d’absence.c’est la première fois que je le révèle.Au travail,personne ne l’a remarqué,car contrairement aux absences,la présence continue au travail,ne semble intéresser
    personne.Cela permet d’ailleurs de passer inaperçu,si l’on désire se dissimuler.
    Le Président de la République a parlé du sens de l’effort.J’ajouterez en disant que pour porter l’effort,jusqu’à l’extrême de ‘extrême il faut posséder au moins les deux esprits suivants:d’abord l’esprit de sacrifice qui permet de tout consacrer au travail ,en sacrifiant les loisirs,la vie de famille et les moments d’évasion.il faut s’organiser pour éviter les accidents de la vie et les maladies.Cet esprit de sacrifice doit s’accompagner de l’esprit d’empathie ,car les efforts déployés profitent avant tout aux autres.
    Vous serez étonnés si je vous dis que j’ai été touché par la polio vers l’âge de 2 ans,et que c’est avec les séquelles de cette maladie invalidante que j’ai accompli cette tâche prodigieuse.
    Je suis content de l’avoir fait,pour le prestige de notre pays.
    Soyons fiers de la France.

    Reply
  • J’ai travaillé toute ma vie,sans demander le moindre jour d’absence.c’est la première fois que je le révèle.Au travail,personne ne l’a remarqué,car contrairement aux absences,la présence continue au travail,ne semble intéresser
    personne.Cela permet d’ailleurs de passer inaperçu,si l’on désire se dissimuler.
    Le Président de la République a parlé du sens de l’effort.J’ajouterez en disant que pour porter l’effort,jusqu’à l’extrême de ‘extrême il faut posséder au moins les deux esprits suivants:d’abord l’esprit de sacrifice qui permet de tout consacrer au travail ,en sacrifiant les loisirs,la vie de famille et les moments d’évasion.il faut s’organiser pour éviter les accidents de la vie et les maladies.Cet esprit de sacrifice doit s’accompagner de l’esprit d’empathie ,car les efforts déployés profitent avant tout aux autres.
    Vous serez étonnés si je vous dis que j’ai été touché par la polio vers l’âge de 2 ans,et que c’est avec les séquelles de cette maladie invalidante que j’ai accompli cette tâche prodigieuse.
    Je suis content de l’avoir fait,pour le prestige de notre pays.
    Soyons fiers de la France.

    Reply
Ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.